Soixante ans d’his­toire com­mune

Le Vortex de Bagotville - - NEWS -

L’an­née 2018 marque le 60e an­ni­ver­saire de créa­tion du Com­man­de­ment de la dé­fense aé­ro­spa­tiale de l'Amé­rique du Nord, com­mu­né­ment ap­pe­lé le NORAD. L’his­toire de la BFC Ba­got­ville étant étroi­te­ment liée à celle de la créa­tion de cette or­ga­ni­sa­tion, nous vous pro­po­sons un pe­tit ré­su­mé de l’évo­lu­tion de ce lien au cours des an­nées.

Fer­mée au dé­but de l’an­née 1945, la sta­tion Ba­got­ville re­de­vient opé­ra­tion­nelle le 1er juillet 1951 pour ser­vir de base d’en­traî­ne­ment aux es­ca­drons des­ti­nés à la dé­fense aé­rienne dans un nou­veau contexte de Guerre froide. Avec la créa­tion du NORAD en mai 1958, elle joue un rôle im­por­tant dans la dé­fense du ter­ri­toire nor­da­mé­ri­cain. D’ailleurs, Ba­got­ville de­vient alors la base d’at­tache per­ma­nente des chas­seurs CF- 100 Ca­nuck des 432e et 440e Es­ca­drons. En 1961, des avions so­vié­tiques com­mencent à réa­li­ser des vols au- des­sus de l’Arc­tique afin de re­joindre l’île de Cu­ba. Les chas­seurs alors sta­tion­nés à Ba­got­ville les es­cortent à de nom­breuses re­prises au large de Ter­reNeuve, en de­hors du ter­ri­toire pro­té­gé par le NORAD. Dans les an­nées 1950, avec la construc­tion de la ligne Pi­ne­tree, la sta­tion Mont Api­ca de­vient un des nom­breux sites de ra­dar des Forces ar­mées ca­na­diennes. Lors de sa fer­me­ture en 1993, le 12e Es­ca­dron de ra­dar se ré­ins­talle à Ba­got­ville. En fait, le sys­tème ra­dar est main­te­nant amé­na­gé sur les monts Va­lin, plus pré­ci­sé­ment au lac Cas­tor, à 35 km au nord de la base. La prin­ci­pale tâche du 12e Es­ca­dron de ra­dar consiste à of­frir une cou­ver­ture ra­dar à l’en­traî­ne­ment des avions de chasse et à par­ti­ci­per aux en­ga­ge­ments du gou­ver­ne­ment ca­na­dien dans le cadre des en­tentes in­ter­na­tio­nales de l’OTAN et du NORAD. À la suite d’une en­tente avec les États- Unis en 1963 pour le dé­ploie­ment d’un nou­veau sys­tème d’ar­me­ment, des ogives nu­cléaires ar­rivent à Ba­got­ville au cours du mois de mai 1965. Les mi­li­taires de la base sont res­pon­sables de l’en­tre­tien de la ro­quette à l’in­té­rieur du Bâ­ti­ment P alors qu’une quin­zaine de tech­ni­ciens amé­ri­cains veillent à la main­te­nance des ogives. À par­tir de sep­tembre 1965, trois es­ca­drons de Voo­doo sont équi­pés de mis­siles air- air ato­miques an­ti- bom­bar­diers de 1,5 ki­lo­tonne. La Dé­fense na­tio­nale dé­cide de les sta­tion­ner à Cha­tham, Ba­got­ville, Co­mox et à la base d’opé­ra­tion avan­cée de Val- d’Or. C’est le 425e Es­ca­dron Alouette de Ba­got­ville qui as­sure la sur­veillance aé­rienne avec ses CF- 101 Voo­doo. L’Es­ca­dron se dé­place aus­si à Val- d’Or du prin­temps de 1970 à ce­lui de 1975. Cette même an­née, les armes nu­cléaires sont re­ti­rées de Cha­tham et tran­spor­tées à Ba­got­ville. Les der­nières ogives quittent le Sa­gue­nay au mois d’avril 1984. Le prin­ci­pal événement ayant mar­qué l’his­toire du NORAD de­meure sans contre­dit les at­ten­tats du 11 sep­tembre 2001 alors que deux avions foncent sur les tours du World Trade Cen­ter à New York et qu’un autre s’écrase sur une par­tie du Pen­ta­gone à Wa­shing­ton. Ces évé­ne­ments font 2 979 morts en une seule jour­née. Les au­to­ri­tés sus­pendent tous les vols ci­vils dans les heures qui suivent. Même chose au Ca­na­da. Les vols in­ter­na­tio­naux sont même for­cés d’at­ter­rir à Gan­der dans la pro­vince de Ter­reNeuve. À Ba­got­ville, la ten­sion monte ra­pi­de­ment. Le ni­veau d’alerte est au maxi­mum et des blocs de bé­ton sont pla­cés à l’en­trée de la base pour res­treindre l’ac­cès. Les mi­li­taires sont ap­pe­lés à leur uni­té res­pec­tive. Fer­més de­puis 1989 avec la fin de la Guerre froide, les han­gars d’alerte sont ré­ac­ti­vés au dé­but de l’après- mi­di du 11 sep­tembre. Tous les CF- 18 Hor­net pré­sents sont alors char­gés à pleine ca­pa­ci­té en ar­me­ment par les équipes au sol. Les pi­lotes sa­gue­néens ont ordre de faire feu si un avion sus­pect re­fuse de co­opé­rer. C’est ain­si que les chas­seurs vont se re­layer conti­nuel­le­ment du­rant trois jours dans le ciel nord- amé­ri­cain fer­mé à tout vol com­mer­cial. Au­jourd’hui, la BFC Ba­got­ville conti­nue de sur­veiller les fron­tières ca­na­diennes, de dé­fendre l’Amé­rique du Nord, de par­ti­ci­per au main­tien de la paix et à la sé­cu­ri­té in­ter­na­tio­nale. Ba­got­ville de­meure l’un des élé­ments es­sen­tiels du NORAD dans le nord- est du conti­nent.

PHO­TO : CA­MÉ­RA DE COM­BAT

Les CF- 18 ca­na­diens sont un maillon im­por­tant de la sur­veillance du ter­ri­toire nord- amé­ri­cain. Ici le NORAD co­or­donne un exer­cice de si­mu­la­tion du dé­tour­ne­ment d’un avion ci­vil russe au nord du conti­nent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.