La co­opé­ra­tion por­tuaire si­no-fran­çaise en plein es­sor

China Today (French) - - SOMMAIRE - LI YONGQUN*

Ja­dis, l’aube du port du Havre avait ins­pi­ré un grand maître, l’im­pres­sion­niste Claude Mo­net. Son oeuvre Im­pres­sion, so­leil le­vant im­mor­ta­lise le pa­no­ra­ma du port du Havre, un ma­tin bru­meux de prin­temps. Of­frant un spec­tacle si­mi­laire, le na­vire de charge CSCL STAR, avec ses mil­liers de conte­neurs à son bord, a pris le large au dé­part de Shan­ghai la veille du Nou­vel An chi­nois, qui est tom­bé le 28 jan­vier cette an­née, pour dé­bar­quer un mois plus tard en France, au port du Havre, sous la lu­mière cha­toyante du cou­cher du so­leil.

Le port du Havre tire par­ti de sa po­si­tion géo­gra­phique unique en Eu­rope : il marque la pre­mière es­cale en Eu­rope pour les ba­teaux ve­nus d’Asie, et la der­nière es­cale des ba­teaux quit­tant l’Eu­rope. Il ga­ran­tit d’ailleurs les dé­lais d’ex­pé­di­tion les plus courts pour les mar­chan­dises échan­gées entre l’Eu­rope et l’Asie. Par consé­quent, ce port joue un rôle im­por­tant dans le com­merce si­no-fran­çais, et même dans le com­merce si­no-eu­ro­péen, ain­si que dans la construc­tion de la Route de la Soie ma­ri­time du XXIe siècle.

Une op­por­tu­ni­té ma­jeure pour les en­tre­pre­neurs lo­caux

En 2012, les ports du Havre, de Rouen et de Pa­ris ont conju­gué leurs atouts pour for­mer HAROPA, l’al­liance por­tuaire de l’axe Seine. Si­tuée sur la côte nord fran­çaise, au coeur de la plus vaste zone in­dus­trielle du pays, HAROPA est por­tée par la val­lée de la Seine, pro­met­teuse en re­cherche et in­no­va­tion dans di­vers do­maines (pé­tro­chi­mie, au­to­mo­bile, aé­ro­nau­tique, agri­cul­ture, etc.). Réunis­sant une main d’oeuvre hau­te­ment qua­li­fiée, cette ré­gion re­pré­sente un mar­ché de 25 mil­lions de consom­ma­teurs. Elle fait donc of­fice de por­tail d’en­trée vers le mar­ché de consom­ma­tion de l’ag­glo­mé­ra­tion pa­ri­sienne, et même de l’Eu­rope.

De par son em­pla­ce­ment pri­vi­lé­gié, HAROPA peut four­nir les meilleurs ser­vices de trans­port ma­ri­time et de trans­port mul­ti­mo­dal avec en­tre­po­sage. Ce­pen­dant, en com­pa­rai­son avec d’autres ports eu­ro­péens comme Rot­ter­dam aux Pays-Bas ou An­vers en Bel­gique, le port du Havre perd du ter­rain face à la concur­rence de­puis des an­nées. Se­lon des sources du sec­teur, même la mé­tro­pole du Grand Pa­ris passe ma­jo­ri­tai­re­ment par le port d’An­vers pour faire en­trer ou sor­tir des mar­chan­dises.

« Quand la Chine a pro­po­sé l’ini­tia­tive des Nou­velles Routes de la Soie, très vite nous avons com­pris qu’il s’agis­sait d’une belle oc­ca­sion à sai­sir. Ces der­nières an­nées, j’ai conduit à plu­sieurs re­prises une dé­lé­ga­tion de HAROPA à Shan­ghai et à Ning­bo pour y né­go­cier des ac­cords de co­opé­ra­tion dans le cadre de la Route de la Soie ma­ri­time du XXIe siècle. Chaque fois, nous avons ob­te­nu des ré­sul­tats po­si­tifs », dé­clare Her­vé Cor­nède, di­rec­teur com­mer­cial et mar­ke­ting de HAROPA, dans son bu­reau à l’ad­mi­nis­tra­tion por­tuaire du Havre.

