QUEL AVE­NIR POUR ES­PRITS CRI­MI­NELS?

Après le ren­voi de Tho­mas Gib­son, la ques­tion est sur toutes les lèvres. La sé­rie à suc­cès pour­ra-t-elle sur­vivre au dé­part de l’une de ses fi­gures les plus em­blé­ma­tiques?

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Ma­lik Co­che­rel Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Ac­cu­sé d’avoir vio­len­té phy­si­que­ment l’un des scé­na­ristes d’Es­prits

cri­mi­nels, Tho­mas Gib­son a d’abord été sus­pen­du, avant d’être tout sim­ple­ment ren­voyé de la sé­rie. La nou­velle a fait l’ef­fet d’une bombe au­près de tous les fans qui ap­pré­ciaient énor­mé­ment le per­son­nage d’Aa­ron Hotch­ner, cam­pé par l’ac­teur de­puis le lan­ce­ment d’Es­prits cri­mi­nels en 2005, sur le ré­seau CBS. Dé­sor­mais, tout le monde se de­mande si la plus cé­lèbre équipe de pro­fi­leurs de la té­lé­vi­sion sur­vi­vra à ce dé­part de taille, alors que la 12e sai­son doit dé­bu­ter dans quelques se­maines, le 28 sep­tembre, aux États-Unis.

UN VIDE À COM­BLER

A prio­ri, on a du mal à ima­gi­ner le dé­par­te­ment des sciences du com­por­te­ment du FBI sans son lea­der et son élé­ment fé­dé­ra­teur. Mais ce n’est pas la pre­mière fois que la sé­rie doit faire face au dé­part d’un per­son­nage im­por­tant. Ja­son Gi­deon (joué par Man­dy Pa­tin­kin) et Emi­ly Pren­tiss (in­ter­pré­tée par Pa­get Brews­ter) ont dé­jà quit­té le na­vire, sans que ce­la af­fecte les taux d’écoute, tou­jours ex­cel­lents, de l’une des sé­ries les plus po­pu­laires du pe­tit écran. Sans doute parce que les af­faires de meurtre à ré­soudre chaque se­maine en sont les vraies ve­dettes.

Il n’y au­rait donc pas de rai­sons de craindre une dé­fec­tion des fans à la suite du dé­part for­cé de Tho­mas Gib­son. D’au­tant que plu­sieurs an­ciens de la sé­rie pour­raient prendre la place de lea­der, tels Mat­thew Gray Gu­bler ou Joe Man­te­gna. Tho­mas Gib­son, lui­même, était mon­té en grade quand Man­dy Pa­tin­kin avait quit­té Es­prits cri­mi­nels.

Les pro­duc­teurs de la sé­rie comptent aus­si beau­coup sur l’ar­ri­vée d’un nou­veau ren­fort, l’ex-ve­dette des Ex­perts:

Mia­mi, Adam Ro­dri­guez, et le grand re­tour dans la sai­son 12 de Pa­get Brews­ter, dont le per­son­nage d’Emi­ly Pren­tiss était très ap­pré­cié des fans, pour com­bler le vide lais­sé par Tho­mas Gib­son.

HOTCH­NER DOIT-IL MOU­RIR ?

Reste la ques­tion du sort qui se­ra ré­ser­vé à Hotch. Vu les cir­cons­tances bru­tales de son dé­part, Tho­mas Gib­son n’a évi­dem­ment pas eu le temps de fil­mer ses adieux, avant de faire ses car­tons. Les scé­na­ristes vont donc de­voir se creu­ser la tête pour lui trou­ver une porte de sor­tie. À l’ori­gine, il était pré­vu d’en­voyer Hotch en «mis­sion tem­po­raire» à l’ex­té­rieur du dé­par­te­ment. Mais ce plan est tom­bé à l’eau avec l’an­nonce du ren­voi dé­fi­ni­tif de Tho­mas Gib­son.

Cette fa­meuse «mis­sion» pour­rait dès lors être pro­lon­gée in­dé­fi­ni­ment. À moins, bien sûr qu’il soit dé­ci­dé de tuer Hotch, pu­re­ment et sim­ple­ment. Avec tous les tueurs en sé­rie que ce der­nier a mis sous les ver­rous, il ne se­rait pas im­pos­sible que l’un d’entre eux dé­cide de se ven­ger une fois en li­ber­té...

Cer­tains fans es­pèrent néan­moins que l’agent Hotch­ner se­ra main­te­nu en vie, his­toire de lais­ser une porte ou­verte à un éven­tuel re­tour de Tho­mas Gib­son. En an­non­çant le ren­voi de l’ac­teur, la pro­duc­tion a in­di­qué dans un com­mu­ni­qué que «les dé­tails ar­tis­tiques sur la fa­çon dont son per­son­nage al­lait être évin­cé de la sé­rie se­raient com­mu­ni­qués ul­té­rieu­re­ment.»

De son cô­té, l’ac­teur a ex­pri­mé sa dé­cep­tion. «J’ai mis mon coeur et mon âme dans cette sé­rie du­rant les douze der­nières an­nées. J’avais es­pé­ré y par­ti­ci­per jus­qu’à sa fin, mais ce ne se­ra plus pos­sible main­te­nant», a-t-il dé­cla­ré.

DES TÉ­MOI­GNAGES ACCABLANTS

Plu­tôt que de pen­ser à un éven­tuel re­tour dans Es­prits cri­mi­nels, l’ac­teur de 54 ans son­ge­rait main­te­nant à en­ga­ger des pour­suites ju­di­ciaires contre les pro­duc­teurs de la sé­rie, pour contes­ter les condi­tions de son li­cen­cie­ment. Mais les chances de le voir ob­te­nir gain de cause sont très minces, alors que les té­moi­gnages accablants se mul­ti­plient à son en­contre. Des té­moins ont confié au

Hol­ly­wood Re­por­ter avoir vu Tho­mas Gib­son s’em­por­ter à plu­sieurs re­prises et in­sul­ter cer­tains membres de l’équipe tech­nique à cause de dif­fé­rends créa­tifs. Il au­rait no­tam­ment pous­sé un as­sis­tant-réa­li­sa­teur pen­dant le tour­nage d’une scène en 2010.

Iro­ni­que­ment, lors d’une ren­contre avec Le Jour­nal au Fes­ti­val de Monte-Car­lo, quelques se­maines seule­ment avant l’an­nonce de son li­cen­cie­ment, l’ac­teur s’était fé­li­ci­té de ne pas avoir les dé­fauts de son per­son­nage qu’il ju­geait alors «trop poin­tilleux» et «in­ca­pable de se dé­tendre»...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.