Le vrai sens de la joie don­née par la Na­ti­vi­té

Pour la deuxième fois consé­cu­tive, dans l’his­toire, un pré­sident de la ré­pu­blique se di­rige à la Ca­thé­drale à la veille de la Di­vine Li­tur­gie de Noël pour fé­li­ci­ter les Coptes à l’oc­ca­sion de la fête de la Na­ti­vi­té. Il a ex­pri­mé dans des phrases, dites sp

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Se te­nant au mi­lieu de l'église et en­tou­ré des évêques, le pré­sident a fé­li­ci­té les Coptes, lors de son dis­cours en di­sant: «Bonne fête, je vou­drais vous dire deux mots, je vous adresse d'abord les sa­lu­ta­tions, ain­si que l'ap­pré­cia­tion et le res­pect, et je vous fé­li­cite et pré­sente les meilleurs voeux." Le pré­sident a ajou­té: "L'an­née der­nière, nous avions dit que nous vou­lons nous ai­mer vrai­ment les uns les autres, et nous res­pec­ter vrai­ment. Sou­hai­tons que nous sa­chions nous ai­mer les uns les autres vrai­ment, et bonne fête". En ré­ponse à des ac­cla­ma­tions d'amour de l'as­sis­tance à l'in­té­rieur de la ca­thé­drale, le pré­sident a dé­cla­ré: "Nous vous ai­mons". Il a éga­le­ment dit: "Vive l'Egypte grâce à son peuple et non pas à Al-Sis­si seule­ment", comme l'as­sis­tance l'ac­cla­mait.

Al-Sis­si a éga­le­ment ap­pe­lé à l'édu­ca­tion des en­fants égyp­tiens de toutes les re­li­gions, en si­gna­lant qu'il était bon de vivre comme un seul peuple.

Le chef de l'Etat a en outre rap­pe­lé que Dieu a créé les hommes dif­fé­rents et que nul ne pour­rait les rendre uni­formes puis­qu'il y a une di­ver­si­té à res­pec­ter.

Il a éga­le­ment af­fir­mé que nul ne pour­ra pro­vo­quer des scis­sions entre les com­po­sants de la so­cié­té égyp­tienne. Il a re­com­man­dé à cet égard au peuple égyp­tien de de­meu­rer tou­jours uni quelles que soient les condi­tions po­li­tiques et éco­no­miques.

Le chef de l'Etat a as­su­ré que le peuple égyp­tien est ca­pable de sur­mon­ter toutes les dif­fi­cul­tés. Il a ajou­té que l'Egypte à la ci­vi­li­sa­tion mil­lé­naire en­seigne au monde les va­leurs de la co­exis­tence dans l'amour et la to­lé­rance.

Al-Sis­si a ré­vé­lé avoir de­man­dé à un pen­seur de ré­di­ger un livre en­sei­gnant ces va­leurs aux dif­fé­rentes gé­né­ra­tions.

Le pré­sident a en outre pro­mis au peuple copte de faire re­cons­truire dans un dé­lai d'un an les églises et mai­sons coptes sac­ca­gées et brû­lées lors des in­ci­dents sui­vant la Ré­vo­lu­tion du 30 Juin 2013. A cet égard, il a in­di­qué que ce­ci ne se­rait pas un acte de gé­né­ro­si­té de la part de l'Etat, mais un droit mé­ri­té par le peuple copte, dont le chef de l'Eglise a adop­té une po­si­tion ho­no­rable qu'il a te­nu à louer.

"Longue vie à l'Egypte et à nous tous", a ré­pé­té le pré­sident Al-Sis­si avant de quit­ter l'église, ser­rant la main du Pape Ta­wa­dros II.

Le pape Ta­wa­dros II, pape d'Alexan­drie et Pa­triarche de la Pré­di­ca­tion de Saint de Marc a conduit la messe du Noël copte à la ca­thé­drale Saint Marc à Abas­siya mer­cre­di soir.

La foule de fi­dèles et l'as­sis­tance à l'in­té­rieur de la ca­thé­drale ont vi­ve­ment ac­cla­mé le chef de l'Etat à son en­trée et du­rant tout son dis­cours.

