L’uti­li­té des drones pour les agri­cul­teurs de la ré­gion

Le Reflet (The News) - - COLLECTIVITÉ | COMMUNITY - MAXIME MYRE maxime.myre@eap.on.ca

De­puis quelques an­nées l’uti­li­sa­tion du drone ci­vil est de plus en plus ré­pan­due. Il sert à don­ner une vue spec­ta­cu­laire pour des vi­déos de tous genres et pour cou­vrir, d’une vue aé­rienne, des fes­ti­vals ou tout autre évè­ne­ment d’en­ver­gure.

Lors de l’as­sem­blée an­nuelle de la Fé­dé­ra­tion de l’agri­cul­ture de l’On­ta­rio de Rus­sell, qui avait eu lieu ven­dre­di der­nier à Cas­sel­man, Marc-An­toine Sau­vé et Fran­çois La­pointe, tous deux de La­pointe Drai­nage, sont ve­nu pré­sen­ter les dif­fé­rentes uti­li­tés qu’un drone peut avoir pour les agri­cul­teurs et le do­maine de l’ex­ca­va­tion.

La passion de Marc-An­toine Sau­vé pour le drone était pal­pable tout au long de sa pré­sen­ta­tion. Bien que l’uti­li­sa­tion de ce der­nier ne né­ces­site ni per­mis ni for­ma­tion of­fi­cielle, on peut vite consta­ter que M. Sau­vé a fait ses de­voirs. Il a ex­pli­qué en dé­tails les ha­bi­le­tés de l’équi­pe­ment mais aus­si ses failles et dan­ger. Le drone en ques­tion est mu­ni d’une ca­mé­ra haute dé­fi­ni­tion ain­si que de di­vers cap­teurs et un GPS. Le drone sait exac­te­ment où il a com­men­cé ses dé­pla­ce­ments. Il peut donc aver­tir le conduc­teur quand il sait qu’il man­que­ra d’éner­gie et qu’il doit re­tour­ner à sa position de dé­part. La ca­mé­ra tourne sur tous les axes et est mu­nie d’un sys­tème à trois points la per­met­tant ain­si de pi­vo­ter et de gar­der une très grande sta­bi­li­té d’image.

Les agri­cul­teurs ont ra­re­ment la chance de voir leurs champs du haut des airs à moins de dé­pen­ser une for­tune pour un vol d’avion. Il y a tou­jours l’op­tion d’uti­li­ser les images sa­tel­lites Google mais « des champs de fer­miers changent sou­vent d’an­nées en an­née et les images Google, sur­tout dans les ré­gions ru­rales, sont sou­vent quelques an­nées en ar­rière », a fait va­loir M. Sau­vé.

Lorsque M. Sau­vé a ap­pro­ché son pa­tron, Fran­çois La­pointe, avec l’idée du drone, il en était dé­jà em­bal­lé. Il a vite réa­li­sé le temps que pour­rait sau­ver à son équipe à ne pas se dé­pla­cer le long d’un ruis­seau pen­dant plu­sieurs heures pour voir où se trouve le blo­cage. Avec le drone, son équipe peut ob­te­nir des ré­ponses en quelques mi­nutes seule­ment.

Le drone peut ai­der les agri­cul­teurs à pla­ni­fier leurs champs, fos­sé et sys­tème d’ir­ri­ga­tion. Pour l’équipe de La­pointe Drai­nage, le drone leur per­met de ra­pi­de­ment voir l’état des tra­vaux. À propos de la ré­cep­tion des clients face à ce nou­veau ser­vice, M. Sau­vé es­time que les clients aiment beau­coup pou­voir

Fran­çois La­pointe and Marc-An­toine Sau­vé, of La­pointe Drai­nage, were on hand at the AGM of the Rus­sell Coun­ty On­ta­rio Fe­de­ra­tion of Agri­cul­ture, last Fri­day Sep­tem­ber 30, to ex­plain the use­ful­ness of drones in agri­cul­ture

voir les tra­vaux en cours.

« En quelques mi­nutes je peux en­voyer un compte ren­du vi­déo par cour­riel. Ce­ci évite les mal­en­ten­dus et nous per­met, avec le client, de mieux pla­ni­fier les tra­vaux. » Mais M. Sau­vé, qui semble très à l’af­fût des ten­dances tech­no­lo­giques, sait que le ser­vice ne se­ra pas à ja­mais une ex­clu­si­vi­té car de plus en plus de gens uti­lisent des drones.

« Je suis convain­cu que dans quelques an­nées tous les fer­miers vont avoir leurs propres drones. Ce se­ra un ou­til comme les autres. En ce mo­ment, ça prend quand même des ha­bi­le­tés pour le pi­lo­ter, mais quand la gé­né­ra­tion Nin­ten­do hé­ri­te­ra des terres. il y au­ra plu­sieurs drones dans le ciel cap­tu­rant en images les champs. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.