SE FAIRE « NIAISER » PAR PHI­LIPPE BRACH ET ADO­RER ÇA

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE -

Je l’avoue, j’at­ten­dais ce se­cond al­bum de Phi­lippe Brach avec une brique et un fa­nal.

Après deux LP gé­niaux et une dé­marche ar­tis­tique et pro­mo­tion­nelle qua­si anar­chique pour l’ac­com­pa­gner (ra­me­ner Guy Ri­cher sous les pro­jec­teurs, il fal­lait quand même le faire !), il m’était « trou­blant » d’as­sis­ter au dé­pouille­ment de son disque à ve­nir. Voir Brach col­la­bo­rer avec Da­raiche, ou en­core, 2Frères, dans l’amuse-gueule vi­déo an­non­çant l’oeuvre fai­sait « j’entre dans les ligues ma­jeures », mais aus­si « dans les rangs ». Idem pour son pre­mier ex­trait folk qui, bien qu’ap­pré­ciable, pour­rait être in­ter­pré­té par… Da­raiche ou en­core 2Frères.

IN­TRO­DUC­TION OR­CHES­TRALE

Or, sur disque, Le si­lence des trou­peaux s’avère être, en fait, une in­tro­duc­tion or­ches­trale pleine de sus­pense où cho­rale, sa­bots de che­vaux et ha­lè­te­ments de Brach co­ha­bitent (oui, oui). Puis vient une col­lec­tion de pièces rock folk sombres, et somp­tueuses (le tru­blion a re­cru­té l’école des jeunes de l’UdeM et l’Or­chestre de l’Ago­ra pour son pro­jet). Bref, on s’est fait dé­li­cieu­se­ment « niaiser » !

« HEPTADESQUE »

Sans né­ces­sai­re­ment avoir des atomes cro­chus avec le fa­meux clas­sique d’Har­mo­nium, Le si­lence des trou­peaux par­tage tout de même son ambition et sa construc­tion ori­gi­nale. La peur est ava

lanche, par exemple, pour­rait faire écho à Comme un fou avec ses as­pi­ra­tions folk et sa fi­nale rock par­ti­cu­liè­re­ment mus­clée.

Mes mains blanches, elle, pour­rait plaire aux nos­tal­giques de Fleet­wood Mac (oui, oui). À no­ter : Le si­lence des trou­peaux est agréable dès la première écoute, ce nou­vel opus en gagne au fil des séances. 2

Pierre Ha­rel, je te prête mon exem­plaire ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.