Le sphinx, symbole de puis­sance et de di­vi­ni­té

Mon Quotidien - - À LA UNE -

Un sphinx avec un corps de lion et une tête hu­maine, vieux de 4 000 ans. C’est ce que des ar­chéo­logues ont dé­cou­vert lors de tra­vaux de res­tau­ra­tion de l’an­cienne voie (« route ») entre les temples de Louxor et de Kar­nak, en Égypte (Afrique). Ils ne l’ont pas en­core sor­ti de terre ni me­su­ré, mais il est beau­coup plus pe­tit que ce­lui de Gi­zeh. Hé­lène Gui­chard, res­pon­sable des An­ti­qui­tés égyp­tiennes au mu­sée du Louvre, à Pa­ris, ex­plique.

Quand il a une tête hu­maine, le sphinx re­pré­sente un pha­raon

Route. « Comme la plu­part des voies me­nant à des temples, celle entre Kar­nak et Louxor était bor­dée de cen­taines de sphinx, sur 3 km. Vou­lue par le pha­raon Amen­ho­tep III (3), au XIVe (14e) siècle av. J.-C., elle a fi­ni d’être construite 1000 ans plus tard. Elle a été peu à peu en­se­ve­lie et ou­bliée. De­puis une di­zaine d’an­nées, la route fait l’ob­jet de fouilles.»

Lion. «En Égypte, les sphinx ont un corps de lion et une tête d’être hu­main, de bé­lier ou de fau­con. Très ra­re­ment, ils ont une queue de cro­co­dile ! Le sphinx sym­bo­lise la di­vi­ni­té. Sa forme doit être com­prise par le peuple. Le lion, avec son corps puis­sant, in­carne le roi des ani­maux. Le sphinx re­pré­sente un pha­raon s’il a une tête hu­maine. Il re­pré­sente Amon quand il a une tête de bé­lier (l’un des ani­maux sa­crés de ce dieu). C’est pour ce­la que les sphinx à l’en­trée du temple d’Amon, à Kar­nak, ont une tête de bé­lier.»

Reines. «Les sphinx étaient ré­ser­vés aux dieux et aux pha­raons vou­lant mon­trer au peuple qu’ils re­pré­sen­taient les dieux sur terre. La plu­part re­pré­sentent des rois. Mais quelques reines se sont fait sculp­ter des sphinx.»

C. H.

Comment s’ap­pelle la coiffe en tis­su des pha­raons re­pré­sen­tée sur les sphinx

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.