L'ex­plo­sion des goûts

Les Affaires Plus - - Les Affaires - par Da­niel Ger­main

On ne sai­sit pas en tant que consom­ma­teur tous les ef­forts mis en oeuvre pour nous at­ti­rer en ma­ga­sin et nous faire dé­pen­ser. Une ar­mée de spé­cia­listes s’af­faire en tout temps à dé­tec­ter les ten­dances, à cer­ner nos goûts, à jouer dans notre tête, à dé­ve­lop­per une image de marque, à faire tour­ner une chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment au quart de tour. Les moyens dé­ployés ont de quoi nous rendre mé­fiants, pa­ra­noïaques même, mais d’un autre cô­té, com­ment ne pas éprou­ver une cer­taine ad­mi­ra­tion pour ceux qui se taillent une place et qui bous­culent l’ordre éta­bli dans l’in­dus­trie du com­merce de dé­tail. On peut bien dire qu’Ama­zon est le diable, mais c’est un com­mer­çant dia­ble­ment ef­fi­cace.

L’ali­men­ta­tion est au com­merce de dé­tail ce que le sport ex­trême est à l’ac­ti­vi­té phy­sique en gé­né­ral : un ter­rain casse-cou in­ter­dit aux en­fants. Le mar­ché est mou­vant, les pro­duits sont pé­ris­sables, les prix sont en proie aux aléas, les marges sont minces. Et la concur­rence est ex­trême.

Alors, quand on voit ap­pa­raître de nou­veaux ac­teurs, on se dit spon­ta­né­ment : « Mais ils sont dingues ! » Et de­puis quelques an­nées, ce n’est pas ce qui manque, des dingues. Les ac­teurs tra­di­tion­nels sont pres­sés d’un cô­té par des poids lourds comme Wal­mart, Cost­co et bien­tôt Ama­zon, et de l’autre cô­té, par une ky­rielle de pe­tits ac­teurs qui réus­sissent à ex­ploi­ter des mar­chés de niche.

Si une ma­jo­ri­té des consom­ma­teurs s’ap­pro­vi­sionnent en­core dans les su­per­mar­chés pour gar­nir leur fri­go, ils sont de plus en plus nom­breux à se tour­ner vers le pe­tit pro­duc­teur de viande, le culti­va­teur de pro­duits bio­lo­giques, la bou­tique de prêt-à-man­ger, le com­mer­çant de pro­duits en vrac ou la bou­tique en ligne de prêt-à-cui­si­ner.

Mar­gi­naux ? Can­ton­nés au rôle de bou­tique de quar­tier ? Pas tant que ça ! Pre­nez GoodFood. La PME ex­pé­die des boîtes de re­pas prêts-à-cui­si­ner aux quatre coins de la pro­vince. Elle est ac­tuel­le­ment en plein blitz mé­dia avec sa porte-pa­role Anne-Ma­rie Wi­then­shaw. L’en­tre­prise a conclu un fi­nan­ce­ment de plu­sieurs mil­lions de dol­lars ré­cem­ment et elle se pré­pare main­te­nant à en­trer en Bourse !

Ce suc­cès té­moigne non seule­ment de la via­bi­li­té des nou­veaux mo­dèles d’af­faires dans le sec­teur, mais des chan­ge­ments d’ha­bi­tudes dans la ma­nière de consom­mer.

L’ex­plo­sion du pa­nier d’épi­ce­rie, c’est l’abord l’ex­plo­sion des goûts et des styles de vie.

L’ali­men­ta­tion est au com­merce de dé­tail ce que le sport ex­trême est à l’ac­ti­vi­té phy­sique en gé­né­ral : un ter­rain casse-cou in­ter­dit aux en­fants. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.