CHEVROLET APACHE 1960

QUAND L’ES­THÉ­TISME DICTAIT TOUT

Summum - - ARSENAL -

Par Da­niel Ru­fiange – Dans cette page consa­crée aux grands clas­siques de l’au­to, nous vous avons pré­sen­té des mo­dèles qui sont pas­sés à l’his­toire, des su­per voi­tures et quelques muscle cars. Voi­ci notre pre­mière ca­mion­nette, une ra­re­té qui fait tour­ner les têtes par­tout où elle passe.

LES CA­MIONS CHEVROLET

Après la Deuxième Guerre mon­diale, Chevrolet, tout comme Ford, re­pen­sait sa fa­çon de conce­voir un pick-up. Deux gé­né­ra­tions de mo­dèles se sont suc­cé­dé jus­qu’en 1959 : la sé­rie Ad­vance De­si­gn (1947-1954), puis la Task Force (1955-1959). Elles sont toutes deux très re­cher­chées au­jourd’hui. Ce­pen­dant, la cu­vée C/K qui a sui­vi (1960-1966) prend tran­quille­ment sa place sur le mar­ché.

Au mo­ment de sa com­mer­cia­li­sa­tion, elle était ré­vo­lu­tion­naire. Sa conduite se ci­vi­li­sait grâce à l’ar­ri­vée d’une sus­pen­sion avant in­dé­pen­dante. Ses ca­pa­ci­tés com­men­çaient à croître et en ma­tière de style, elle ma­riait à mer­veille le pas­sé et l’ave­nir de la marque. En 1960-1961, c’était la dé­me­sure. GM avait eu l’au­dace de gref­fer au pro­duit un ca­pot do­té de grands na­seaux. Le ré­sul­tat est spec­ta­cu­laire. Quant à la pein­ture à deux tons, c’était très à la mode et c’est ce qui per­met au mo­dèle de se dé­mar­quer près de 60 ans plus tard. Du reste, Chevrolet pro­po­sait des boîtes longues ain­si que courtes de style Fleet­side (flancs plats, in­té­rieur large) ou Step­side (in­té­rieur étroit et pas­sages d’ailes à l’ex­té­rieur). Une ques­tion de goût, bien fran­che­ment.

UN BOURREAU DE TRA­VAIL

En 1960, sur le mo­dèle de base Apache 10, il était pos­sible de gref­fer un V8 de 283 pouces cubes en op­tion, mais c’est d’un 6 cy­lindres en ligne de 235 pouces cubes dont on pro­fi­tait d’of­fice. Ce der­nier était as­sor­ti d’une boîte de vi­tesses ma­nuelle à trois rap- ports avec un le­vier fixé à la co­lonne. Le V8 of­frait plus d’op­tions, car en plus d’une boîte mé­ca­nique à quatre rap­ports avec bras au plan­cher, une trans­mis­sion au­to­ma­tique à deux vi­tesses Po­wer­glide était pro­po­sée. Ces ca­mion­nettes n’étaient pas puis­santes, mais étaient ca­pables de tra­vailler.

LA BEAU­TÉ AVANT TOUT

Au vo­lant d’une telle ca­mion­nette, le plai­sir est constant. Le tra­vail aus­si, car il faut avoir de bons bras pour ma­noeu­vrer cette chose qui ne pos­sède pas de ser­vo­di­rec­tion. Ou­bliez éga­le­ment les cein­tures de sé­cu­ri­té, un concept en­core abs­trait à l’époque. Quant au ta­bleau de bord, il est en mé­tal et peut vous fra­cas­ser le crâne en cas d’im­pact. La ra­dio? Bande AM uni­que­ment. L’in­so­no­ri­sa­tion? In­exis­tante.

Et pour­tant, le charme opère dès les pre­miers tours de roue.

La voi­ture an­cienne, c’est exac­te­ment ça. Le coup de foudre n’est ja­mais loin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.