5 FONDS ÉQUI­LI­BRÉS CON­ÇUS POUR L’ÉPARGNE-ÉTUDES

En­trer à l’uni­ver­si­té ne le met pas à l’abri de quelques idées et bé­vues qui peuvent faire mal fi­nan­ciè­re­ment. Tour d’ho­ri­zon des er­reurs les plus com­munes.

Les Affaires Plus - - La Une -

Les fonds équi­li­brés sont les fonds com­muns les plus ap­pro­priés pour ceux qui sou­haitent avoir la tran­quilli­té d’es­prit et ne veulent pas trop s’in­ves­tir dans le choix des titres, ex­plique Hé­lène Pa­ra­dis, vice- pré­si­dente de Groupe Pa­ra­dis et As­so­ciés et conseillère en pla­ce­ment chez Ges­tion de pa­tri­moine TD. Il s’agit d’un pla­ce­ment clé en main de vo­la­ti­li­té li­mi­tée, mais qui peut four­nir un ren­de­ment in­té­res­sant, se­lon elle.

Avec un fonds équi­li­bré, in­utile de mul­ti­plier vos po­si­tions. Comme il est dé­jà ré­par­ti dans plu­sieurs ca­té­go­ries d’ac­tif (ac­tions, obli­ga­tions), il per­met à lui seul d’ob­te­nir un por­te­feuille di­ver­si­fié.

Nous avons de­man­dé à la firme de re­cherche spé­cia­li­sée Mor­ning­star de nous pré­sen­ter cinq fonds ap­pré­ciés de ses ana­lystes.

« Une carte de cré­dit ? De l’ar­gent gra­tuit ! » Rem­plir sa carte de cré­dit et omettre de la payer peut ra­pi­de­ment dé­té­rio­rer votre cote de cré­dit. Chaque dé­faut de paie­ment reste ins­crit six ans au dos­sier de cré­dit et pour­rait cau­ser un re­fus pour louer un ap­par­te­ment, ache­ter une voi­ture et même une mai­son.

« Je l’aime, on va se ma­rier et avoir des prêts et bourses en plus. » Se ma­rier seule­ment pour tou­cher les prêts et bourses peut être consi­dé­ré comme une fraude. En cas de di­vorce, le pa­tri­moine fa­mi­lial est di­vi­sé à parts égales.

« J’ai ab­so­lu­ment be­soin d’une voi­ture neuve. »

« Enfin mes prêts et bourses, vi­ve­ment un voyage à Cu­ba ! »

La moyenne de l’en­det­te­ment étu­diant per­son­nel est de 18 880 dol­lars, se­lon la Fé­dé­ra­tion étu­diante uni­ver­si­taire du Qué­bec (FEUQ). Pour­quoi creu­ser sa tombe fi­nan­cière en dé­pen­sant ses prêts et bourses sur un projet su­per­flu et coû­teux plu­tôt que sur ses études ?

« Une té­lé de 64 pouces pour 15 dol­lars par mois ? Wow !» Gare au fi­nan­ce­ment à long terme : des men­sua­li­tés basses cachent le prix réel payé, qui est beau­coup plus éle­vé. Votre en­fant risque de se re­trou­ver avec un bien bri­sé ou ob­so­lète avant qu’il ait fi­ni de le payer ! Une autre oc­ca­sion de re­vi­si­ter les maths 101. « Pas be­soin de faire de dé­cla­ra­tion de re­ve­nus, je ne gagne pas as­sez d’ar­gent. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.