LES ROCK MA­CHINE PRÉ­PARENT LEUR RE­TOUR... À PAR­TIR DE HAWKESBURY

Tribune Express - - La Une -

HAWKESBURY | Se­lon un ar­ticle pu­blié plus tôt cette se­maine dans le quo­ti­dien

La Presse, le groupe de mo­tards les Rock Ma­chine pré­pare son re­tour. Et ce re­tour, c’est à par­tir de Hawkesbury qu’il se pla­ni­fie.

En ef­fet, le quo­ti­dien mont­réa­lais a ren­con­tré Jean-Fran­çois Émard, chef ca­na­dien des Rock Ma­chine, «dans son fief de Hawkesbury». L’ar­ticle est ac­com­pa­gné d’une pho­to mon­trant M. Émard de­vant le pont du Long Sault en­tou­ré de deux gardes du corps, leurs dos tour­nés à la ca­mé­ra.

In­ter­ro­gé à ce su­jet, Pierre Dubois, por­te­pa­role du dé­ta­che­ment de Hawkesbury de la Po­lice pro­vin­ciale de Hawkesbury, est bien au cou­rant de la si­tua­tion mais pré­cise par contre que les Rock Ma­chine ne sont pas en train de s’ins­tal­ler à Hawkesbury. «Ce n’est pas qu’ils (Rock Ma­chine) s’ins­tallent ici, a pré­ci­sé M. Dubois. Le M. Émard en ques­tion, ça fait long­temps qu’il de­meure dans notre coin. On sa­vait qu’il était lié au monde des mo­tards.» Il ajoute: «On conti­nue de faire ce qu’on fait et de de­man­der aux gens de dé­non­cer les actes criminels.»

Se­lon l’ar­ticle de La Presse, par contre, le groupe a une sec­tion à Hawkesbury en plus de deux sec­tions au Qué­bec et d’une sec­tion au Nou­veau-Bruns­wick. Tou­jours se­lon l’ar­ticle, les Rock Ma­chine com­pren­draient main­te­nant une tren­taine de membres en règle, y com­pris quatre membres is­sus de l’époque de la guerre des mo­tards.

Les gens se sou­vien­dront de l’évé­ne­ment Guerre des mo­tards qui a fait rage du­rant les an­nées 1990 et 2000 au Qué­bec. En­vi­ron 160 per­sonnes avaient per­du la vie.

L’ar­ticle de La Presse rap­pelle qu’en 2002, les Rock Ma­chine ont été éra­di­qués dans le cadre de l’opé­ra­tion po­li­cière Ami­go. Le groupe re­naî­tra len­te­ment vers 2007, af­fi­chant ses cou­leurs à quelques en­droits à Mon­tréal. C’est tou­te­fois en 2011, sous la di­rec­tion de M. Émard, que le groupe en­tame une vé­ri­table re­cons­truc­tion afin d’être re­con­nu par la sec­tion mon­diale.

Se­lon l’ar­ticle, la re­cons­truc­tion n’a pas été sans éclat alors qu’au prin­temps, les membres d’une sec­tion au Qué­bec ont été ar­rê­tés dans le cadre d’une opé­ra­tion de la Sû­re­té du Qué­bec. Après cette opé­ra­tion, M. Émard a de­man­dé au groupe de ces­ser d’af­fi­cher ses cou­leurs pour quelque temps. Ce­pen­dant, ces cou­leurs pour­raient bien res­sor­tir dans un ave­nir rap­pro­ché, a-t-il dé­cla­ré à La Presse.

Tou­jours se­lon l’ar­ticle de La Presse le groupe ré­cem­ment re­for­mé ne compte pas se li­vrer à une guerre contre les Hells An­gels ou d’autres groupes. Se­lon M. Émard, il n’y

a au­cune guerre entre les deux groupes. Se­lon M. Émard, mal­gré ce qu’on a pu lire dans les médias, il y a du res­pect entre les deux groupes.

L’ar­ticle ajoute que M. Émard siège éga­le­ment à «un pa­lier de dé­ci­sion su­pé­rieur, ba­sé en Al­le­magne» et qu’à ce titre, il tente d’éta­blir une «paix mon­diale»

(Pour lire l’ar­ticle de La Presse : http://www.la­presse.ca/ac­tua­lites/jus-tice-et-af­faires- cri­mi­nelles/af­fai­res­cri­mi­nelles/201409/15/01-4800501-les­rock-ma­chine-preparent-leur-re­tour.php)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.