RE­TROU­VAILLES APRÈS UNE AB­SENCE DE 25 ANS

Les ama­teurs d’UZEB, cé­lèbre trio jazz qué­bé­cois, y rê­vaient de­puis long­temps. Après une ab­sence de 25 ans, Mi­chel Cus­son, Alain Ca­ron et Paul Bro­chu ont dé­ci­dé de se re­for­mer. L’en­droit choi­si pour leurs re­trou­vailles: le Fes­ti­val de jazz de Mon­tréal. Le

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin

Comment s’est or­ches­trée la réunion?

Alain: «De­puis 25 ans, il y avait tou­jours des gens qui nous de­man­daient si nous al­lions nous réunir. Nous ré­pon­dions non. Mais on voyait ve­nir le 25e pour l’an pro­chain et on se di­sait que si on vou­lait faire un re­tour, c’était le temps ou ja­mais.»

Mi­chel: «La per­sonne qui a été ins­ti­ga­trice de nos re­trou­vailles, c’est Ri­chard La­for­tune, notre pre­mier éclai­ra­giste et main­te­nant vice-pré­sident de So­lo­tech. C’est lui qui nous a réunis.»

Pour­quoi avoir choi­si le Fes­ti­val de jazz de Mon­tréal pour votre re­tour?

Alain: «C’était notre der­nier concert en 1992.» Mi­chel: «C’est une sym­bo­lique ex­trê­me­ment im­por­tante pour nous. Ils nous ac­cueillent à bras ou­verts.»

UZEB a été ac­tif de 1976 à 1992. Quels sou­ve­nirs gar­dez-vous de cette époque?

Alain: «C’était que du plai­sir. Mais on tra­vaillait tel­le­ment fort. Je di­rais qu’on a convain­cu presque tout le pu­blic d’UZEB un à un. On a joué dans tous les bars pos­sibles.»

Mi­chel: «Il y a des sou­ve­nirs de tour­née mé­mo­rables, que ce soit des jams, des ren­contres, des re­pas.»

Alain: «Je me sou­viens de concerts à Ja­kar­ta, Tel-Aviv et Jé­ru­sa­lem. Ce sont des mo­ments ab­so­lu­ment in­croyables. Ou en­core la pre­mière fois qu’on a joué à New York. On était par­tis toute la gang dans une mi­ni-van.»

UZEB est consi­dé­ré comme un groupe culte par plu­sieurs. Pour­quoi le trio a tant fonc­tion­né à l’époque?

Alain: «On avait un son très rock, une at­ti­tude très connec­tée avec le pu­blic. Et on avait un lan­gage très so­phis­ti­qué.» Mi­chel: «Il y a beau­coup de jeunes qui m’ont dit qu’ils ont été ame­nés au jazz grâce à UZEB. Ils écou­taient juste du rock pro­gres­sif ou de la mu­sique pop avant ça.» Alain: «Avec le re­cul, UZEB a été un groupe phare de la pé­riode fu­sion des an­nées 1980 pour plu­sieurs.»

Pour­quoi vous êtes-vous sé­pa­rés en 1992?

Alain: «C’est l’usure. Dans notre der­nière tour­née, on avait fait 100 concerts. On avait l’im­pres­sion d’avoir pres­sé le ci­tron, de ne plus né­ces­sai­re­ment avoir quelque chose de neuf à dire. On avait aus­si tous en­vie de faire nos car­rières in­di­vi­duelles.»

Mi­chel: «C’est comme un couple. À un mo­ment don­né, il ar­rive for­cé­ment des fric­tions. Il fal­lait al­ler cha­cun de notre cô­té. Ce qu’on va faire l’été pro­chain, c’est une édi­tion li­mi­tée. On n’ar­rête pas nos vies.» UZEB fe­ra son spec­tacle R3UNION le 29 juin 2017, à la Salle Wil­frid-Pel­le­tier, dans le cadre du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de jazz de Mon­tréal. Les billets sont pré­sen­te­ment en vente au mon­treal­jazz­fest.com.

UZEB fe­ra quelques concerts l’été pro­chain. Le trio n’a pas de pro­jet de nou­vel al­bum, pour l’ins­tant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.