Un dé­lé­gué pré­si­den­tiel, ain­si qu'un groupe d'hommes d'Etat et de per­son­na­li­tés pu­bliques étaient pré­sents. Le pape Ta­wa­dros a re­mer­cié le mi­nistre de l'In­té­rieur, le ma­jor gé­né­ral Mag­di Ab­del Ghaf­far, et les di­ri­geants de la po­lice, et le mi­nistre de la Jus­tice, le juge Ah­med El-Zend, le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry, le mi­nistre de la San­té, le Dr Ah­med Emad, la mi­nistre de l'Im­mi­gra­tion et des Af­faires des Égyp­tiens à l'étran­ger, Na­bi­la Ma­kram, et Kha­led Ab­de­la­ziz, mi­nistre de la Jeu­nesse et des Sports, et Kha­led Fah­mi, mi­nistre de l'En­vi­ron­ne­ment, et dr Sa­har Nasr, mi­nistre de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale.

Il a éga­le­ment sa­lué le gou­ver­neur du Caire, Ga­lal Al-Saïd, le vice-gou­ver­neur de Gui­zeh, Ma­nal Awad, le par­le­men­taire Dr. Sa­lah Has­sa­bal­lah, le dé­pu­té Mo­ha­med Abou Ha­med, le pro­cu­reur Taw­fiq Oka­sha, le dé­pu­té Emad Gad, et l'ex-mi­nistre de la Jeu­nesse et des Sports, Ta­her Abou Zeid, et le lieu­te­nant gé­né­ral Sa­mi An­nan, ex­chef d'état-ma­jor des Forces ar­mées. Il a éga­le­ment sa­lué la pré­sence d'un cer­tain nombre de di­ri­geants des forces ar­mées en tant que dé­lé­gués du gé­né­ral Sed­ki Sob­hi, le mi­nistre de la Dé­fense.

Etaient éga­le­ment pré­sents un cer­tain nombre d'am­bas­sa­deurs de pays eu­ro­péens, arabes et afri­cains, afin de par­ti­ci­per à la fête de Noël, no­tam­ment l'am­bas­sa­deur d'Ethio­pie au Caire Mah­moud De­reir, ain­si que l'am­bas­sa­deur de Suisse, et un cer­tain nombre de mi­nistres, y com­pris le mi­nistre du Tou­risme Hi­cham Zaa­zou, le mi­nistre de la Culture Hel­mi Al-Namnam, Al-Hi­la­li al-Cher­bi­ni, mi­nistre de l'Édu­ca­tion.

L'of­fice a été sui­vi par Amr Mous­sa, an­cien Se­cré­taire gé­né­ral de la Ligue des États arabes, le pré­di­ca­teur Maz­har Cha­hine, l'écri­vaine Fat­ma Naout, le conseiller Ah­med Ga­mal, pré­sident de la Cour de cas­sa­tion, et l'an­cien gou­ver­neur de Da­kah­lia Sa­lah El Maa­dawy.

Dans son mes­sage à cette oc­ca­sion, le pape Ta­wa­dros a rap­pe­lé que les cé­lé­bra­tions de Noël dans le monde en­tier le 25 dé­cembre se pro­longent par celles du Nou­vel An sui­vies de la fête de la Na­ti­vi­té se­lon le ca­len­drier orien­tal copte le 7 Jan­vier.

Il a in­di­qué que cette fête de Noël est un re­nou­vel­le­ment de la joie, un re­nou­vel­le­ment de la sa­tis­fac­tion de l’être hu­main.

