La vi­site de Li Ke­qiang en Eu­rope ren­force les re­la­tions de confiance

China Today (French) - - SOMMAIRE - XIA BIN*

Du 31 mai au 2 juin, le pre­mier mi­nistre du Conseil des af­faires d’État de Chine, Li Ke­qiang, a ef­fec­tué une vi­site of­fi­cielle en Al­le­magne et en Bel­gique. Il a par­ti­ci­pé à la ren­contre an­nuelle entre le pre­mier mi­nistre chi­nois et la chan­ce­lière al­le­mande et au 19e Som­met Chine-UE. Cette vi­site de trois jours dans ces deux pays a été mar­quée par deux grandes ren­contres et de mul­tiples ac­ti­vi­tés im­por­tantes. Cette vi­site en Eu­rope a per­mis d’ob­te­nir de nom­breux ré­sul­tats fruc­tueux et de faire en­tendre la voix de la Chine.

Une at­ti­tude

En ver­tu de l’ar­ticle 15 du Pro­to­cole d’adhé­sion de la Chine à l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale du com­merce (OMC) si­gné par la Chine en 2001, les na­tions membres de l’OMC doivent ces­ser, le 11 dé­cembre 2016, d’avoir re­cours à l’ap­proche du « pays de sub­sti­tu­tion » pour me­ner des en­quêtes an­ti­dum­ping sur la Chine. Ce­pen­dant, jus­qu’à au­jourd’hui, il est en­core des États membres qui, fai­sant fi de cette sti­pu­la­tion, re­fusent de rem­plir leurs obli­ga­tions en per­sis­tant à ne pas vou­loir ac­cor­der le sta­tut d’éco­no­mie de mar­ché à la Chine.

Lors de la vi­site de Li Ke­qiang en Eu­rope, la chan­ce­lière al­le­mande An­ge­la Mer­kel a dé­cla­ré : « Nous adhé­rons aux prin­cipes et aux règles de l’OMC. Nous sou­te­nons aus­si l’UE dans le res­pect de ses obli­ga­tions men­tion­nées par l’ar­ticle 15 du Pro­to­cole d’adhé­sion de la Chine à l’OMC. »

À l’is­sue du 19e Som­met Chine-UE, le pré­sident du Conseil eu­ro­péen Do­nald Tusk et le pré­sident de la Commission eu­ro­péenne Jean-Claude Jun­cker se sont ex­pri­mé lors du point presse en sou­li­gnant que l’UE et la Chine avaient eu une dis­cus­sion sé­rieuse sur les ques­tions qui in­té­ressent les deux par­ties, telles que le res­pect des obli­ga­tions de l’ar­ticle 15 du Pro­to­cole d’adhé­sion de la Chine à l’OMC, les consen­sus aug­mentent et les di­ver­gences se ré­duisent.

Au châ­teau de Val Du­chesse à Bruxelles où Li Ke­qiang s’est en­tre­te­nu avec son ho­mo­logue belge Charles Michel, ce der­nier a es­ti­mé que les règles in­ter­na­tio­nales de­vaient être res­pec­tées et les en­ga­ge­ments pris, ho­no­rés. La par­tie belge en­tend, elle aus­si, jouer un rôle ac­tif pour que l’UE rem­plisse ses obli­ga­tions liées à l’ar­ticle 15 du Pro­to­cole d’adhé­sion de la Chine à l’OMC.

« L’Al­le­magne, l’UE et la Bel­gique ont toutes mon­tré une at­ti­tude très po­si­tive quant au res­pect des obli­ga­tions de l’ar­ticle 15 du Pro­to­cole d’adhé­sion de la Chine à l’OMC », a si­gna­lé Chen Fen­gying, an­cienne di­rec­trice du centre d’étude sur l’éco­no­mie mon­diale de l’Ins­ti­tut des re­la­tions in­ter­na­tio­nales contem­po­raines de Chine. Dès l’ins­tant où la par­tie eu­ro­péenne join­dra le geste à la pa­role, les obs­tacles en­tra­vant les re­la­tions éco­no­miques et com­mer­ciales avec la Chine se­ront ba­layés et de nou­velles pers­pec­tives s’ou­vri­ront.

