RE­TOUR DANS LES AN­NÉES 1980

Après Nou­veau re­frain, le réa­li­sa­teur et scé­na­riste John Car­ney pro­pose un autre voyage mu­si­cal.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie

Il en­traîne les ci­né­philes à Du­blin, en Ir­lande, pen­dant les an­nées 1980. Or, cette fois-ci, ce n’est pas une ve­dette telle que Kei­ra Knight­ley ou Mark Ruf­fa­lo qui porte le film, mais Fer­dia Walsh-Pee­lo, un jeune ir­lan­dais de 16 ans… an­cien chan­teur d’opé­ra!

Sing Street, c’est l’his­toire de Co­nor (Fer­dia Walsh-Pee­lo), ado­les­cent dont les pa­rents (Ai­dan Gillen et Ma­ria Doyle Ken­ne­dy) se voient, pour des rai­sons bud­gé­taires, obli­gés de l’en­voyer dans une école pu­blique. Se fai­sant ap­pe­ler Cos­mo, le jeune homme forme un groupe de mu­sique afin d’im­pres­sion­ner Ra­fi­na (Lu­cy Boyn­ton), dont le rêve est d’al­ler à Londres pour de­ve­nir man­ne­quin.

AP­PREN­TIS­SAGE RA­PIDE…

À un très jeune âge, Fer­dia Walsh-Pee­lo s’est di­ri­gé vers l’opé­ra, le jeune so­pra­no ayant ef­fec­tué une tour­née de La flûte en

chan­tée de Mo­zart avec l’Ope­ra Theatre Company lors­qu’il avait 12 ans. In­té­res­sé à par­ti­ci­per aux au­di­tions pour Sing St

reet, film mu­si­cal dans le­quel il in­carne le lea­der d’un groupe dont les in­fluences vont de Du­ran Du­ran à The Cure.

«Oui, je l’avoue, ma courbe d’ap­pren­tis­sage a été abrupte», a confié l’ac­teur de 16 ans, dont c’est le pre­mier rôle à l’é- cran, lors d’une en­tre­vue ef­fec­tuée plu­sieurs se­maines avant la sor­tie du long mé­trage. Je n’y connais­sais stric­te­ment rien en mu­sique des an­nées 1980, j’avais sau­té quelques dé­cen­nies! Quand j’ai été pris pour jouer dans Sing Street, je suis re­tour­né à la base. J’ai écou­té de la mu­sique des an­nées 1960, puis des an­nées 1970 avant de me plon­ger dans celle des an­nées 1980.»

Conseillé par John Car­ney, Fer­dia Walsh-Pee­lo a donc par­fait sa culture en une vi­tesse re­cord. «J’ai beau­coup ap­pris très ra­pi­de­ment. J’ai lit­té­ra­le­ment plon­gé dans les clips vi­déo des an­nées 1980», se re­mé­more-t-il. Car, comme son per­son­nage de Cos­mo s’ins­pire des tubes de l’époque, il chante, s’ha­bille et se ma­quille comme les ve­dettes de l’époque.

«L’am­biance sur le pla­teau était aus­si bonne que ce que l’on voit à l’écran. Même si Sing Street n’est pas qu’une co­mé­die, et que le film com­prend des scènes char­gées en émo­tion, John avait réuni des gens ex­cep­tion­nels, qu’il s’agisse des pro­duc­teurs, des autres ac­teurs, des mu­si­ciens qui ont com­po­sé la trame so­nore», dit-il.

«Mes mo­ments pré­fé­rés ont dé­fi­ni­ti­ve­ment été lorsque nous avons fil­mé les fausses vi­déos», de dire Fer­dia Wal­shPee­lo qui a dû mal à chan­ter lors des pre­mières scènes mu­si­cales du groupe ima- gi­naire. «Ce n’est pas si dif­fi­cile qu’on pour­rait le pen­ser [que de mal chan­ter], a-t-il ex­pli­qué en riant. Il suf­fit de se concen­trer et de faire at­ten­tion. C’est plu­tôt fa­cile d’ou­blier ce qu’on a ap­pris plu­tôt que d’es­sayer de faire mieux.»

«Vous sa­vez, c’est comme ça que je chante sous la douche. [Rires] Sé­rieu­se­ment, je n’ai pas es­sayé de mal chan­ter, j’ai plu­tôt chan­té ner­veu­se­ment, comme si quel­qu’un m’ar­rê­tait dans la rue et me de­man­dait de faire des vo­ca­lises, c’est comme ça que j’ai in­ter­pré­té les pre­mières chan­sons de Cos­mo. Quand John a réa­li­sé ce que je fai­sais, il en a ra­jou­té, me ren­dant in­con­for­table au pos­sible pour que je chante de plus en plus mal.»

PAS QU’UNE CO­MÉ­DIE MU­SI­CALE

Comme dans Once (2007) et Nou­veau re

frain (2013), Sing Street n’est pas qu’une co­mé­die mu­si­cale gen­tillette. Pour sa toute pre­mière in­cur­sion chez les ado­les­cents, John Car­ney a pui­sé dans ses sou­ve­nirs d’en­fance afin d’exa­mi­ner la re­la­tion entre Cos­mo et son frère aî­né Bren­dan (joué par l’Amé­ri­cain Jack Rey­nor), ce der­nier ini­tiant son ca­det aux grands de la mu­sique en plus de lui ap­prendre quelques le­çons de vie im­por­tantes.

«Nous n’avons pas vrai­ment ré­pé­té les scènes im­por­tantes avec Jack, ce n’est pas du tout le style de John qui pré­fère la spon­ta­néi­té. Jack m’a beau­coup ap­pris, et nous avons pu tour­ner ces mo­ments im­por­tants [entre les deux frères] en une seule prise. Une scène en par­ti­cu­lier, celle où Jack me dit d’ap­prendre à être moi-même, tou­che­ra as­su­ré­ment le pu­blic, sur­tout ceux qui ont un frère aî­né. C’est un mo­ment très pro­fond et ex­trê­me­ment tou­chant», a ex­pli­qué Fer­dia Walsh-Pee­lo.

Le jeune homme n’est pas un ama­teur des an­nées 1980 ni de la mode de l’époque, mais il a néan­moins conser­vé pré­cieu­se­ment quelques-uns des ac­ces­soires de tour­nage. Lors de son ar­ri­vée à l’école pu­blique, son per­son­nage se pré­sente avec des chaus­sures brunes alors qu’il doit ab­so­lu­ment por­ter des sou­liers noirs. «J’ai gar­dé les chaus­sures brunes, a-t-il ra­con­té. En fait, j’ai gar­dé trois paires de chaque mo­dèle que je porte dans le film. Eh oui, j’ai main­te­nant aus­si plein de vê­te­ments des an­nées 1980!» Sing Street fait fre­don­ner les ci­né­philes dès le 29 avril.

C’est dans l’Ir­lande des an­nées 80 que se dé­roule cette nou­velle réa­li­sa­tion de John Car­ney, pui­sant dans ses sou­ve­nirs d’en­fance pour faire une in­cur­sion chez les ado­les­cents.

Fait amu­sant, le jeune ac­teur a conser­vé cer­tains ac­ces­soires des an­nées 80, dont cette paire de chaus­sures brunes.

Avant d’au­di­tion­ner pour le rôle de Co­nor, Fer­dia Walsh-Pee­lo (gauche) était chan­teur d’opé­ra.

Fer­dia Walsh-Pee­lo et Mark McKen­na.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.