Alors que se­lon le pape, plu­sieurs évè­ne­ments et plu­sieurs per­son­nages se re­joignent dans l’his­toire de la Na­ti­vi­té il a mis l’ac­cent sur deux conduites. L’at­ti­tude des mages, des sages ve­nus d’orient qui ont voya­gé de contrées loin­taines pour ar­ri­ver à Beth­léem et se pros­ter­ner de­vant le nou­veau-né. Ils lui of­frirent des pré­sents et ce­la fut la fin de cette ex­pé­di­tion ter­restre. Par contre, les ber­gers ont vu l’ange qui leur por­tait la bonne nou­velle. Ils se ren­dirent à la crèche et virent le pe­tit En­fant et sa mère, ce nour­ris­son qui se trou­vait dans une man­geoire. Ce­ci fut le dé­but de leur voyage, et de leur joie. Pour les mages ce fut l’ac­com­plis­se­ment tan­dis que pour les ber­gers ce fut le com­men­ce­ment. Ce­lui de la joie pro­vo­quée par le nom Em­ma­nuel, Dieu avec nous, ce­lui qui a été ci­té par la Bible. Dieu est ve­nu par­mi nous et nous nous sommes ré­jouis.

Pour ce­la, a dit, le pape, il a ex­pri­mé son dé­sir de contem­pler ces quelques mots: L’un des buts im­por­tants de la nais­sance du Ch­rist est le bon­heur des êtres hu­mains. Les dé­tails élé­men­taires de cette his­toire ap­portent la joie et le bon­heur. Dans la louange de Noël nous di­sons avec les anges: «Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime.» (Luc 2 : 14) Ce­ci si­gni­fie que notre Sei­gneur Jé­sus Ch­rist est ve­nu pour ré­jouir les coeurs. La ques­tion qui se pose main­te­nant est : Quels sont les com­po­sants de ce bon­heur ?

Ta­wa­dros a in­di­qué que le pre­mier élé­ment de cette joie de Noël nous est don­né par notre mère, la sainte Vierge Ma­rie. Elle nous ré­jouit par sa pu­re­té et sa droi­ture. Per­sonne ne peut don­ner du bon­heur aux autres sans être droit et pur. Le bon fruit ne peut pas être pro­duit par un arbre pourri. Au­cun peuple ne peut re­ce­voir l’al­lé­gresse que par des per­sonnes droites et pures.

Le se­cond élé­ment nous est don­né par les mages. Ceux-ci nous ont ré­jouis par leur vi­site et leurs pré­sents. Ils sont ve­nus pour of­frir des ca­deaux au Ch­rist et nous ont don­né du bon­heur. Il est donc pos­sible de faire plai­sir aux autres en étant cour­tois ou en leur ren­dant vi­site. Comme la Bible nous l’en­seigne: «Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleu­rez avec ceux qui pleurent.» (Ro­mains 12 : 15). Un ca­deau peut être ma­té­riel ou psy­cho­lo­gique. Même un mot gen­til ou un sou­rire peuvent re­pré­sen­ter le plus grand des ca­deaux. Ce­ci est à la por­tée de tous.

Le troi­sième com­po­sant nous est don­né par les ber­gers. Ils nous ont ré­jouis par leur veille et leur fi­dé­li­té. Ceux-ci sont des per­sonnes simples qui se trou­vaient dans le dé­sert pour paître leurs trou­peaux. Ils virent l’ange qui leur an­non­ça une grande joie. Im­mé­dia­te­ment ils se lèvent avec ar­deur et loyau­té. Cha­cun peut donc ré­jouir les autres en étant fi­dèle et sin­cère. Une vie de droi­ture donne tou­jours du bon­heur aux êtres hu­mains. Elle fait plai­sir aus­si à Dieu comme il est écrit: «Sois fi­dèle jus­qu’à la mort, et je te don­ne­rai la cou­ronne de la vie. » (Apocalypse 2 : 10).

Un qua­trième élé­ment de joie que nous donne l’his­toire de la na­ti­vi­té nous est ap­por­té par le vil­lage de Beth­léem. Sur une carte, il est un tout pe­tit mais il a don­né re­fuge à la Vierge Ma­rie pour qu’elle donne nais­sance au pe­tit en­fant, notre Sei­gneur Jé­sus Ch­rist. Il est donc pos­sible de ré­jouir son pro­chain en lui pro­di­guant le gîte et le cou­vert comme le dit la Bible: «j’étais un étran­ger, et vous m’avez ac­cueilli» (Mt 25 : 35). Cha­cun de­vrait don­ner l’hos­pi­ta­li­té aux né­ces­si­teux, aux mar­gi­naux, à ceux qui n’ont pas la chance de s’ex­pri­mer, aux en­fants sans do­mi­cile, aux han­di­ca­pés et à tous ceux qui, dans nos so­cié­tés, ont be­soin d’aide comme l’a fait Beth­léem lors­qu’elle ac­cueillit la sainte Vierge et le Ch­rist. C’est au­jourd’hui une ville dont tout le monde parle car elle a re­çu cet hon­neur.