Un mes­sage double

Lors de son sé­jour en Eu­rope, Li Ke­qiang a pro­non­cé un dis­cours res­pec­ti­ve­ment au Fo­rum Chine-Al­le­magne « Fa­çon­ner l’in­no­va­tion en­semble », et au 12e Som­met des af­faires Chine-UE. Qu’il s’agisse de son in­ter­ven­tion en Al­le­magne sou­li­gnant la co­opé­ra­tion sur l’in­no­va­tion et un en­vi­ron­ne­ment d’in­ves­tis­se­ment ou­vert, ou celle de Bruxelles ap­pe­lant au main­tien du sys­tème mul­ti­la­té­ral des échanges éco­no­miques et com­mer­ciaux et à la pro­mo­tion du dé­ve­lop­pe­ment équi­li­bré du com­merce bi­la­té­ral, Li Ke­qiang a trans­mis au monde, avec constance, un mes­sage double : la Chine s’en tient à la glo­ba­li­sa­tion éco­no­mique et oeuvre à la pro­mo­tion de l’in­ves­tis­se­ment et du com­merce.

« La Chine, en tant qu’en­ti­té éco­no­mique mon­diale ma­jeure, s’est pro­non­cée en fa­veur de la jus­tice. Elle a fait en­tendre une voix po­si­tive en fa­veur de la glo­ba­li­sa­tion éco­no­mique et de la dé­fense du li­breé­change, ce qui té­moigne du sens des res­pon­sa­bi­li­tés d’un grand pays », a es­ti­mé Ruan Zongze, di­rec­teur ad­joint permanent de l’Ins­ti­tut des études in­ter­na­tio­nales de Chine. À son avis, l’Al­le­magne, l’UE et la Bel­gique ont toutes les trois fa­vo­ra­ble­ment ré­agi à la glo­ba­li­sa­tion éco­no­mique avec pour point com­mun leur op­po­si­tion au pro­tec­tion­nisme.

Il a éga­le­ment fait re­mar­quer qu’au terme de la ren­contre an­nuelle entre le pre­mier mi­nistre chi­nois et la chan­ce­lière al­le­mande ain­si que du 19e Som­met

Chine-UE, ce qui fi­gure en tête de liste reste, dans les deux cas, l’en­ga­ge­ment ré­ci­proque de « for­ger une éco­no­mie glo­bale ou­verte ». La prio­ri­té don­née à cette ques­tion parle d’elle-même.

Quant à la pro­mo­tion pour fa­ci­li­ter l’in­ves­tis­se­ment et le com­merce, la Chine et l’Al­le­magne ont toutes les deux dé­cla­ré qu’elles fe­raient pro­gres­ser l’ou­ver­ture dans les deux sens et sou­tien­draient la li­bé­ra­li­sa­tion du com­merce et les fa­ci­li­tés d’in­ves­tis­se­ment.

De­vant l’au­di­toire du l2e Som­met des af­faires Chine-UE, Li Ke­qiang a in­sis­té : « À l’heure ac­tuelle, la tâche ur­gente est de main­te­nir le libre-échange, re­lan­cer les deux puis­sants mo­teurs du com­merce et de l’in­ves­tis­se­ment, pous­ser l’éco­no­mie mon­diale à se re­mettre sur les rails d’une re­prise stable de ma­nière à ce que la glo­ba­li­sa­tion éco­no­mique pro­fite à da­van­tage de pays et de po­pu­la­tions. »

Dans la liste des ac­quis du 19e Som­met Chine-UE, les deux par­ties es­timent que les né­go­cia­tions en cours sur le trai­té de l’in­ves­tis­se­ment sont prio­ri­taires. On peut s’at­tendre, dans un ave­nir pro­chain, à un pay­sage éco­no­mique des mar­chés chi­nois et eu­ro­péen ou­verts dans les deux sens, sur un pied d’éga­li­té, avec des bé­né­fices mu­tuels et des ré­sul­tats ga­gnant-ga­gnant.

