BIEN PEU D’IN­TÉ­RÊT

Adap­ta­tion en des­sin ani­mé de ce jeu vi­déo clas­sique pour la PlayS­ta­tion, Rat­chet et Clank, réa­li­sé par Ke­vin Mun­roe et Je­ric­ca Cle­land, a du mal à trou­ver son pu­blic.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Le pre­mier jeu vi­déo de cette po­pu­laire fran­chise est sor­ti en 2002 et ce n’est d’ailleurs pas un ha­sard si le long mé­trage d’ani­ma­tion prend l’af­fiche cette an­née, un nou­veau jeu étant ar­ri­vé sur les ta­blettes la se­maine der­nière. Du coup, il est ex­trê­me­ment clair, au ni­veau de cer­tains des dia­logues et des plai­san­te­ries, que le film Rat­chet et Clank s’adresse à des adultes, ama­teurs du jeu vi­déo dans leur ado­les­cence.

Comme dans le jeu, Rat­chet est un drôle de pe­tit mé­ca­ni­cien dans l’ate­lier de Grim­roth (John Goodman). Il ne rêve que d’une chose, de­ve­nir un superhéros et re­joindre l’équipe des ran­gers ga­lac­tiques me­nés par le Ca­pi­taine Qwark. Et ça tombe bien, car la ga­laxie est en dan­ger. En ef­fet, le très mé­chant pré­sident Drek pul­vé­rise une à une des pla­nètes in­ha­bi­tées. Évi­dem­ment, Rat­chet – qui ren­contre l’ado­rable ro­bot Clank après qu’il se fut échap­pé de chez Drek – va se joindre à l’équipe des ran­gers ga­lac­tiques et par­vien­dra à dé­jouer les plans du mé­chant pré­sident et de son al­lié, le docteur Né­fa­rious.

VI­SUEL FI­DÈLE

Cô­té vi­suel, Rat­chet et Clank est, sans sur­prise, fi­dèle à l’uni­vers du jeu vi­déo. Cou­leurs écla­tantes, uni­vers com­plè­te­ment ima­gi­naire; le des­sin est là pour ra­vir au­tant les jeunes ama­teurs que la gé­né­ra­tion pré­cé­dente qui a dé­cou­vert le titre au dé­but des an­nées 2000. L’ac­tion est, elle aus­si, co­hé­rente avec l’uni­vers du jeu, aus­si bien dans les mou­ve­ments des per­son­nages que dans l’in­trigue.

Mais ce sont les dia­lo- gues qui dé­tonnent le plus. Car qui dit film d’ani­ma­tion dit pu­blic jeune. Or, bon nombre de plai­san­te­ries (que ce soit de la des­crip­tion des pla­nètes aux ré­pliques amu­santes des per­son­nages) sont in­du­bi­ta­ble­ment pen­sées et écrites pour des adultes. De fait, on a l’im­pres­sion de ne pas sa­voir sur quel pied dan­ser puis­qu’on passe son temps à se de­man­der si un en­fant de moins de huit ans trou­ve­ra un quel­conque in­té­rêt à ce qui se dé­roule à l’écran.

Avec les quelques films pour en­fants ac­tuel­le­ment en salle ( Zoo­to­pia et Le livre de

la jungle), in­utile de se creu­ser les mé­ninges bien long­temps. Plu­tôt que de prendre une chance avec Rat­chet et Clank, au­tant y al­ler avec des va­leurs sûres.

Rat­chet doit s’op­po­ser au pré­sident Drek.

Il s’agit d’une adap­ta­tion d’un jeu vi­déo.

Pen­sé pour les adultes qui ont la nos­tal­gie du jeu vi­déo, les dia­logues de Rat­chet et Clank ne semblent pas avoir été écrits pour un jeune pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.