UN RÔLE PLUS SOBRE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime Demers

Se­lon le réa­li­sa­teur Pa­trice Sau­vé, Ça sent la coupe nous fe­ra dé­cou­vrir un Louis-Jo­sé Houde plus sobre et ca­pable de jouer dans la re­te­nue. «Ce se­ra très dif­fé­rent de ce qu’il a fait jus­qu’à main­te­nant au ci­né­ma (dans De père en flic et Le sens de l’hu­mour), note Sau­vé.

«Louis-Jo­sé a une énorme sen­si­bi­li­té. Il a aus­si pris beau­coup de ma­tu­ri­té au cours des der­nières an­nées et ça pa­raît. Il a une grande com­pré­hen­sion du texte et du sous-texte. Il est un fin ob­ser­va­teur et ça lui sert beau­coup pour le per­son­nage.»

Louis-Jo­sé Houde abonde dans le même sens: «La dif­fé­rence par rap­port à une comédie comme De père en flic, par exemple, c’est que c’est un rôle un peu en des­sous au ni­veau de l’éner­gie, ob­serve l’hu­mo­riste à pro­pos de Ça sent la coupe.

«C’est très par­lé, presque chu­cho­té dans nos dia­logues. C’est très or­ga­nique dans la li­vrai­son. Je n’ai pas de long mo­no­logue, et je ne pète pas de plomb dans le film. J’aime beau­coup l’éner­gie du film. C’est sobre mais plein de vie en même temps.»

Après le tour­nage de Ça sent la coupe, Louis-Jo­sé Houde de­vrait retrouver Mi­chel Cô­té et le réa­li­sa­teur Émile Gau­dreault pour tour­ner la suite du suc­cès po­pu­laire De père en flic. Se sent-il de plus en plus co­mé­dien?

«Quand je choi­sis de tour­ner un film, c’est parce que c’est un rôle dans le­quel je me sens à l’aise, ré­pond-il sim­ple­ment.

«Le syn­drome de l’im­pos­teur, pour moi, c’est quand tu choi­sis de faire quelque chose qui va au-de­là de tes li­mites et tes ca­pa­ci­tés. Et ce n’est pas le cas avec les films que j’ai ac­cep­tés jus­qu’à main­te­nant.»

Louis-Jo­sé Houde s’amuse bien sur le pla­teau de tour­nage du film Ça sent la coupe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.