MARC MES­SIER EN QUÊTE DE RÉ­DEMP­TION

Même si le pu­blic l’as­so­cie na­tu­rel­le­ment à la co­mé­die à cause de Broue, La pe­tite vie et Les Boys, Marc Mes­sier ne lève ja­mais le nez sur un rôle dra­ma­tique. «La créa­tion in­té­res­sante n’est pas dans le confort», af­firme le co­mé­dien.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger ce­dric.be­lan­ger @que­be­cor­me­dia.com

Marc Mes­sier aime «es­sayer des choses dif­fé­rentes». C’est pour cette rai­son, et bien sûr parce que le scé­na­rio lui plai­sait, qu’il a ac­cep­té sans hé­si­ta­tion de jouer dans Le pacte des anges, pre­mier long mé­trage du ci­néaste de Qué­bec Ri­chard An­gers.

«J’ai lu le scé­na­rio deux ou trois ans avant qu’on tourne le film et ce fut un coup de foudre», s’est rap­pe­lé Mes­sier lors d’une en­tre­vue ac­cor­dée au Jour­nal.

BRAS­SÉ PAR LES JEUNES

Pour quel­qu’un qui ne re­cherche pas le confort, Le pacte des anges re­pré­sen­tait un match par­fait. Dans ce road-mo­vie tour­né en grande par­tie dans les dé­cors ma­jes­tueux de l’est qué­bé­cois, il joue un sexa­gé­naire pris en otage par deux frères (Émile Sch­nei­der et Len­ni-Kim La­lande) après s’être trou­vé au mau­vais en­droit au mau­vais mo­ment.

En fuite, le trio ap­prend à se connaître et Adrien, le per­son­nage de Mes­sier, s’ou­vri­ra même sur une bles­sure pro­fonde, mais pas avant qu’il se soit fait bras­ser so­li­de­ment par les deux ado­les­cents et qu’il ait dû se bai­gner dans les eaux gla­ciales du fleuve.

Ap­pa­rem­ment, Sch­nei­der et La­lande n’y sont pas al­lés de main morte avec lui.

«Ils se sont dé­gê­nés as­sez vite», dit le co­mé­dien en riant, tout en as­su­rant ne pas avoir été bles­sé.

Lui-même père de jeunes en­fants, Marc Mes­sier sou­tient qu’il était ain­si en me­sure de com­prendre la dou­leur im­mense de son per­son­nage, un homme en quête de ré­demp­tion qui peine à faire le deuil d’un fils mort tra­gi­que­ment à l’ado­les­cence.

De­vant la ca­mé­ra, il af­firme avoir fait le choix de jouer «dans la re­te­nue» afin d’évo­quer la tris­tesse épou­van­table d’Adrien.

«On dit qu’avec les en­fants vient la culpa­bi­li­té. Dans son cas, c’est en­core pire parce qu’il se sent res­pon­sable de la dis­pa­ri­tion de son fils», confie Mes­sier.

COMME UN WES­TERN

Pré­sen­té à Bu­san, en Co­rée, et à Na­mur avant sa pre­mière qué­bé­coise, ce wee­kend, à Rouyn-No­ran­da, lors de la soi­rée d’ou­ver­ture du Fes­ti­val du ci­né­ma in­ter­na­tio­nal d’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue, Le pacte des anges est un pro­jet qui mi­jote de­puis plu­sieurs an­nées dans la tête de Ri­chard An­gers, un ci­néaste ex­pé­ri­men­té à qui on doit no­tam­ment La chambre no 13.

An­gers dit avoir pris son ins­pi­ra­tion dans le genre du wes­tern avec «ces hors-la-loi qui partent, qui ne savent pas où ils vont et doivent ré­soudre leurs conflits entre eux.»

«C’est une his­toire, dit-il aus­si, que j’ai vou­lu an­crer entre deux gé­né­ra­tions qui ne com­mu­niquent pas.»

Ri­chard An­gers af­firme avoir pui­sé dans son ex­pé­rience dans une mai­son de jeunes pour bâ­tir ses per­son­nages ado­les­cents.

«J’ai aus­si un ne­veu qui est tou­jours en train de re­ven­di­quer. La jeu­nesse tur­bu­lente, je connais ça. Moi-même, à l’école, je me te­nais avec les bums même si j’étais un pre­mier de classe.»

Chose cer­taine, Ri­chard An­gers, qui a aus­si fait du do­cu­men­taire, a eu la pi­qûre pour la fic­tion sur grand écran et il se pro­met bien de re­ve­nir dès que pos­sible avec un nou­veau long mé­trage.

Le pacte des anges sort en salles le 4 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.