LE POINT TOUR­NANT DE JEAN-FRAN­ÇOIS BA­RIL

Prin­temps 2009. JeanF­ran­çois Ba­ril ouvre son jour­nal et ap­prend que TQS – qui s’ap­prête à de­ve­nir V – compte res­sus­ci­ter La guerre des clans, ce po­pu­laire jeu pi­lo­té par Luc Se­nay au mi­lieu des an­nées 1990. Dé­ter­mi­né à ob­te­nir une au­di­tion, l’ex- Mec co­mi

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Marc-An­dré Le­mieux Le Jour­nal de Mont­réal marc-andre.le­mieux @que­be­cor­me­dia.com

Pour­quoi te­niez-vous mor­di­cus à ani­mer La guerre des clans?

Je vou­lais me faire connaître comme ani­ma­teur. J’avais dé­jà fait le switch dans ma tête. Les Mecs co­miques étaient fi­nis de­puis trois ans. J’étais en­core side-kick à Éner­gie. Mais du­rant les va­cances de l’ani­ma­teur, je pre­nais sa place. Et j’ado­rais ça. J’at­ten­dais que quelque chose se pré­sente et quand La guerre des clans est ar­ri­vée, je sa­vais que c’était pour moi. En sor­tant de l’École na­tio­nale de l’hu­mour en 1996, l’ani­ma­tion fai­sai­telle par­tie de tes plans? Non. Mais au fin fond de moi, peut-être... Je me sou­viens même d’un mee­ting avec notre gé­rante (celle des Mecs co­miques, le groupe qu’il for­mait avec Louis Mo­ris­sette et Alex Per­ron). Elle nous avait de­man­dé d’écrire quel genre d’af­faires on ai­me­rait faire, etc. Moi j’avais dit: «Quelque chose comme Guy Mon­grain: un jeu, une émis­sion comme Fort Boyard, un show du ma­tin…» Les gars avaient beau­coup ri de moi.

Vous êtes fi­dèle à TQS/V de­puis 1999. Il y a eu Les Mecs co­miques, 3X rien, Ca­féine , La guerre des clans, Ça com­mence bien… Avez-vous dé­jà été ten­té d’al­ler voir ailleurs? Oui. Quand je n’étais plus à l’an­tenne, dans les deux der­nières an­nées de TQS, j’ai fait des pitchs ailleurs. Mais à moins d’être une grosse, grosse ve­dette au Qué­bec, c’est rare que les portes s’ouvrent au­to­ma­ti­que­ment. C’est plus TQS et V qui sont res­tés fi­dèles à moi. C’est eux qui m’ont fait confiance.

Est-ce que l’hu­mour vous manque? Non, parce que j’en fais un peu tous les ma­tins à Rythme FM. Mais je n’ai pas l’in­ten­tion de faire un one-man-show. Parce que c’est une pres­sion in­croyable. Et par­tir en tour­née, ce n’est pas pour moi. Je suis un gars de fa­mille. J’aime avoir un ho­raire ré­gu­lier. Je suis aus­si bour­ré d’in­sé­cu­ri­tés. Pour­quoi les gens vien­draient voir mon show au lieu des 30 autres qui roulent en per­ma­nence au Qué­bec?

L’an der­nier, j’ai écrit un nu­mé­ro pour Prière de ne pas en­voyer de fleurs de mon ami Alex (Per­ron). J’ai vrai­ment eu du fun à faire ça. J’ai ai­mé en­tendre les gens rire.

Et tout de suite après, Le Grand Rire a ap­pe­lé pour sa­voir si j’étais in­té­res­sé à faire un nu­mé­ro. J’ai dit non, parce que j’ai trop à perdre. J’au­rais été sur scène contre des hu­mo­ristes qui ont fait leur show 100-150 fois, alors que moi, j’au­rais ro­dé mon nu­mé­ro dans une couple de bars avant. C’est sûr que j’au­rais été moins bon!

Pour re­prendre une ex­pres­sion de Coup de foudre, qu’est-ce qui fait qu’entre V et vous, c’est un match par­fait? À V, on n’a pas beau­coup de moyens. Il faut en faire plus. Il faut tra­vailler. On est un peu re­cher­chiste, un peu idéa­teur, un peu met­teur en scène… Il faut être dé­brouillard et proac­tif. Ça me res­semble beau­coup. Je suis un gars qui aime por­ter plu­sieurs cha­peaux. J’aime être im­pli­qué. J’aime brains­tor­mer avec la gang.

Vous ani­mez l’émis­sion du ma­tin de Rythme FM avec Sas­kia Thuot de­puis un peu plus d’un an. Com­ment vont les choses? Su­per bien… même si c’est un drôle de beat, ce­lui du ma­tin. Avec les an­nées, j’ai ap­pris à mieux gé­rer mon ho­raire. Et cô­té fa­mi­lial, c’est la meilleure chose qui pou­vait m’ar­ri­ver. J’ai dé­jà ani­mé le soir et j’étais mal­heu­reux. Je man­quais les dis­cus­sions du sou­per. Au­jourd’hui, je suis content d’être chez nous quand mes en­fants re­viennent de l’école.

Lun­di à V, Jean-Fran­çois Ba­ril coa­ni­me­ra La Guerre des clans avec un bou­vier ber­nois pour sou­li­gner La jour­née qui a du chien, au pro­fit de MI­RA. La 1000e émis­sion de La guerre des clans se­ra dif­fu­sée ven­dre­di à 17 h 30.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.