Pour l’heure, HAROPA a dé­jà noué un par­te­na­riat stra­té­gique avec plus de 400 en­tre­pre­neurs chi­nois, y com­pris ex­pé­di­teurs, ar­ma­teurs, né­go­ciants, pres­ta­taires de ser­vices lo­gis­tiques, etc. HAROPA est en lien avec 81 ports de la Grande Chine ; de plus, 17 opé­ra­teurs de lignes ma­ri­times ré­gu­lières entre l’Eu­rope et l’Asie ont choi­si Le Havre comme port d’es­cale, avec deux lignes par jour en moyenne qui as­surent le ser­vice entre la Grande Chine et le port du Havre.

Sous l’im­pul­sion de l’ini­tia­tive des Nou­velles Routes de la Soie, le nombre de mar­chan­dises ache­mi­nées du port du Havre vers la Chine a crû de 30 % ces der­nières an­nées. Les conte­neurs ren­ferment prin­ci­pa­le­ment du pa­pier re­cy­clé, du car­ton, du bois, des pro­duits chi­miques, des pro­duits ali­men­taires, etc. Pour ce qui est des ar­ticles chi­nois trans­por­tés vers le port du Havre, ils com­prennent gé­né­ra­le­ment des ap­pa­reils élec­triques et équi­pe­ments do­mes­tiques, du tex­tile et de la ma­ro­qui­ne­rie, des vê­te­ments et des chaus­sures, etc.

HAROPA est éga­le­ment la plus grande al­liance por­tuaire pour le com­merce asia­tique en France, of­frant chaque se­maine des ser­vices de trans­port ma­ri­time à des­ti­na­tion de 180 ports asia­tiques. 73 % des mar­chan­dises conte­neu­ri­sées im­por­tées par HAROPA pro­viennent d’Asie.

« Le Havre a été élu “meilleur port eu­ro­péen” par le ma­ga­zine Car­go­news Asia quatre ans d’af­fi­lée. Cet hon­neur prouve bien à quel point les clients asia­tiques,

y com­pris chi­nois, ap­pré­cient le port du Havre », in­dique, non sans fier­té, M. Cor­nède.

Une co­opé­ra­tion si­no-fran­çaise ren­for­cée

Chi­na COSCO Ship­ping Lines Co., Ltd a éta­bli une suc­cur­sale dans le centre-ville du Havre. Outre les trois cadres Chi­nois tra­vaillant à la di­rec­tion, les autres membres du per­son­nel sont tous des em­ployés lo­caux. À la veille de l’en­trée dans l’an­née du Coq, le di­rec­teur gé­né­ral Yao Hongz­hi a pro­po­sé d’« ac­cueillir les ci­toyens du Havre à bord du porte-conte­neurs de Chi­na COSCO pour cé­lé­brer en­semble le Nou­vel An chi­nois 2017 », une in­vi­ta­tion qui a re­çu l’ap­pro­ba­tion d’Her­vé Cor­nède. Ce der­nier, ins­pi­ré par l’idée, a même sug­gé­ré d’ajou­ter des élé­ments propres à la Chine dans le cadre de la cé­lé­bra­tion du 500e an­ni­ver­saire de la fon­da­tion de la ville du Havre, éga­le­ment fê­té en 2017, en guise de mes­sage de bien­ve­nue aux tou­ristes chi­nois.

« Cette pen­sée pour l’autre pen­dant des fêtes re­flète bien les re­la­tions ami­cales qui unissent les en­tre­prises chi­noises et les par­te­naires lo­caux », sou­ligne Yao Hongz­hi. L’ini­tia­tive des Nou­velles Routes de la Soie offre aux en­tre­prises chi­noises da­van­tage d’oc­ca­sions de mar­cher vers l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion. Chi­na COSCO Ship­ping Cor­po­ra­tion Li­mi­ted pour­suit trois grandes ac­ti­vi­tés qui s’ar­ti­culent au­tour de cette ini­tia­tive : le trans­port ma­ri­time dans le cadre de la Route de la Soie ma­ri­time ; la lo­gis­tique glo­bale sur la Route de la Soie ma­ri­time, qui donne la prio­ri­té au trans­port com­bi­né mer-rail à tra­vers le conti­nent eur­asia­tique ; l’in­ves­tis­se­ment dans les ports et les quais le long des Nou­velles Routes de la Soie. « L’une des grandes orien­ta­tions de la Route de la Soie ma­ri­time du XXIe siècle consiste à tra­cer une voie des ports ma­ri­times chi­nois à l’Eu­rope, via la mer de Chine mé­ri­dio­nale et l’océan In­dien, afin de lier étroi­te­ment le cercle éco­no­mique de l’Asie de l’Est dy­na­mique au cercle eu­ro­péen dé­ve­lop­pé », ex­plique Ha Jian­qiang, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint de la suc­cur­sale de Chi­na COSCO Ship­ping Lines Co., Ltd au Havre.