Des ré­sul­tats tri­par­tites

Les ac­cords conclus et les do­cu­ments signés par la Chine d’une part, et res­pec­ti­ve­ment l’Al­le­magne, l’UE et la Bel­gique d’autre part, sont le cou­ron­ne­ment de la tour­née eu­ro­péenne de Li Ke­qiang.

Se­lon Ruan Zongze, la co­opé­ra­tion sur l’in­no­va­tion et l’ali­gne­ment de la stra­té­gie chi­noise « Fa­bri­qué en Chine 2025 » avec la stra­té­gie al­le­mande « In­dus­trie 4,0 » sont deux points d’im­por­tance pri­mor­diale dans la liste des ré­sul­tats is­sus de cette ren­contre an­nuelle entre le pre­mier mi­nistre chi­nois et la chan­ce­lière al­le­mande. De par sa ca­pa­ci­té d’in­no­va­tion et son in­dus­trie de construc­tion mé­ca­nique, l’Al­le­magne oc­cupe une po­si­tion do­mi­nante dans le monde, tan­dis que la quête de la Chine pour la co­opé­ra­tion et l’ali­gne­ment de stra­té­gies re­flète son prin­cipe de mettre en oeuvre les po­li­tiques per­ti­nentes se­lon les condi­tions na­tio­nales des pays par­te­naires.

Aux yeux de Chen Fen­gying, la liste des ac­quis du 19e Som­met Chine-UE re­flète da­van­tage les vi­sions et concepts com­muns des deux par­ties. Par exemple, les deux par­ties s’en tiennent fer­me­ment au main­tien des prin­cipes de l’OMC pour construire une éco­no­mie mon­diale ou­verte ; elles ré­itèrent le ren­for­ce­ment du rôle es­sen­tiel de l’OMC dans le sys­tème com­mer­cial mul­ti­la­té­ral pour sau­ve­gar­der un sys­tème com­mer­cial mul­ti­la­té­ral trans­pa­rent, non-dis­cri­mi­na­toire, ou­vert et in­clu­sif, ba­sé sur les règles ; elles sont éga­le­ment fa­vo­rables à l’en­trée en vi­gueur de l’Ac­cord sur la fa­ci­li­ta­tion des échanges.

Par ailleurs, lors de la vi­site de Li Ke­qiang, la Chine a éga­le­ment si­gné avec la Bel­gique de nom­breux do­cu­ments sur la co­opé­ra­tion bi­la­té­rale dans les do­maines des in­fra­struc­tures, de l’in­dus­trie, du contrôle de qua­li­té, des té­lé­com­mu­ni­ca­tions, de la lo­gis­tique et des ports. Comme l’in­dique Chen Fen­gying, mal­gré la taille moins grande de l’éco­no­mie belge, il faut te­nir compte du fait que la Bel­gique est géo­gra­phi­que­ment au coeur de l’UE. La co­opé­ra­tion ami­cale dans la du­rée entre la Chine et la Bel­gique ne man­que­ra donc pas de jouer le rôle de pas­se­relle dans les re­la­tions Chine-UE.

On peut s’at­tendre, dans un ave­nir pro­chain, à un pay­sage éco­no­mique des mar­chés chi­nois et eu­ro­péen ou­verts dans les deux sens, sur un pied d’éga­li­té, avec des bé­né­fices mu­tuels et des ré­sul­tats ga­gnant-ga­gnant.

Jean-Claude Jun­cker : Nous ap­prou­vons tout à fait les pro­pos du pre­mier mi­nistre Li Ke­qiang qui dit que nous de­vons re­cher­cher en­core plus de points com­muns.

Le 2 juin der­nier, le pre­mier mi­nistre Li Ke­qiang, le pré­sident du Conseil eu­ro­péen Do­nald Tusk et le pré­sident de la Commission eu­ro­péenne Jean-Claude Jun­cker en confé­rence de presse

Do­nald Tusk : Notre co­opé­ra­tion en ma­tière de cli­mat a été re­le­vée à un nou­veau pa­lier, et l’UE se tient aux cô­tés de la Chine.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.