UN PRE­MIER BI­LAN DES EF­FORTS D’AC­CÉ­LÉ­RA­TION

Les Affaires - - Front Page - Clau­dine Hé­bert re­dac­tion­lesf­faires@tc.tc

Les PME pro­fitent-elles réel­le­ment des ini­tia­tives d’ac­cé­lé­ra­tion et d’amé­lio­ra­tion dé­ve­lop­pées à leur in­ten­tion ? Qu’est-ce que leur rap­porte le fait de fi­gu­rer par­mi les en­tre­prises les plus pro­met­teuses de la pro­vince ? Nous avons po­sé la ques­tion à une di­zaine d’entre elles, qui avaient ré­pon­du soit aux cri­tères de sé­lec­tion de la stra­té­gie gou­ver­ne­men­tale Per­forME, soit à ceux du pro­gramme d’ac­com­pa­gne­ment pri­vé Adre­na­lys. Ver­dict ? Le bi­lan s’avère plu­tôt po­si­tif.

Sauf ex­cep­tion, les deux ini­tia­tives mises en place pour fa­vo­ri­ser l’ac­cé­lé­ra­tion de la crois­sance des en­tre­prises qué­bé­coises ont frap­pé dans le mil­le. Sur les 10 en­tre­prises que nous avons contac­tées, 8 re­com­mandent la dé­marche à la­quelle elles ont pris part. La grande ma­jo­ri­té de ces pe­tites et moyennes or­ga­ni­sa­tions ont pro­fi­té des ser­vices-conseils d’ac­com­pa­gne­ment, en plus d’af­fi­cher un taux de sa­tis­fac­tion éle­vé re­la­ti­ve­ment à l’exer­cice. C’est le cas, no­tam­ment, de Plas­tiques Moore, à Saint-Da­mien-de-Bu­ck­land, qui a été sé­lec­tion­née lors de la pre­mière co­horte Per­forME en juin 2015.

De pré­cieux ser­vi­ces­con­seils

« J’ai re­çu un ser­vice VIP de la part du MESI [mi­nis­tère de l’Éco­no­mie, de la Science et de l’In­no­va­tion]. J’ai eu droit à une pla­ni­fi­ca­tion stra­té­gique com­plète qui a du­ré deux jours. Ce sou­tien a per­mis à l’en­tre­prise d’en­re­gis­trer une crois­sance ac­cé­lé­rée de plus de 65 % au cours des deux der­nières an­nées. C’est deux fois plus que ce que nous avions pré­vu », sou­ligne Ma­rie-Claude Guille­mette, PDG de l’en­tre­prise spé­cia­li­sée en mou­lages de plas­tique par in­jec­tion.

Re­mar­quez, l’en­tre­pre­neure de la ré­gion de Bel­le­chasse avoue qu’elle avait très peu d’at­tentes en­vers cette stra­té­gie. « J’ai d’abord po­sé la can­di­da­ture de l’en­tre­prise avec un ob­jec­tif très simple : ce­lui de fi­gu­rer sur une liste au cas où il se pré­sen­te­rait quelque chose. En fait, si je ne m’ins­cri­vais pas, je crai­gnais de pri­ver l’en­tre­prise d’un fi­nan­ce­ment pos­sible », dit-elle.

Jus­qu’à main­te­nant, Mme Guille­mette es­time avoir bé­né­fi­cié de pré­cieux ser­vices-conseils dont la va­leur dé­passe les 75 000 $. Elle re­con­naît que d’être as­so­ciée à la stra­té­gie Per­forME ne lui nuit pas non plus lors­qu’elle doit rendre vi­site aux ins­ti­tu­tions fi­nan­cières. Un fac­teur, ajoute-t-elle, qui a lar­ge­ment ser­vi lors des tra­vaux d’agran­dis­se­ment de l’usine, qui ont né­ces­si­té un in­ves­tis­se­ment de 5 mil­lions de dol­lars l’an der­nier.

Crois­sance de 100 %

La stra­té­gie Per­forME a éga­le­ment contri­bué au suc­cès d’Op­sens, à Qué­bec, elle aus­si re­cru­tée lors de la pre­mière co­horte. « Per­forME nous a per­mis de réa­li­ser des pro­jets qui avaient jusque-là été re­tar­dés », si­gnale Louis La­flamme, pré­sident de l’en­tre­prise qui fa­brique des cap­teurs op­tiques pour me­su­rer la pres­sion ar­té­rielle.

Quels types de pro­jets ? Pour des rai­sons confi­den­tielles, l’en­tre­pre­neur se fait dis­cret. Néan­moins, il sou­lève que l’équipe de la stra­té­gie gou­ver­ne­men­tale a ai­dé Op­sens à ra­pa­trier dans son usine de Qué­bec des élé­ments de fa­bri­ca­tion qui étaient jus­qu’alors en ter­ri­toire amé­ri­cain. « Ça amé­liore gran­de­ment l’ef­fi­cience de notre pro­duc­tion », in­dique M. La­flamme. Un coup de main qui donne des ailes à l’en­tre­prise : elle a dou­blé son chiffre d’af­faires au cours de la der­nière an­née. Ses re­ve­nus sont pas­sés de 6,6 M $ à 13,4 M $. Le nombre d’em­ployés a lui aus­si dou­blé, pas­sant de 60 à 120. Plus de 85 % de la pro­duc­tion d’Op­sens est ven­due hors du pays.

