UN VRAI CAU­CHE­MAR POUR UNE FA­MILLE DE RO­CK­LAND

Vision (Canada) - - Actualités / News - FRAN­CIS RA­CINE fran­cis.ra­cine@eap.on.ca

Il y a deux mois à peine, Xa­vier Down­ton, âgé de quatre ans et de­mi et élève du jar­din à l’école Ste-Tri­ni­té de Ro­ck­land, s’ap­prê­tait à dé­bu­ter sa toute pre­mière sai­son de ho­ckey sur glace.

« Il a pra­ti­que­ment gran­di dans les aré­nas, a fait va­loir la mère du tout pe­tit, Ra­chelle Down­ton. Son grand frère joue au ho­ckey et Xa­vier vou­lait lui aus­si jouer. »

Dé­jà, le jeune Xa­vier po­sait fiè­re­ment, vê­tu de la tête au pied avec son équi­pe­ment. Mais ces rêves de de­ve­nir une ve­dette de ho­ckey se sont ef­fon­drés, alors que du jour au len­de­main, ce­lui-ci s’est re­trou­vé at­teint de pa­ra­ly­sie flasque ai­guë.

La ma­la­die, qui peut pro­vo­quer une pa­ra­ly­sie, est rare, mais grave. Plu­sieurs pé­diatres au Ca­na­da et aux États-Unis sont pré­oc­cu­pés par le nombre d’en­fants at­teint de cette ma­la­die sur le conti­nent.

En ef­fet, Xa­vier se­rait l'un de deux en­fants at­teints d’une telle pa­ra­ly­sie au Centre hos­pi­ta­lier pour en­fants de l’est de l’On­ta­rio (CHEO), tan­dis que l'Hos­pi­tal des en­fants de To­ron­to comp­te­rait une dou­zaine de cas. Un vrai cau­che­mar

Tout a com­men­cé par une toux. « Mon ma­ri et moi avons re­mar­qué qu’il avait une toux et de la fièvre, lors de la fin de se­maine de la fête du Tra­vail, soit le 5 sep­tembre der­nier, a ex­plique. Mme Down­ton, Nou­si n’étions pas trop in­quiets, puis­qu’il avait en­core de l’ap­pé­tit. » jambes La fièvre et de au­rait bras, été ce sui­vie qui au­rait par des pré­ci­pi­té maux les de pa­rents à une cli­nique lo­cale et en­suite au CHEO, à Ot­ta­wa, Une fois sur les lieux, Mme Down­ton a dû por­ter Xa­vier dans ses bras.

À son ar­ri­vée, les doc­teurs lui au­raient ad­mi­nis­tré plu­sieurs an­ti­bio­tiques et fait su­bir di­vers tests afin de dé­cou­vrir de quoi il souf­frait. « Ça a été vrai­ment dif­fi­cile », s’est rap­pe­lée la mère du jeune gar­çon.

Au cours des pre­miers jours à l'hos­pi­tal, l’état de Xa­vier s’est vite dé­té­rio­ré. « Il avait si mal qu’il ne pou­vait pas sup­por­ter de vê­te­ments, ni même de draps et de­vait s'al­lon­ger sur le cote, a ex­plique sa mere. Son cou était si raide qu’il ne pou­vait pas tour­ner la tête. Lors­qu’il y avait des vi­si­teurs, il me de­man­dait de lui tour­ner la tête afin qu’il puisse les re­gar­der. »

Les pa­rents du jeune gar­çon sont donc restes a ses cotes 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Heu­reu­se­ment, à la suite de plu­sieurs trai­te­ments, la condi­tion de Xa­vier s’amé­liore de jour en jour. Il peut dé­sor­mais bou­ger ses bras et il se dé­place main­te­nant en fau­teuil rou­lant. Ce­lui-ci de­vrait être en me­sure de quit­ter le CHEO dans les pro­chaines se­maines.

« On ne sait pas quand il se­ra en me­sure de re­com­men­cer à mar­cher, a confié Mme Down­ton. Mais la phy­sio­thé­ra­pie l’aide énor­mé­ment. »

Celle-ci tient à re­mer­cier plu­sieurs membres de la com­mu­nau­té qui sont ve­nus en aide à sa fa­mille. « C’est in­croyable le nombre de per­sonnes qui nous ont ai­dés de­puis les der­nières se­maines, a-t-elle sou­li­gné. La com­mu­nau­té de ho­ckey lo­cale ain­si que son école nous a aus­si gran­de­ment sou­te­nus. »

Pour le mo­ment, le jeune Xa­vier pour­suit ses cours dans se chambre d'hôs­pi­tal et est très im­pa­tient de re­tour­ner à l’école.

« Il est de très bonne hu­meur », a confié sa mère.

—sup­plied pho­to

Four-and-a-half-year-old Xa­vier Down­ton was sup­po­sed to lace up his skates for his very first ho­ckey sea­son. But the Ro­ck­land na­tive has ins­tead been bound to a Chil­dren’s Hos­pi­tal of Eas­tern On­ta­rio (CHEO) bed since ear­ly Sep­tem­ber. He was diag­no­sed with a rare case of acute flac­cid pa­ra­ly­sis. But the young boy has been im­pro­ving with treat­ment and the­ra­py and is ex­pec­ted to come home in the co­ming weeks.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.