PLUS QU’UN FILM D’ADOS

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie Agence QMI

Mal­gré le fait que le su­jet – un jeune ef­fec­tuant des ap­pren­tis­sages de vie – n’a rien de nou­veau, Prank, de Vincent Bi­ron, par­vient à ap­por­ter un éclai­rage ori­gi­nal sur cette thé­ma­tique.

Après avoir été pré­sen­té aux fes­ti­vals de Ve­nise et de To­ron­to et après avoir rem­por­té le prix du pu­blic lors du Fes­ti­val du nou­veau ci­né­ma (FNC) de Mon­tréal, voi­ci que Prank dé­boule en salles. Sous ce titre en an­glais – une «prank» est une plai­san­te­rie, un coup pen­dable – se cache l’his­toire d’un jeune qui cherche son che­min.

Ste­fie (Etienne Gal­loy) est comme la ma­jo­ri­té des ado­les­cents. Il n’a rien d’ex­cep­tion­nel, passe pas mal de temps tout seul et joue de la cla­ri­nette. Alors qu’il est en train de pas­ser un après-mi­di d’une ba­na­li­té ex­trême, il se fait ac­cos­ter par Mar­tin (Alexandre La­vigne) et Jean-Sé (Simon Pi­geon). Les deux amis lui de­mandent son aide pour fil­mer un coup qu’ils vont réa­li­ser à l’épi­ce­rie du coin. L’un va se dé­gui­ser en chien et aboyer tan­dis que l’autre s’ex­cu­se­ra au­près des clients du ma­ga­sin pour le dé­ran­ge­ment.

Une fois ce coup pen­dable réa­li­sé, Ste­fie fait par­tie de la gang qui com­prend éga­le­ment Léa (Constance Massicotte), la pe­tite amie de Mar­tin. En­semble, ils écument les lieux pu­blics et ri­va­lisent d’ima­gi­na­tion pour mettre en place les plai­san­te­ries les plus ef­fi­caces.

Cer­taines sont poé­tiques (un couple en pleine rup­ture se re­trouve au mi­lieu d’une pluie de confet­tis), d’autres bien amu­santes (un homme en train de se mas­tur­ber se fait lan­cer des pois­sons et sou­hai­ter un joyeux Pois­son d’avril) et d’autres, en­core, sont ty­pi­que­ment ado­les­centes (des man­ne­quins si­mu­lant un acte sexuel sont pla­cés sur l’au­tel d’une église). Au tra­vers de ces mo­ments, le film ex­plore les réa­li­tés de Ste­fie, la né­ces­si­té qu’il va avoir de s’af­fir­mer face aux deux autres jeunes hommes ain­si (évi­dem­ment) que son at­ti­rance pour Léa.

SU­JET PLUS PRO­FOND

Si la dé­marche – fil­mer des blagues – peut sem­bler gra­tuite, elle ne l’est pas. Chaque plai­san­te­rie est l’oc­ca­sion pour le qua­tuor – et donc le spec­ta­teur - d’ex­plo­rer des su­jets au­tre­ment plus pro­fonds. Ain­si, la ré­ac­tion de l’em­ployé d’un ma­ga­sin se fai­sant sur­prendre par l’un des jeunes alors qu’il vient de li­vrer un se­cret tou­chant de sa vie dé­passe le cadre d’une blague fa­cile, tout comme ce couple sor­tant de chez le vé­té­ri­naire après une eu­tha­na­sie.

Vincent Bi­ron a éga­le­ment eu la bonne idée d’in­ter­ca­ler, un peu à la ma­nière d’un fil d’Ariane, des com­men­taires des jeunes sur des films avec JeanC­laude Van Damme. Une scène, en par­ti­cu­lier, at­tire l’at­ten­tion, celle du vi­sion­ne­ment du Che­val de Tu­rin par les ados, film de­vant le­quel ils se mettent à par­ler de la Co­rée du Nord!

Si la fi­nale est conve­nue et pré­vi­sible, Prank est comme King Dave de Podz (le long mé­trage vient de sor­tir en for­mat DVD) ou comme 1:54 de Yan En­gland (ac­tuel­le­ment en salle), il brosse le por­trait de cette jeune gé­né­ra­tion à la dé­rive qui fi­nit par trou­ver ses propres re­pères en dé­pit de l’ab­sence de ré­fé­rences.

Jean-Sé, Ste­fie, Mar­tin et Léa font les quatre-cents coups.

Film Vincent Bi­ron Etienne Gal­loy, Alexandre La­vigne, Simon Pi­geon et Constance Massicotte

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.