Re­tour sur l'exer­cice RIMPAC: un bi­lan très po­si­tif ...

Le Vortex de Bagotville - - LA UNE -

La par­ti­ci­pa­tion des deux es­cadres de Ba­got­ville à l’exer­cice Rim of the Pa­ci­fic ( RIMPAC) au cours de l’été a per­mis d’at­teindre tous les ob­jec­tifs d’en­traî­ne­ment fixés avant le dé­part et même plus.

Pour le co­lo­nel Dar­cy Mol­stad, com­man­dant de la 3e Es­cadre et de la BFC Ba­got­ville, RIMPAC a per­mis aux membres de l’Avia­tion royale ca­na­dienne de prou­ver leur pro­fes­sion­na­lisme et de dé­mon­trer leur ca­pa­ci­té à contri­buer à toutes sortes de mis­sions en com­pa­gnie de ses al­liés de par­tout dans le monde.

« Aux plans stra­té­gique et po­li­tique, le mi­nistre de la Dé­fense veut qu’on sache que le Ca­na­da, qui est aus­si un pays du Pa­ci­fique, peut être un joueur de pre­mier plan et je crois que­nous l’avons prou­vé lors de cet exer­cice. Des Ca­na­diens oc­cu­paient des postes im­por­tants lors de RIMPAC, un ami­ral ca­na­dien était d’ailleurs com­man­dant ad­joint de l’exer­cice » , ex­plique le col Mol­stad qui était lui­même au coeur de l’ac­tion, puis­qu’il com­man­dait la Force opé­ra­tion­nelle aé­rienne du Ca­na­da.

RIMPAC était très im­por­tant pour l’Es­ca­dron 433 puisque c’était la première fois que les Ti - Pics se dé­ployaient de­puis que l’Es­ca­dron a été re­for­mé, il y a un peu plus d’un an. Le com­man­dant de l’Es­ca­dron, le lieu­te­nant- co­lo­nel William Mit­chell est d’ailleurs très fier du tra­vail ac­com­pli lors de cet exer­cice.

« Nous avons pu com­plé­ter notre en­traî­ne­ment en réa­li­sant des mis­sions de tous les genres, c’était un très gros exer­cice. Nos pi­lotes on fait du combat air- air, air- sol et aus­si de la pro­tec­tion rap­pro­chée de ba­teaux et de sous­ma­rins. C’est très rare que nous avons l’oc­ca­sion de faire tous ces genres de mis­sions en un seul exer­cice. Nous avons aus­si vo­lé au cô­té de F- 22 et de Su­per Hor­net en plus de col­la­bo­ré avec des mi­li­taires des États- Unis, de l’Aus­tra­lie, du Ja­pon et même de la Chine. Ce sont des oc­ca­sions très rares » , ré­sume le com­man­dant du 433 ETAC.

Les 18 pi­lotes de l’Es­ca­dron 433 ont vo­lé près de 450 heures du­rant l’exer­cice. À ces heures, il faut ajou­ter plus de 220 heures de vol pour se rendre à Ho­no­lu­lu et en re­ve­nir.

Tant le co­lo­nel Mol­stad que le lieu­te­nant- co­lo­nel Mit­chell ont sou­li­gné le tra­vail ex­cep­tion­nel des équipes de sou­tien qui leur ont per­mis d’at­teindre les ob­jec­tifs en main­te­nant un ni­veau re­mar­quable de dis­po­ni­bi­li­té des avions.

À la 2e Es­cadre, on sent le même en­thou­siasme de la part du com­man­dant, le co­lo­nel Luc Bou­cher. « Je suis ex­ces­si­ve­ment sa­tis­fait. Nous avons at­teint tous les ob­jec­tifs et nous avons ap­pris beau­coup. C’était une oc­ca­sion en or pour la 2e Es­cadre, parce que peut im­porte la mis­sion ou l’en­droit dans le monde, nous de­vons tou­jours tra­vailler dans le cadre d’une coa­li­tion réunis­sant plu­sieurs pays. RIMPAC était une ex­cel­lente ex­pé­rience, nous avons pu col­la­bo­rer avec plu­sieurs pays et mieux comprendre leur réa­li­té » , lance le col Bou­cher.

Il faut dire que les 85 membres de la 2e Es­cadre avaient du pain sur la planche puis­qu’ils étaient res­pon­sables de conce­voir, de trans­por­ter, d’amé­na­ger et de faire fonc­tion­ner le camp qui ac­cueillait les membres la Forces opé­ra­tion­nelle aé­rienne ca­na­diennes pre­nant part à RIMPAC. Et le dé­fi était de taille puis­qu’il s’agis­sait de la plus grosse opé­ra­tion aé­rienne du Ca­na­da à l’ex­té­rieur du pays de­puis la Se­conde Guerre mon­diale.

« La pla­ni­fi­ca­tion était très im­por­tante. Au prin­temps, notre équipe d’in­ter­ven­tion d’ou­ver­ture d’aé­ro­drome s’est ren­due sur place pour éta­blir les be­soins. Comme on nous avait at­tri­bué un es­pace si­tué sur un ter­rain de ba­se­ball sur une base de la de la Force aé­rienne amé­ri­caine de Hi­cka, près d’Ho­no­lu­lu, nous de­vions ap­por­ter beau­coup d’équ­pe­ment du Ca­na­da pour être en­tiè­re­ment au­to­nomes. C’était un beau dé­fi que nos membres ont re­le­vé avec pro­fes­sion­na­lisme » , ajoute le co­lo­nel Bou­cher.

De­puis leur re­tour au dé­but août, l’heure est aux bi­lans pour les uni­tés qui ont pris part à RIMPAC. Lors des en­tre­vues qu’ils ont ac­cor­dées au Vor­tex, tous les com­man­dants ont sou­li­gné l’im­por­tance des le­çons ap­prises au cours de cet exer­cice. Tout n’était évi­dem­ment pas par­fait, mais on as­sure que les dif­fi­cul­tés ren­con­trées ser­vi­ront à amé­lio­rer leurs fa­çons de faire lors des pro­chains dé­ploie­ments.

PHOTO : CA­MÉ­RA DE COMBAT

Les CF- 18 de Ba­got­ville ont vo­lé plus de 670 heures pour l’exer­cice RIMPAC.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.