JAZZ, TÉ­LÉ ET 20 ANS DE CAR­RIÈRE

Le ver­dict est tom­bé: Ch­ris­tian Lan­dry ira en pri­son. Même si on ne sait pas en­core com­bien de temps il se­ra in­car­cé­ré, Fré­dé­rick De Grand­pré se­ra un peu moins pré­sent dans Mé­moires vives, puisque Ra­dio-Ca­na­da ne vou­lait pas mettre l’ac­cent sur des scènes

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - San­dra Go­din san­dra.go­din @que­be­cor­me­dia.com

Avec Uni­té 9, le mi­lieu car­cé­ral est dé­jà bien ex­ploi­té par Ra­dio-Ca­na­da. «Mais il y au­ra d’autres choses, pro­met Fré­dé­rick De Grand­pré. Il y au­ra beau­coup d’in­trigues liées au fait que Ch­ris­tian est en pri­son. Ariane re­vien­dra dans le dé­cor pour se faire par­don­ner et il y au­ra beau­coup de chan­ge­ments dans le couple de Claire et Ch­ris­tian. Il y au­ra de nou­velles in­trigues sans né­ces­sai­re­ment tour­ner en pri­son.»

« À RUDE ÉPREUVE »

Plu­sieurs dé­te­nus croi­ront que Ch­ris­tian a tué sa femme, alors sa force de ca­rac­tère se­ra mise «à rude épreuve».

Père de fa­mille dé­voué et homme cha­ris­ma­tique, Ch­ris­tian Lan­dry n’est pas très loin de l’acteur qui l’in­carne. «C’est un gars dont les va­leurs fa­mi­liales et d’ami­tié sont très fortes et je me consi­dère comme ça aus­si. (...) Ch­ris­tian, ne le cherche pas, parce que tu vas le trou­ver. Et je suis un peu comme ça aus­si. Je pense que le cas­ting est bon», dit-il en riant.

Le fait que Fré­dé­rick De Grand­pré soit moins pré­sent dans Mé­moires vives lui a per­mis de faire autre chose cet été, dont du théâtre d’été avec Al­bert Millaire. Il se­ra aus­si de la 2e sai­son de Rup­tures, dif­fu­sée cet hi­ver.

Il se glis­se­ra dans la peau d’un per­son­nage à l’op­po­sé de Ch­ris­tian. Alexandre Beau­champ est un joueur de hockey qui sou­haite re­trou­ver la garde de son fils. «Quand il a la chance, il uti­lise ses poings. C’est un rough et il n’est pas né­ces­sai­re­ment un bon père», ra­conte ce­lui qui a pris plai­sir à jouer un rôle loin du bon gars.

LE CO­MÉ­DIEN ET LE CROO­NER

Chez Fré­dé­rick De Grand­pré, le mu­si­cien n’est ja­mais bien loin du co­mé­dien. Ce­lui qui a deux al­bums à son ac­tif se pro­mène cette an­née avec son spec­tacle en for­mule trio (pia­no et basse), in­ti­tu­lé En jazz ma­jeur.

«Je fais les chan­sons des an­nées 40 et 50 que les gens connaissent, ex­plique-t-il. C’est très in­time. Je parle beau­coup avec le pu­blic, je parle de mon ex­pé­rience au­tant en mu­sique que comme co­mé­dien et com­ment ça m’aide sur scène. Je veux vrai­ment que ce soit une ren­contre avec ceux qui me suivent aus­si à la té­lé et qui sont fi­dèles.»

Pour lui, la mu­sique a tou­jours été un «mé­dium com­plé­men­taire» à son mé­tier d’in­ter­prète.

«Je mets ça dans le même pa­nier, confie-t-il. Le mé­dium que j’uti­lise, que ce soit la scène ou la té­lé, c’est ce qui crée le lien avec le pu­blic et qui me per­met de rendre une émo­tion. Mon rôle d’ar­tiste est plus grand que juste faire du jeu ou de la mu­sique. L’im­por­tant, c’est que les gens soient tou­chés, qu’ils soient di­ver­tis, qu’ils ré­flé­chissent.»

Fré­dé­rick De Grand­pré cé­lèbre cette an­née 20 ans de car­rière au pe­tit écran. Il a été pro­mu de l’École na­tio­nale de théâtre en 1996.

«J’ai eu des per­son­nages qui ont mar­qué, je pense. J’ai com­men­cé avec Qua­dra, qui était une sé­rie vrai­ment in­tense. Les gens m’en parlent en­core au­jourd’hui. Puis, il y a eu Le né­go­cia­teur et Mé­moires vives. (...) J’ai fait du théâtre, et la mu­sique a cham­bou­lé ma car­rière éga­le­ment. Si on m’avait dit que ça se dé­rou­le­rait comme ça quand je suis sor­ti de l’école, je ne l’au­rais pas cru.»

Fré­dé­rick De Grand­pré se­ra en spec­tacle à l’An­gli­cane de Lé­vis le 22 oc­tobre ain­si que le 17 dé­cembre à Ter­re­bonne.

FRÉ­DÉ­RICK DE GRAND­PRÉ

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.