Ma­ga­si­ner vos pro­tec­tions avec as­su­rance

Il est fa­cile de ma­ga­si­ner ses as­su­rances en ligne. Il est aus­si fa­cile de se trom­per dans le choix de la pro­tec­tion.

Les Affaires Plus - - En Couverture - par So­phie Sti­val

Cer­tains passent plu­sieurs jours, voire plu­sieurs se­maines, à ma­ga­si­ner leur pro­chain té­lé­vi­seur ou ré­fri­gé­ra­teur. Mais qu’en est-il de leurs as­su­rances? Même si quelques clics de sou­ris suf­fisent pour ob­te­nir une sou­mis­sion, en­core faut-il com­pa­rer des pommes avec des pommes et se po­ser les bonnes ques­tions. On ne contracte pas une as­su­rance au­to comme on sous­crit une as­su­rance mai­son ou une as­su­rance vie.

Pro­té­ger son vé­hi­cule, par exemple, de­meure re­la­ti­ve­ment simple. La prime se­ra cal­cu­lée en fonc­tion de votre âge, de votre sexe, de votre ex­pé­rience de conduite, de votre lieu de ré­si­dence, de l’âge et de la marque de la voi­ture, de la fré­quence des ac­ci­dents, etc.

En as­su­rance ha­bi­ta­tion, ce­la se com­plique un peu. Je fais ré­fé­rence aux dé­gâts d’eau qui ne sont plus cou­verts. Il faut ain­si éta­blir quels ave­nants ajou­ter à votre po­lice prin­ci­pale. Les re­fou­le­ments d’égout, l’in­fil­tra­tion d’eau par le toit, les fe­nêtres et les portes sont en gé­né­ral ex­clus des pro­tec­tions de base (feu, vol, vandalisme).

Ceux qui ont un sous-sol luxueu­se­ment amé­na­gé, at­ten­tion ! Même chose si vous dé­te­nez une col­lec­tion d’oeuvres d’art, des bou­teilles de vin ou des bi­joux de grande va­leur : sou­vent, ces biens ne sont pas cou­verts ou leur pro­tec­tion se­ra li­mi­tée. Sa­chez éga­le­ment qu’on n’as­sure pas sa mai­son comme on as­sure son con­do. Chaque type de pro­prié­té a ses propres pro­tec­tions.

Quant aux lo­ca­taires, y com­pris ceux qui ont peu de biens per­son­nels à pro­té­ger, ils doivent pen­ser à prendre une as­su­rance res­pon­sa­bi­li­té ci­vile. Qu’ar­ri­ve­ra-t-il si vous met­tez le feu ac­ci­den­tel­le­ment à votre im­meuble ou si votre bai­gnoire dé­borde chez le lo­ca­taire du des­sous?

Sous­crire une as­su­rance vie est une tâche plus com­plexe que de ma­ga­si­ner son as­su­rance au­to ou ha­bi­ta­tion. L’ana­lyse des be­soins de­vient cru­ciale : me faut-il une as­su­rance vie tem­po­raire, per­ma­nente ou uni­ver­selle ? Il est in­dis­pen­sable de dé­ter­mi­ner son as­su­ra­bi­li­té et le mon­tant d’as­su­rance, et de sa­voir si on a les moyens de payer la prime.

N’ou­blions pas enfin tous les ra­bais qui peuvent nous fi­ler entre les doigts si nous ne nous in­for­mons pas adé­qua­te­ment. En com­bi­nant plu­sieurs po­lices, en mo­di­fiant cer­tains de nos com­por­te­ments, en pre­nant des me­sures pré­ven­tives comme l’ins­tal­la­tion d’un sys­tème d’alarme ou d’un cla­pet an­ti-re­fou­le­ment d’égout, nous pou­vons in­fluen­cer le prix de nos pro­tec­tions.

De plus en plus de consom­ma­teurs com­parent le prix de leur as­su­rance en ligne et fi­na­lisent la tran­sac­tion en ap­pe­lant un re­pré­sen­tant cer­ti­fié ou en le ren­con­trant. Sa­chez que dans un ave­nir plus ou moins proche, vous pour­rez ache­ter vos pro­duits d’as­su­rance sur In­ter­net sans consul­ter d’ex­pert. C’est du moins ce que laisse en­tendre un rap­port pu­blié en avril der­nier par l’Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers (AMF). Dans le cas de l’as­su­rance vie, il vaut mieux s’in­for­mer cor­rec­te­ment. Un simple lec­teur ins­tal­lé dans votre vé­hi­cule peut main­te­nant en­re­gis­trer vos com­por­te­ments sur la route. Votre as­su­reur ana­lyse en­suite le nombre d’ac­cé­lé­ra­tions et de frei­nages brusques, il peut même sa­voir si vous avez fait des ex­cès de vi­tesse.

Les pro­grammes d’as­su­rance té­lé­ma­tique comme Mo­bi­liz (In­dus­trielle Al­liance), Ajus­to (Des­jar­dins As­su­rance), Ma conduite (In­tact) et Au­to­mé­rite (Bélair­di­rect) gagnent de plus en plus d’adeptes. Si on est un jeune homme qui fait men­tir les sta­tis­tiques par sa conduite plus pé­père, on pour­rait éco­no­mi­ser pas mal, par­fois jus­qu’à 25 % des primes. Les plus de 50 ans aus­si peuvent bé­né­fi­cier de ra­bais ad­di­tion­nels sur leur po­lice s’ils sont de bons conduc­teurs.

Tou­te­fois at­ten­tion, aver­tit l’AMF dans un avis pu­blié le 15 avril der­nier, l’as­su­reur doit vous in­for­mer de l’uti­li­sa­tion et du trai­te­ment de vos don­nées per­son­nelles. Il a une res­pon­sa­bi­li­té à cet égard. Le consom­ma­teur doit éga­le­ment po­ser des ques­tions et sa­voir dans quels cas ses primes pour­raient aug­men­ter.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.