DES­TIN TRA­GIQUE…

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Mar­gue­rite est l’illus­tra­tion par­faite des dif­fé­rences cultu­relles qui existent avec nos cou­sins de l’autre cô­té de l’At­lan­tique!

Au mois d’août der­nier sor­tait Flo­rence Fos­ter Jen­kins, avec Me­ryl Streep et Hugh Grant, une co­mé­die dra­ma­tique de Ste­phen Frears qui ra­con­tait l’his­toire de cette hé­ri­tière à la voix de faus­set, qui s’est pour­tant pro­duite à Car­ne­gie Hall après la Se­conde Guerre mon­diale.

Va­gue­ment ins­pi­ré de la même his­toire, Ma­gue­rite , réa­li­sé par Xa­vier Gian­no­li d’après un scé­na­rio co­écrit avec Mar­cia Ro­ma­no, met en scène l’ex­cel­lente Ca­the­rine Frot dans le rôle de Mar­gue­rite Du­mont.

Nous sommes en France, dans les an­nées 1920, juste après la Pre­mière Guerre mon­diale, dont le sou­ve­nir est en­core vif dans tous les es­prits. Dans un châ­teau, la ba­ronne Du­mont (Ca­the­rine Frot qui a re­çu, avec rai­son, le Cé­sar de la meilleure ac­trice pour sa pres­ta­tion) donne un ré­ci­tal. Elle chante comme une cas­se­role, mais per­sonne ne le lui dit. Son ma­jor­dome (De­nis Mpun­ga) lui fait en­voyer des fleurs comme s’ils ve­naient d’ad­mi­ra­teurs, et Georges, son ma­ri (An­dré Mar­con) fait sem­blant d’avoir eu une panne de voi­ture afin de ne pas l’en­tendre. Par ailleurs, un jour­na­liste (Syl­vain Dieuaide) et un des­si­na­teur (Au­bert Fe­noy) feignent la pâ­moi­son de­vant son talent, mais c’est pour mieux pro­fi­ter de son im­mense for­tune.

IN­CON­FOR­TABLE

Le spec­ta­teur ne peut, au mieux, qu’avoir pi­tié de Mar­gue­rite – pré­sen­tée comme une cer­velle d’oi­seau en­fer­mée dans son men­songe –, au pire, que la mé­pri­ser comme le fait son époux et l’en­semble des per­sonnes qui la cô­toient. Et, alors que Ste­phen Frears trai­tait Flo­rence Fos­ter Jen­kins comme une co­mé­die dans la­quelle on riait avec l’hé­roïne, Ma­gue­rite est une tra­gé­die dans la­quelle on rit de cette femme qui n’a, dans cette ver­sion, rien d’ad­mi­rable, mais tout de ri­di­cule.

Cet angle ré­so­lu­ment cy­nique et dur – rire des autres, sur­tout à leurs dé­pens, n’a rien de bien sym­pa­thique – place éga­le­ment le spec­ta­teur dans une po­si­tion hau­te­ment in­con­for­table pen­dant 127 trop longues mi­nutes, celle d’avoir honte de et pour Mar­gue­rite.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.