Marche de pro­tes­ta­tion contre le pro­jet mi­nier

Tribune Express - - ACTUALITÉS • NEWS - MAXIME MYRE maxime.myre@eap.on.ca

More than 100 people at­ten­ded a march in Gren­ville on June 3 in pro­test of the Ca­na­da Car­bon mi­ning pro­ject, which plans to ex­tract gra­phite and marble from a site near Scotch road in Gren­ville-sur-la-Rouge. The march was or­ga­ni­zed by SOS GSLR, an or­ga­ni­za­tion op­po­sing the mi­ning pro­ject. SOS GSLR claims the mine could af­fect the drin­king water of mul­tiple hou­se­holds.—pho­to

Le mois de juin est le mois de l’eau et c’est pour­quoi SOS GSLR a or­ga­ni­sé une marche afin de lan­cer un mes­sage au conseil de ville et dé­mon­trer le nombre d’op­po­sants au pro­jet, qui s’est avé­ré être plus d’une cen­taine de per­sonnes. Des trac­teurs avec de grandes en­seignes étaient aus­si de la par­tie. SOS GSLR sou­lève plu­sieurs in­quié­tudes

face aux pos­si­bi­li­tés que les tra­vaux mi­niers de Ca­na­da Car­bon puissent af­fec­ter l’eau po­table. La marche de pro­tes­ta­tion a com­men­cé au pied du pont Long Sault et s’est ter­mi­née au pres­by­tère de Gren­ville sur la rue Prin­ci­pale.

La frus­tra­tion en­vers le conseil de ville de GSLR était bien vi­sible sur plu­sieurs en­seignes. Lors de la consul­ta­tion pu­blique du 22 fé­vrier 2017 concer­nant le pro­jet de mine à ciel ou­vert, il avait été an­non­cé qu’un co­mi­té consul­ta­tif sur les mines (CCM) avait été for­mé. Ce co­mi­té, consti­tué de ci­toyens et de conseillers, avait comme mis­sion d’étu­dier et de faire des re­com­man­da­tions au conseil en toute trans­pa­rence sur les im­pacts éco­no­miques et en­vi­ron­ne­men­taux, le cadre ju­ri­dique, l’ac­cep­ta­bi­li­té so­ciale ain­si que sur les in­fra­struc­tures de la mu­ni­ci­pa­li­té.

Le conseil avait par la suite adop­té une nou­velle ré­so­lu­tion confir­mant son sou­tien à Ca­na­da Car­bon, pour que ce der­nier puisse pour­suivre ses dé­marches avec la Com­mis­sion de pro­tec­tion du ter­ri­toire agri­cole (CPTAQ), ce qui a mis un terme au co­mi­té consul­ta­tif. SOS GSLR est donc de­ve­nu l’aile mi­li­tante contre le pro­jet de la mine.

À l’époque de l’adop­tion de cette nou­velle ré­so­lu­tion, Tom Ar­nold, pré­sident de SOS, avait dé­cla­ré que « de­puis juillet 2015, le conseil de­vait s’oc­cu­per de la simple tâche de la confor­mi­té de notre ré­gle­men­ta­tion d’ur­ba­nisme, ce qu’il re­fuse in­ten­tion­nel­le­ment et pu­bli­que­ment de faire, s’amu­sant à po­si­tion­ner la mu­ni­ci­pa­li­té dans une si­tua­tion très dan­ge­reuse et dom­ma­geable, au­tant pour les ci­toyens que pour la mine...»

Le dos­sier du pro­jet de la mine de Ca­na­da Car­bon à GSLR est loin d’être clos et plu­sieurs étapes de­vront être fran­chies. Rap­pe­lons-nous que lors de la vi­site du pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Phi­lippe Couillard, ce­lui-ci avait af­fir­mé que pour qu’un tel pro­jet voie le jour, il de­vra y avoir une ac­cep­ta­bi­li­té so­ciale.

Fournie

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.