TRUMP OU L’ÈRE DU CHAOS

Summum - - C'EST JUSTE MON OPINION, MAIS… - STÉ­PHANE GEN­DRON Pho­to­graphe Pa­trick Sé­guin www.pa­trick­se­guin.ca

Do­nald Trump s’ap­prête à « cé­lé­brer » son pre­mier an­ni­ver­saire à la tête des États-unis, un pays ja­dis au som­met de sa puis­sance et qui est, de­puis les 30 der­nières an­nées, en cons­tant déclin tant sur le plan éco­no­mique que so­cial. C’est d’ailleurs pour cette rai­son qu’il avait ima­gi­né lui-même son slo­gan de cam­pagne « Make Ame­ri­ca great again ». Trump avait pro­mis à sa base élec­to­rale de re­don­ner à l’amé­rique toute sa splen­deur per­due au pro­fit d’un nou­veau contexte mon­dial. Force est de consta­ter que la gou­ver­nance de Trump est un échec sur toute la ligne.

Une des me­sures phares de son élec­tion de­vait re­po­ser sur l’abro­ga­tion ra­pide du ré­gime d’as­su­rance san­té ob­te­nue par le pré­sident Oba­ma, com­mu­né­ment ap­pe­lé « Oba­ma­care ». Lais­sant al­ler au front les élus ré­pu­bli­cains à la Chambre des re­pré­sen­tants et au Sé­nat avec di­verses ver­sions d’une re­fonte du sys­tème d’as­su­rance, il n’a pu lui-même ral­lier suf­fi­sam­ment de membres élus de son propre par­ti, ne pou­vant plaire à la fois aux ra­di­caux conser­va­teurs et aux mo­dé­rés. De­vant ce constat d’échec à ré­pé­ti­tion, il s’en est pris à son propre par­ti, au grand plai­sir des dé­mo­crates qui ne fai­saient que re­gar­der le par­ti au pou­voir s’en­tre­dé­chi­rer. Pour­tant, du­rant la cam­pagne élec­to­rale, Trump clai­ron­nait de­vant une foule sur­ex­ci­tée qu’oba­ma­care se­rait rem­pla­cé illi­co par un ré­gime plus in­clu­sif et moins coû­teux. La clien­tèle élec­to­rale de Trump y a cru.

Puis vint aus­si la pro­messe stu­pide vou­lant que le Mexique paie pour un mur à être construit entre les États-unis et leur pays afin de mettre un frein à l’im­mi­gra­tion illé­gale et au tra­fic de la drogue. Une cer­taine clien­tèle élec­to­rale peu ins­truite et très mal in­for­mée a fi­ni par y croire. Comme si la sim­pli­ci­té de la so­lu­tion avait du sens! Eh bien non, le Mexique a ré­af­fir­mé à maintes re­prises qu’elle n’avait au­cune obli­ga­tion de payer ce mur de la Honte. Trump s’est alors vi­ré sur une pièce de 10 cennes et a de­man­dé au Con­grès de sup­por­ter les coûts, ajou­tant que le Mexique fi­ni­rait bien par payer « plus tard ».

Puis ce fut la pro­messe de ré­cu­pé­rer tous les em­plois per­dus dans l’in­dus­trie du char­bon, un sec­teur éco­no­mique en to­tale per­di­tion et com­plè­te­ment out au 21e siècle. Trump a même réus­si à faire croire à la créa­tion de di­zaines de mil­liers d’em­plois dans le do­maine de­puis son as­ser­men­ta­tion, ce qui s’est avé­ré un pur men­songe digne des plus grands my­tho­manes. Per­sonne ne veut s’ali­men­ter au char­bon, et les be­soins sont pra­ti­que­ment in­exis­tants.

Lors des cé­ré­mo­nies d’in­ves­ti­ture, Trump avait pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour réunir son ca­bi­net et le pré­sen­ter au monde en­tier comme une manne ex­cep­tion­nelle de cer­veaux et de com­pé­tences. Il s’est avé­ré que cette manne était plu­tôt gê­nante, ac­cu­mu­lant ain­si dé­mis­sions et dé­parts en ca­tas­trophe.