Le « buf­fet » Adre­na­lys

Le sen­ti­ment de sa­tis­fac­tion est éga­le­ment pal­pable au sein de la pre­mière co­horte du pro­gramme pri­vé Adre­na­lys, qui a été dé­voi­lée en juin 2015. « Nous avons eu droit à de très belles sur­prises », sou­ligne Mar­tin Des­chênes, di­rec­teur gé­né­ral chez Mon­dou. Le di­ri­geant du ré­seau de pro­duits et ser­vices pour le bien-être des ani­maux de com­pa­gnie a for­te­ment ap­pré­cié le cô­té « buf­fet » des ser­vices d’ac­com­pa­gne­ment of­ferts. « La for­mule nous a per­mis d’avoir un avant-goût gra­tuit d’une pa­no­plie de ser­vices. Nous avons en­suite pu les uti­li­ser de fa­çon plus ap­pro­fon­die si le be­soin se pré­sen­tait. Ce qui a été le cas avec le ser­vice de tests psy­cho­mé­triques », men­tionne le ges­tion­naire.

« Ces tests, ex­plique-t-il, nous ont per­mis de me­su­rer les va­leurs psy­cho­mé­triques de l’en­tre­prise. Ils nous ont ai­dés à mieux cer­ner qui étaient nos bons ges­tion­naires et qui par­mi ceux-ci avaient be­soin d’un meilleur sou­tien. De plus, le re­pé­rage de ces va­leurs agit main­te­nant comme fac­teur d’at­trac­tion. »

Et la crois­sance de Mon­dou ? « Les conseils re­çus pour la réa­li­sa­tion de nos pro­jets vont éven­tuel­le­ment nous ai­der à at­teindre une crois­sance an­nuelle de 30 %, comme c’est le cas pour la plu­part des en­tre­prises ins­crites au pro­gramme Adre­na­lys. En at­ten­dant, cette ex­pé­rience, qui nous a per­mis d’amé­lio­rer notre ges­tion du per­son­nel,

se tra­duit par des ventes su­pé­rieures à la moyenne de ce qui se fait dans le com­merce de dé­tail en gé­né­ral. Ça nous rend bien heu­reux », pour­suit M. Des­chênes. Un Club des PDG, riche en conseils Le pré­sident de Mo­tion Com­po­sites, Éric Si­mo­neau, se dit lui aus­si ra­vi de son ex­pé­rience Adre­na­lys. « Au-de­là de la vi­si­bi­li­té of­ferte par le pro­gramme, j’ai am­ple­ment pro­fi­té du pa­nier de ser­vices, de l’en­ca­dre­ment, y com­pris des ac­ti­vi­tés de ré­seau­tage liées au Club des PDG.

Ces ren­contres avec des en­tre­pre­neurs à suc­cès se sont tra­duites par de riches conseils en ges­tion, en stra­té­gie, en ex­por­ta­tion et en in­no­va­tion », ra­conte le fa­bri­cant de fau­teuils rou­lants en fibre de car­bone de Saint-Roch-de-l’Achi­gan, dans La­nau­dière.

De­puis sa créa­tion en 2008, l’en­tre­prise la­nau­doise en­re­gistre une forte crois­sance. En­core cette an­née, ses re­ve­nus vont grim­per d’au moins 40%. « Notre grand dé­fi consiste dé­sor­mais à main­te­nir cette crois­sance, ce qu’Adre­na­lys nous per­met de faire en nous four­nis­sant des ou­tils pour nous ré­in­ven­ter et nous res­sour­cer. Ce pro­gramme nous a éga­le­ment don­né un ac­cès pri­vi­lé­gié aux meilleures pra­ti­ques des en­tre­prises d’ici », sou­ligne Éric Si­mo­neau. De nou­velles co­hortes cet au­tomne Le dé­voi­le­ment de nou­velles co­hortes se pour­sui­vra cet au­tomne. Per­forME en se­ra à sa sep­tième édi­tion. Jus­qu’à main­te­nant, 195 en­tre­prises ont été sé­lec­tion­nées par la stra­té­gie gou­ver­ne­men­tale. « L’ob­jec­tif est d’at­teindre le chiffre de 300 PME d’ici mars 2018 », pré­cise Pierre Hé­bert, di­rec­teur de la di­rec­tion du dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises au MESI.

Après? « On ver­ra si la for­mule conti­nue dans sa forme ac­tuelle ou si elle doit être mo­di­fiée », dit-il.

Chez Adre­na­lys, un peu plus de deux ans après la di­vul­ga­tion de la pre­mière co­horte, on de­vrait an­non­cer sous peu la liste des en­tre­prises de la deuxième cu­vée. Le pro­gramme pri­vé qué­bé­cois s’ap­prête éga­le­ment à faire une per­cée du cô­té on­ta­rien. À suivre.

la

Les deux ini­tia­tives mises en place pour fa­vo­ri­ser l’ac­cé­lé­ra­tion de la crois­sance des en­tre­prises qué­bé­coises ont sa­tis­fait la plu­part des par­ti­ci­pants. C’est le cas, no­tam­ment, de Plas­tiques Moore, à Saint-Da­mien-de-Bu­ck­land, qui a été sé­lec­tion­née lors de la pre­mière co­horte Per­forME en juin 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.