AMU­SE­MENT GA­RAN­TI

Ce­la fai­sait quatre ans que le ci­néaste Ste­ven So­der­bergh n’avait pas li­vré de long mé­trage. Avec ce­lui-ci, il plonge le spec­ta­teur dans l’Amé­rique pro­fonde sans se prendre au sé­rieux.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRIE

Le scé­na­rio de Re­bec­ca Blunt — qui en est à sa pre­mière oeuvre — plante l’ac­tion en Vir­gi­nie-Oc­ci­den­tale dès la pre­mière scène. Jim­my Lo­gan (Chan­ning Ta­tum) perd son em­ploi de conduc­teur d’équi­pe­ment de construc­tion sous un pré­texte fu­tile. Di­vor­cé de Bob­bie Jo (Ka­tie Holmes), qui a la garde de leur fille, il adore la pe­tite et s’em­ploie à pas­ser tout le temps qu’il peut avec elle.

BRA­QUAGE IM­POS­SIBLE

Après son li­cen­cie­ment du chan­tier de la course de NAS­CAR à Charlotte, il met au point un plan re­dou­table. Avec son frère Clyde (Adam Dri­ver), un vé­té­ran qui a per­du sa main sur les champs de ba­taille d’Irak, il dé­cide de vo­ler l’ar­gent du cir­cuit au­to­mo­bile, trans­por­té à l’in­té­rieur du bâ­ti­ment par un sys­tème de tubes pneu­ma­tiques (l’or­ga­ni­sa­tion des courses NAS­CAR a d’ailleurs fait sa­voir, en marge de la sor­tie du film, que ce moyen n’était pas uti­li­sé dans la réa­li­té). Les deux frères Lo­gan et leur soeur, Mel­lie (Ri­ley Keough), ont be­soin d’un as des ex­plo­sifs en la per­sonne de Joe Bang (Da­niel Craig, qui res­semble à un mé­chant de James Bond). Or, Joe est en pri­son. Il faut donc le faire sor­tir, ce que réus­sissent les Lo­gan d’une ma­nière fort in­gé­nieuse. Et la suite est dans la même veine, faite d’un en­thou­siasme com­mu­ni­ca­tif.

HU­MOUR BIEN PLA­CÉ

Ici, Ste­ven So­der­bergh res­pecte les règles du « film de casse » en ajou­tant une pe­tite touche ab­surde. L’hu­mour est non seule­ment dans les per­son­nages mêmes (ce­lui de Da­niel Craig ou ce­lui de Ka­tie Holmes), mais aus­si dans les si­tua­tions (la pro­thèse d’Adam Dri­ver). Sans ja­mais tom­ber dans le pré­ten­tieux, le ci­néaste et l’en­semble des ac­teurs sautent à pieds joints dans le ro­cam­bo­lesque, dans la parodie (on ne peut s’em­pê­cher de pen­ser à la sa­ga des Ocean’s), dans le lou­foque et dans la lé­gè­re­té.

Mal­gré quelques es­souf­fle­ments à cer­taines étapes du par­cours — sans trop en dire, les per­son­nages de Seth MacFar­lane ou d’Hi­la­ry Swank ne sont peut-être pas né­ces­saires —, on prend un joyeux plai­sir à se lais­ser en­traî­ner dans ce Des­tin des Lo­gan.

L’hu­mour est pré­sent dans les per­son­nages, no­tam­ment ce­lui de Da­niel Craig, en pri­son­nier, mais aus­si dans les si­tua­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.