VIE DE VIL­LAGE EN PRO­VENCE

La ré­gion du sud de la France que l’on nomme la «Pro­vence Verte» porte bien son nom. Nous y avons séjourné au prin­temps : une se­maine des plus bu­co­liques!

Le Journal de Quebec - Weekend - - VACANCES - San­dra Cus­son Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Comme les at­trac­tions y sont as­sez concen­trées, nous avons choi­si un sé­jour en mode «sé­den­taire», soit de po­ser nos ba­gages dans une mai­son­nette et de rayon­ner aux alen­tours.

C’est le vil­lage de Co­ti­gnac, dans le Var, que nous avons élu comme do­mi­cile tem­po­raire, après un coup de foudre pour une co­quette ber­ge­rie du 17e siècle, com­plè­te­ment ré­no­vée et amé­na­gée en nid douillet. À 300 eu­ros la se­maine, il s’agis­sait d’une vé­ri­table au­baine, car nous étions en de­hors de la haute sai­son tou­ris­tique. Tant la ber­ge­rie que le vil­lage qui l’abrite ont su com­bler nos at­tentes.

Co­ti­gnac est un vil­lage fleu­ri, mi­gnon comme tout, dont plu­sieurs des com­merces de la place cen­trale ont su pré­ser­ver les fa­çades et en­seignes da­tant du dé­but du siècle der­nier. Notre ber­ge­rie se trou­vait en bor­dure du vil­lage et un agréable sen­tier, aux ef­fluves de gar­rigue, nous per­met­tait de par­cou­rir le de­mi­ki­lo­mètre pour al­ler qué­rir la ba­guette du ma­tin. Il y a pire comme dé­but de jour­née.

Outre ses deux tours car­rées au som­met du ro­cher qui abrite le vil­lage – ves­tiges du châ­teau féo­dal du XIe siècle –, Co­ti­gnac est éga­le­ment pour­vu d’une at­trac­tion in­usi­tée: une grande fa­laise de tuf, com­por­tant plu­sieurs grottes tro­glo­dytes ayant ser­vi d’ha­bi­ta­tions aux hommes et aux femmes de la pré­his­toire. Cer­taines mai­sons ac­tuelles sont d’ailleurs im­bri­quées dans le roc. Quant au mar­ché du sa­me­di ma­tin, au centre du vil­lage, il vaut à lui seul le dé­tour; les longs étals de pro­duits fer­miers, olives, fro­mages, noix, sans ou­blier les bou­teilles de ro­sé, la spé­cia­li­té lo­cale, ra­vis­saient nos yeux et notre odo­rat.

BA­LADES

Pour bien di­gé­rer toutes ces bonnes choses, tout un choix de ba­lades s’of­frait à nous. La plus cor­sée – et la plus im­pres­sion­nante: le sen­tier Blanc-Mar­tel, dans les Gorges du Ver­don. Ce che­min d’une quin­zaine de ki­lo­mètres, dont le dé­part se si­tue au cha­let de la Ma­line, des­cend et re­monte la gorge – avec quelques pas­sages ver­ti­gi­neux! – pour al­ler re­joindre le Point Su­blime, le­quel porte bien son nom. En che­min, on doit tra­ver­ser deux tun­nels, pour les­quels on doit ab­so­lu­ment s’éclai­rer à la lampe de poche.

À ST-TRO­PEZ

Le len­de­main, afin de nous re­mettre de ces fortes sen­sa­tions, nous nous ren­dons à ce jo­li vil­lage que l’on nomme St-Tro­pez et qui, en mai, s’avère bien pai­sible… Un peu de far­niente sur la plage dé­serte et nous ter­mi­nons la jour­née par une visite de la ma­gni­fique ci­ta­delle du 17e siècle qui do­mine la ville.

À cette heure tar­dive, le mu­sée ma­ri­time qui s’y trouve est fer­mé aux vi­si­teurs mais nous ef­fec­tuons, au so­leil cou­chant, une ba­lade sur ses rem­parts, d’où l’on peut voir de su­perbes pa­no­ra­mas sur la baie et le port.

AB­BAYE CIS­TER­CIENNE

Un autre jour, nous par­tons en di­rec­tion de l’Ab­baye du Tho­ro­net, la «mer­veille» des ab­bayes cis­ter­ciennes, da­tant du 13e siècle. Elle s’élève au mi­lieu des chênes, dans un en­vi­ron­ne­ment sau­vage et iso­lé, en ac­cord avec les prin­cipes de cet ordre. Pure, simple, aus­tère, son ar­chi­tec­ture fait al­ter­ner les vides et les pleins, per­met­tant aux rayons de lu­mière ex­té­rieure de se pro­je­ter sur les murs de pierres nues. L’acous­tique y est ex­cep­tion­nelle, avec un écho pro­lon­gé, qui de­mande une tech­nique de chant bien par­ti­cu­lière.

Juste der­rière nous, un couple de vi­si­teurs en­tonne ti­mi­de­ment un can­tique…

Au re­tour, nous nous ar­rê­tons au vil­lage mé­dié­val de Carcès et nous par­tons à la dé­cou­verte de ses fon­taines ex­tra­va­gantes (le vil­lage en com­porte une ving­taine) et de ses gi­gan­tesques pein­tures mu­rales en trompe-l’oeil. Hy­per­réa­listes, ces scènes d’an­tan ont été peintes par un ha­bi­tant de la ville, mu­ra­liste de grand ta­lent, en­cou­ra­gé par un maire qui n’est, semble-t-il, ja­mais à court d’idées pour mettre en va­leur sa com­mune.

Au der­nier jour, nous nous of­frons un après-mi­di de re­pos et de fraî­cheur au pied des chutes du Grand Baou, le long de la ri­vière Ri­bei­rotte. Ce pe­tit havre de paix, avec ses jo­lies chutes et ses bas­sins cris­tal­lins, nous donne une pe­tite im­pres­sion de bout du monde.

Une des gi­gan­tesques mu­rales du vil­lage mé­dié­val de Carcès.

Fer­vente ama­trice de plein air et de voyages, mère de deux jeunes adultes et adepte de sim­pli­ci­té vo­lon­taire, San­dra Cus­son aime consa­crer ses temps libres à la dé­cou­verte de pe­tits ou grands pa­ra­dis, où il fait bon s’adon­ner à la contem­pla­tion des beau­tés de la na­ture.

PHO­TOS COUR­TOI­SIE, SAN­DRA CUS­SON

3

∫ 1. et 2. Chutes, hautes fa­laises et autres es­paces verts sau­ront cap­ti­ver l’at­ten­tion des amou­reux de la na­ture.

∫ 3. St-Tro­pez vue de la ci­ta­delle.

2

1

PRO­VENCE

FRANCE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.