À la fin du mois de juin 2015, les gou­ver­ne­ments chi­nois et fran­çais ont pu­blié une dé­cla­ra­tion com­mune re­la­tive à la co­opé­ra­tion sur les mar­chés tiers. Chi­na COSCO Ship­ping Cor­po­ra­tion Li­mi­ted et la par­tie fran­çaise ont me­né de pro­fondes dis­cus­sions en vue d’une ex­plo­ra­tion conjointe du mar­ché afri­cain.

Se­lon M. Cor­nède, le port du Havre est un lieu de tran­sit idéal pour me­ner cette co­opé­ra­tion si­no-fran­çaise sur les mar­chés tiers et per­cer sur le mar­ché afri­cain. La po­li­tique d’exo­né­ra­tion de taxes pour les mar­chan­dises en tran­sit et d’autres me­sures pré­fé­ren­tielles adop­tées par Le Havre per­mettent d’ailleurs de ré­duire les coûts et les risques. La par­tie chi­noise peut donc dé­char­ger la car­gai­son au port du Havre, avant que celle-ci soit ex­por­tée vers l’Afrique. D’après M. Yao, de­puis le mois de juillet 2015, le tra­fic de fret vers le conti­nent afri­cain via le port du Havre a connu une aug­men­ta­tion re­mar­quable. Sur la base des sta­tis­tiques

dres­sées par la suc­cur­sale de Chi­na COSCO Ship­ping Lines Co., Ltd au Havre, les mar­chan­dises ex­por­tées de l’Asie orien­tale vers l’Afrique to­ta­li­saient 2 400 conte­neurs seule­ment en 2014, puis 75 000 en 2015 et 92 000 en 2016.

Des pers­pec­tives sé­dui­santes pour les en­tre­prises fran­çaises

Dans ce contexte di­plo­ma­tique si­no-fran­çais fa­vo­rable, le 20 avril 2016, Chi­na COSCO Ship­ping Cor­po­ra­tion Li­mi­ted, la so­cié­té hong­kon­gaise OOCL, la so­cié­té taï­wa­naise Ever­green et la so­cié­té mar­seillaise CMA-CGM ont dé­cla­ré conjoin­te­ment la créa­tion de l’Ocean Al­liance, qui com­men­ce­ra à opé­rer en avril. Elle cou­vri­ra une qua­ran­taine de lignes avec une flotte de 350 porte-conte­neurs, qui connec­te­ront l’Asie et l’Eu­rope du Nord-Ouest, l’Asie et la Mé­di­ter­ra­née, l’Ex­trême-Orient et la mer Rouge, l’Ex­trême-Orient et la ré­gion du golfe Per­sique, l’Asie et la côte est/ouest des États-Unis, ain­si que l’axe trans­at­lan­tique. À terme, sa ca­pa­ci­té de trans­port de­vrait at­teindre six mil­lions d’EVP (uni­té équi­va­lant à un conte­neur stan­dard de 20 pieds). L’Ocean Al­liance, d’une im­por­tance stra­té­gique, au­ra une in­fluence consi­dé­rable sur la struc­ture du trans­port ma­ri­time mon­dial et joue­ra un rôle pri­mor­dial dans la construc­tion de la Route de la Soie ma­ri­time du XXIe siècle.

