EN QUÊTE DE VÉ­RI­TÉ

Cor­neille — Là où le so­leil dis­pa­raît

Le Journal de Quebec - Weekend - - NOUVELLES - Le Jour­nal de Qué­bec Ma­rie-France Bor­nais

Éton­nant tant les mé­dias que le grand pu­blic, Cor­neille, la star, le chan­teur lu­mi­neux, mal­gré un pas­sé ter­ri­fiant, ra­conte pour la pre­mière fois son his­toire dans une au­to­bio­gra­phie émou­vante qui ré­vèle au­tant sa quête de vé­ri­té et sa ré­si­lience que son talent d’écri­vain: Là où le so­leil dis­pa­raît.

Cor­neille, cet ar­tiste qui fait cou­rir les foules par­tout où il passe, s’est re­ti­ré de la scène il y a quelques mois pour se plon­ger dans l’écri­ture d’une au­to­bio­gra­phie sans fard. Il ra­conte le gé­no­cide de sa fa­mille au Rwan­da, pen­dant le­quel ses pa­rents, ses frères et sa soeur furent as­sas­si­nés de­vant ses yeux. Il a sur­vé­cu par chance, s’est en­fui vers l’ouest, puis a re­fait sa vie, d’abord en Al­le­magne, puis au Ca­na­da. Et puis, il est de­ve­nu star.

À 39 ans, main­te­nant père de deux en­fants, heu­reux comme un roi avec sa conjointe So­fia et bien an­cré dans sa vie qué­bé­coise, il parle de son his­toire et de ses ra­cines, de sa quête d’iden­ti­té, de ce qui lui a per­mis d’être ce qu’il est.

«Je cher­chais un moyen de ra­con­ter mon his­toire, avec la li­ber­té d’al­ler au fond des choses. Je ne trou­vais pas cette li­ber­té dans la chan­son. (...) Je com­men­çais à trou­ver mes li­mites, dans la chan­son, et j’avais l’im­pres­sion que j’avais beau ra­con­ter des his­toires, c’était tou­jours des ré­su­més et non les his­toires com­plètes», ex­plique-t-il en en­tre­vue.

POS­TÉ­RI­TÉ

Il se cher­chait un mé­dium pour pou­voir en dire plus, quand est ar­ri­vée l’offre de pu­blier son au­to­bio­gra­phie. «J’ai ac­cep­té d’écrire pas trop long­temps après la nais­sance de mon fils, par de­voir de mé­moire et le be­soin de lais­ser quelque chose à la pos­té­ri­té. Par peur aus­si d’ou­blier. J’avais peur que mon pas­sé dis­pa­raisse com­plè­te­ment, d’au­tant plus qu’une par­tie de mon pas­sé a phy­si­que­ment dis­pa­ru et que les vi­sages de ma fa­mille com­men- çaient à de­ve­nir flous, dans ma tête.»

Dans son livre, Cor­neille vou­lait aus­si ex­pli­quer des choses: le per­son­nage qui s’est cons­truit dans les mé­dias et aux yeux du pu­blic por­tait son lot d’énigmes et de mys­tères et il avait en­vie d’éclair­cir tout ça.

L’écri­ture comme telle n’a pas été par­ti­cu­liè­re­ment ai­sée. «Le dé­but a été fa­cile et c’est là que je me suis sur­pris à ai­mer l’écri­ture, à un point où je me suis dit que j’ai­me­rais en faire plus et conti­nuer à écrire des livres et peut-être des ro­mans. C’était peut-être un rêve qui dor­mait en moi de­puis long­temps.»

Le plai­sir d’écrire lui a fait ou­blier qu’il écri­vait sa propre his­toire et qu’il al­lait ra­con­ter des choses pas très agréables et dou­lou­reuses qui l’at­ten­daient au tour­nant. «Plus je m’ap­pro­chais des pé­riodes dif­fi­ciles de ma vie, plus je ra­len­tis­sais le dé­bit. Sur les cinq ans que ça m’a pris, il y a un bon deux ans où je n’ai rien fait, parce que j’avais peur de ce qui s’en ve­nait.»

SA­LU­TAIRE

Re­vi­si­ter son pas­sé et l’af­fron­ter car­ré­ment a été sa­lu­taire. «Les pas­sages les plus durs ont été ceux de l’abus que j’ai su­bi quand j’étais en­fant et le gé­no­cide, plus par­ti­cu­liè­re­ment la nuit où j’ai per­du ma fa­mille. Mais il était aus­si dif­fi­cile que le be­soin de ra­con­ter ces choses-là était fort: j’étais pris entre la dif­fi­cul­té et la dou­leur que le ré­cit de ces pé­riodes dif­fi­ciles ré­veillait et le be­soin vis­cé­ral, vi­tal que j’avais de ra­con­ter ces choses-là.»

Au­jourd’hui, Cor­neille a trou­vé son équi­libre et une paix in­té­rieure au­près de sa fa­mille. «C’est ce qui m’a sor­ti de ce lieu de so­li­tude et d’in­com­pré­hen­sion et d’iso­le­ment. C’est ce qui m’a ra­me­né – sans conno­ta­tion pé­jo­ra­tive – dans une cer­taine “nor­ma­li­té” de la vie.»

Cor­neille se­ra au Salon du livre de Mon­tréal les 19 et 20 no­vembre pour ren­con­trer les lec­teurs.

Cor­neille Là où le so­leil dis­pa­raît XO Édi­tions 325 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.