UNE TOUR­NÉE QUI SE TER­MINE, UNE AUTRE QUI SE PRÉ­PARE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - San­dra Godin Le Jour­nal de Qué­bec

Fran­çois Bel­le­feuille nous casse les oreilles dans ses onze pu­bli­ci­tés de Noël qu'il reste très peu de temps avant la fin de sa toute pre­mière tour­née, qui au­ra du­ré plus de trois ans. Mais ne vous in­quié­tez pas, mal­gré un deuxième bé­bé en route pour le mois de mai, il ne res­te­ra pas loin des planches trop long­temps.

Le dé­but de l'an­née 2017 mar­que­ra la fin de la pre­mière tour­née du co­lé­rique pré­fé­ré des Qué­bé­cois. Une tour­née ex­cep­tion­nelle: quelque 400 re­pré­sen­ta­tions et près de 290 000 billets ven­dus.

Il re­vien­dra dé­jà en 2018 avec un nou­veau spec­tacle, confirme ce­lui qui sou­haite faire plus de one man show, en moins de temps. «Je ne suis pas tan­né de faire mes nu­mé­ros, mais j'ai hâte de faire d'autre ma­té­riel», di­til, at­ta­blé à un ca­fé de Qué­bec.

Le per­son­nage de Fran­çois Bel­le­feuille joue beau­coup sur le fait qu'il est cé­li­ba­taire et sur son in­ex­pé­rience avec les femmes pour faire rire. Mais entre le dé­but de sa tour­née et main­te­nant, l'hu­mo­riste a ren­con­tré sa conjointe et con­çu deux en­fants: il est dé­fi­ni­ti­ve­ment ailleurs.

CONTI­NUER DANS L’EXAGÉRATION

Il confie avoir un 45 mi­nutes de nou­veau ma­té­riel d'écrit. Mal­gré la ma­tu­ri­té qu'il veut faire prendre à son per­son­nage, il pro­met de nous ame­ner là où on ne s'y at­tend pas et de conti­nuer dans l'exagération.

«Je vis la vie de fa­mille, j'adore ça et j'ai le goût d'écrire là-des­sus énor­mé­ment. Ça bouille à l'in­té­rieur de moi de par­ler de cette réa­li­té-là», dit-il.

Il y a deux se­maines, Fran­çois Bel­le­feuille lan­çait sa cam­pagne pu­bli­ci­taire de Noël, qui rem­porte as­su­ré­ment la palme de la meilleure idée cette an­née.

Il a réa­li­sé pas moins de onze pu­bli­ci­tés, où il don­nait du temps d'an­tenne à au­tant de pe­tites en­tre­prises qué­bé­coises.

«De­puis quelques an­nées, le com­merce lo­cal est très im­por­tant pour moi. Dès que j'ai quelque chose à ache­ter, je me pose la ques­tion si un ma­ga­sin dans mon quar­tier vend ça. Et ça m'a per­mis de ren­con­trer tel­le­ment de monde sym­pa­thique, des gens qui sont vrai­ment dé­diés à leur com­merce», confie-t-il.

UNE AN­NÉE DIF­FI­CILE

Fin 2016, l'heure est au bi­lan. En hu­mour, on constate que le mi­lieu a été écor­ché par quelques contro­verses cette an­née, entre autres avec l'af­faire op­po­sant Mike Ward et Jé­ré­my Ga­briel, et plus ré­cem­ment, Guillaume Wa­gner et Mar­tin Matte.

Fran­çois Bel­le­feuille est un hu­mo­riste qui se tient loin de la contro­verse, qui re­garde les choses de loin, mais il n'est pas non plus du genre à gar­der son opi­nion pour lui.

«Je trouve ça dom­mage, que der­niè­re­ment, entre hu­mo­ristes, on se tire la pipe. (...) Comme l'his­toire de Guillaume (Wa­gner). Je l'ai trou­vé très sé­vère sur Mar­tin (Matte, au su­jet de la pu­bli­ci­té de Maxi). Il au­rait pu don­ner son opi­nion sans l'at­ta­quer per­son­nel­le­ment. Mais c'est un ami, je l'aime bien et je le trouve très bon. D'un autre cô­té, j'ai vu la pub de Mar­tin et je la trouve ex­cel­lente. Je suis même un peu ja­loux», dit-il en riant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.