« De­puis le lan­ce­ment par le gou­ver­ne­ment chi­nois de l’ini­tia­tive des Nou­velles Routes de la Soie, nous n’avons plus le même res­sen­ti lorsque nous na­vi­guons. Tout d’abord, nous sommes épris de ce sen­ti­ment de fier­té in­com­pa­rable. Par le pas­sé, nous étions consi­dé­rés comme de simples ma­rins par­cou­rant les mers du monde en­tier. Au­jourd’hui, nous nous sen­tons in­ves­tis d’une mis­sion sup­plé­men­taire et de res­pon­sa­bi­li­tés ac­crues, puisque nous ap­por­tons notre contri­bu­tion à la construc­tion des Nou­velles Routes de la Soie. Et puis, nous sommes pro­fon­dé­ment tou­chés de voir l’en­thou­siasme des pays ri­ve­rains à l’égard des Nou­velles Routes de la Soie, ain­si que l’amé­lio­ra­tion des me­sures d’ac­com­pa­gne­ment et des ser­vices qui a été en­tre­prise », ra­conte Ai Ben, le se­cond du na­vire de com­merce CSCL STAR, se re­mé­mo­rant ses an­nées d’ex­pé­rience pas­sées sur les flots.

Zhai Jun, l’am­bas­sa­deur de Chine en France en poste de­puis plus de trois ans, per­çoit pro­fon­dé­ment que l’ami­tié de la France pour la Chine s’in­ten­si­fie. Se­lon lui, l’Eu­rope est une zone non né­gli­geable sur l’iti­né­raire des Nou­velles Routes de la Soie. Rap­pe­lons aus­si que Lyon était au­tre­fois un noeud im­por­tant de l’an­cienne Route de la Soie. En avril der­nier, c’est d’ailleurs à Lyon que le pre­mier train de fret Chi­neEu­rope a fi­ni sa course, une amorce pour de nou­velles op­por­tu­ni­tés d’échanges éco­no­miques et com­mer­ciaux Chine-France et Chine-Eu­rope. « La Chine consi­dère tou­jours la France comme un im­por­tant par­te­naire stra­té­gique. Outre les fortes com­plé­men­ta­ri­tés éco­no­miques de ces pays, les deux par­ties ont la vo­lon­té po­li­tique et le sou­tien de l’opi­nion pu­blique de ren­for­cer leur co­opé­ra­tion. Et la construc­tion des Nou­velles Routes de la Soie mul­ti­plie­ra en­core les pos­si­bi­li­tés de col­la­bo­ra­tion. »

Laurent Fa­bius, pré­sident du Con­seil consti­tu­tion­nel et an­cien mi­nistre fran­çais des Af­faires étran­gères, n’a pas ménagé ses ef­forts pour dé­ve­lop­per les re­la­tions si­no-fran­çaises. Il a même pré­ten­du, en plai­san­tant, que lors­qu’il n’est pas en Chine, alors il est en route pour la Chine. Au su­jet des Nou­velles Routes de la Soie, M. Fa­bius a rap­pe­lé que la France était na­tu­rel­le­ment un point de pas­sage sur l’an­cienne Route de la Soie, avant d’af­fir­mer que l’ini­tia­tive des Nou­velles Routes de la Soie et la trans­for­ma­tion de l’éco­no­mie chi­noise of­fri­ront de nom­breuses pers­pec­tives sé­dui­santes pour les en­tre­prises fran­çaises. Les in­ter­ac­tions ami­cales entre la ré­gion Nor­man­die (où se trouve Le Havre) et la Chine re­montent à bien long­temps. Par exemple, Deng Xiao­ping avait étu­dié dans un ly­cée à Bayeux. En 1990, Rouen et Ning­bo sont de­ve­nues des villes ju­melles. En 2014, la NEOMA Bu­si­ness School et l’uni­ver­si­té Nan­kai de Tian­jin ont créé conjoin­te­ment le NEOMA Con­fu­cius Ins­ti­tute for Bu­si­ness à Rouen, un nou­veau pont pour les échanges pé­da­go­giques et com­mer­ciaux entre les deux pays. Dans ce contexte fa­vo­rable, M. Fa­bius est convain­cu que les Nou­velles Routes de la Soie ser­vi­ront de voie vers l’ap­pro­fon­dis­se­ment de la co­opé­ra­tion et de l’ami­tié entre la Chine et la France.

Le train Chine-Eu­rope, re­liant Wu­han à Lyon, est en­tré en ser­vice le 6 avril 2016.

Les membres de l’équi­page du na­vire CSCL STAR, mouillant dans le port du Havre, sa­luent les pas­sants sur la terre ferme.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.