Il ne faut sur­tout pas ou­blier les in­nom­brables tweets ma­ti­naux de Do­nald Trump, tel un roi gui­gnol as­sis sur son trône de toi­lette le ma­tin, dis­tri­buant sa haine et ses in­sultes en­vers moult chefs d’état, ci­toyens, ar­tistes et autres per­son­na­li­tés pu­bliques... alors même que la pre­mière dame des États-unis avait fait de la cause de l’in­ti­mi­da­tion sur In­ter­net son prin­ci­pal en­ga­ge­ment.

Trump s’est aus­si en­tou­ré d’une garde rap­pro­chée bur­lesque et in­com­pé­tente. Né­po­tisme oblige, il a fait pé­né­trer sa fille dans l’en­ceinte du cercle res­treint de la Mai­son-blanche. De­puis un an, la vé­ri­table pre­mière dame n’est pas le bi­be­lot Me­la­nia, mais Ivan­ka, avec qui il en­tre­tient une re­la­tion dou­teuse et gê­nante. Puis ce fut son gendre, Ja­red Ku­sh­ner, grand ex­pert de tout et de rien, un kid dans la tren­taine qui mé­lange ses in­té­rêts fi­nan­ciers per­son­nels avec ceux de la pla­nète et qui conseille le pré­sident sur des dos­siers dont il n’a au­cune com­pé­tence. Sans ou­blier Ste­phen Miller, un autre kid pré­pu­bère de la Ca­li­for­nie qui est ra­pi­de­ment de­ve­nu le ré­dac­teur de dis­cours du pré­sident, et l’âme pen­sante de toutes les po­li­tiques de Trump en ma­tière d’im­mi­gra­tion.

Trump a tout de même li­vré une cer­taine mar­chan­dise : celle de dé­cons­truire en un tour de main plu­sieurs legs de pré­si­dents qui l’ont pré­cé­dé. Re­mise en cause du libre-échange avec le Ca­na­da et le Mexique, fin de la cou­ver­ture d’as­su­rance pour la pi­lule contra­cep­tive, fin du fi­nan­ce­ment de l’avor­te­ment, au­to­ri­sa­tion de la dis­cri­mi­na­tion en­vers les trans­genres, fin des me­sures de pro­tec­tion en fa­veur de l’environnement et re­tour des me­sures pol­luantes en fa­veur de l’au­to­mo­bile. Trump s’est aus­si re­ti­ré de l’ac­cord de Pa­ris sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques et fait tout en son pou­voir pour faire dé­railler l’en­tente de contrôle des armes nu­cléaires avec l’iran.

Avec un tel bi­lan en moins d’une an­née, Trump a réus­si à se mettre son propre par­ti à dos. Sa po­pu­la­ri­té est à son plus bas. Bien qu’on ne sache en­core toutes les conclu­sions des mul­tiples en­quêtes de la Chambre des re­pré­sen­tants, du Sé­nat et du mi­nis­tère de la Jus­tice concer­nant la col­lu­sion de Trump avec la Rus­sie dans le cadre des élec­tions de 2016, il existe en­core des gens pour sup­por­ter cet homme sé­nile et in­cons­cient.

Voi­là le ré­sul­tat du déclin de l’em­pire amé­ri­cain. Une décadence en­cou­ra­gée par un ré­gime élec­to­ral désuet qui a per­mis à un mésa­dap­té so­cioaf­fec­tif de prendre le pou­voir au dé­tri­ment de la dé­mo­cra­tie et du vote po­pu­laire. Avec Trump, nous as­sis­tons aux der­niers sou­bre­sauts d’une Amé­rique blanche et chré­tienne en voie de dis­pa­ri­tion. Es­pé­rons que cette Amé­rique puisse dis­pa­raître pour lais­ser place à une ère nou­velle et qu’on se dé­bar­rasse de lui au plus vite!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.