AN­TOINE BER­TRAND re­trouve Ju­nior Bou­gon

An­toine Ber­trand sou­hai­tait de­puis long­temps voir re­naître la cé­lèbre fa­mille des Bou­gon au grand écran. Il ne s’est donc pas fait prier pour re­nouer avec le per­son­nage de Ju­nior Bou­gon, qu’il a créé il y a dé­jà plus de douze ans.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers Le Jour­nal de Mon­tréal maxime.de­mers @que­be­cor­me­dia.com

«C’était un fan­tasme que j’avais de­puis long­temps de pou­voir faire un film avec la gang des Bou­gon», a ad­mis l’ac­teur de 39 ans, ren­con­tré plus tôt cette se­maine quelques heures avant la pre­mière du film Vo­tez Bou­gon.

«J’avais un rêve très pré­cis, dans le­quel je m’as­soyais dans une salle de ci­né­ma et j’en­ten­dais les pre­mières notes de la mu­sique des Bou­gon. C’est drôle parce que c’est ce que je vais vivre ce soir (lun­di).» Un peu comme Hé­lène Bour­geoisLe­clerc, An­toine Ber­trand ve­nait à peine de dé­bu­ter sa car­rière d’ac­teur quand la sé­rie Les Bou­gon a fait une en­trée fra­cas­sante en ondes, en 2004, ral­liant ra­pi­de­ment plus de deux mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs chaque se­maine.

«Ju­nior Bou­gon re­pré­sente beau­coup pour moi, rap­pelle l’ac­teur. J’étais en­core au tout dé­but de ma car­rière quand j’ai ob­te­nu le rôle. Je dis sou­vent que Les

Bou­gon m’a sau­vé cinq an­nées d’au­di­tions de pubs. Parce que ça nous a tous mis sur la mappe.»

L’AVEN­TURE FRAN­ÇAISE

An­toine Ber­trand re­vient tout juste de France où il a pas­sé les der­nières se­maines à pro­mou­voir deux films fran­çais

dans les­quels il joue ( Le pe­tit lo­ca­taire et De­main tout com­mence). Sor­ti la se­maine der­nière, De­main tout com­mence – qui met aus­si en ve­dette la star d’In­tou

chables Omar Sy – est d’ailleurs un des suc­cès de l’heure au box-of­fice fran­çais.

L’ac­teur de Louis Cyr dit avoir abor­dé ces deux tour­nages en France comme un «pro­jet de la­bo­ra­toire» plu­tôt que comme le dé­but d’une car­rière fran­çaise.

«Je suis chan­ceux parce que je suis tom­bé sur deux belles gangs. Il y a des ami­tiés qui vont res­ter de ces deux ex­pé­riences. Ça m’a per­mis de chan­ger d’air, de ren­con­trer du nou­veau monde, voir comment ils tra­vaillent en France.» «Ça m’a aus­si per­mis de re­de­ve­nir le

un­der­dog. Là-bas, per­sonne ne m’at­ten­dait. Ça m’a per­mis d’ap­por­ter un élé­ment de sur­prise. C’est une oc­ca­sion que j’ai sai­sie avec en­thou­siasme et on ver­ra où ça me mène. Ça va peut-être être les deux seules ex­pé­riences de tour­nage en France. Mais ça au­ra va­lu la peine.»

Le film Vo­tez Bou­gon a pris l’af­fiche hier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.