Le cin­quième élé­ment concer­nant la joie et com­ment la pro­cu­rer aux autres nous a été don­né par les anges. Ceux-ci sont ap­pa­rus et ils ont chan­té cette belle louange: «Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime.» (Luc 2 : 14) Cette louange est de­ve­nue une de­vise, un ver­set que l’on aime ain­si que la voix des anges. Nous pou­vons donc ap­por­ter le bon­heur aux autres par la prière, la louange et l’ado­ra­tion dans la pu­re­té et dans la joie. L’his­toire de la Na­ti­vi­té et de l’In­car­na­tion de notre Sei­gneur Jé­sus Ch­rist pour le Sa­lut de l’hu­ma­ni­té est unique dans son genre.

Par Sa nais­sance, notre Ch­rist ré­pond à cette ques­tion : Com­ment ré­jouir les autres ? Cha­cun peut mé­di­ter les dé­tails de cet évè­ne­ment unique pour y trou­ver quelque chose qu’il peut mettre en pra­tique dans des exer­cices spi­ri­tuels afin d’ap­por­ter du bon­heur à son pro­chain.

En cette fête de la Na­ti­vi­té de notre Sei­gneur Jé­sus Ch­rist le pape Ta­wa­dros a fé­li­ci­té toutes les églises coptes or­tho­doxes à tra­vers le monde qui cé­lèbrent Noël : les évêques, les prêtres, les moines et les mo­niales. Il a en outre fé­li­ci­té tous les chré­tiens, les conseils des églises, les ser­vants et les ser­vantes, les jeunes, les en­fants et les fa­milles chré­tiennes. Il l'a fait aus­si au nom de l’Eglise copte or­tho­doxes, du Saint Sy­node et de toutes les ins­ti­tu­tions qui se trouvent en Egypte. Il a fé­li­ci­té aus­si tous ses en­fants bien-ai­més et leur a sou­hai­té une bonne et heu­reuse an­née. Il a si­gna­lé que la joie de la Na­ti­vi­té n'est pas celle d’un seul jour mais celle de toute l’an­née.

Le pape Ta­wa­dros II avait re­çu des dé­lé­ga­tions of­fi­cielles, par­le­men­taires, re­li­gieuses et di­plo­ma­tiques ve­nues le fé­li­ci­ter à l'oc­ca­sion de la fête de la Na­ti­vi­té.

Le pré­sident Ab­del Fat­tah al-Sis­si a trans­mis mar­di ses sa­lu­ta­tions et ses voeux aux Coptes égyp­tiens pour la fête de Noël, ex­pri­mant sa "confiance que les Egyp­tiens res­te­ront un peuple uni­fié édi­fi­ca­teur et construc­tif".

A cet égard, le pape Ta­wa­dros a re­çu le grand imam d'el-Az­har, cheikh Ah­med el-Tayeb. Le chef de l'Eglise copte a pro­fi­té de cette ren­contre pour of­frir au grand imam un pré­sent à l'oc­ca­sion de son an­ni­ver­saire le 6 jan­vier.

Le pape Ta­wa­dros a éga­le­ment re­çu le pa­triarche copte ca­tho­lique, l'An­ba Ibra­him Ishak et la dé­lé­ga­tion de l'Eglise ca­tho­lique l'ac­com­pa­gnant.

Le Pre­mier mi­nistre, l'in­gé­nieur Ché­rif Is­maïl, s'est ren­du de même à la ca­thé­drale Saint Marc pour fé­li­ci­ter SS Ta­wa­dros II.

Le nonce apos­to­lique en Egypte, Mgr Bru­no Mu­sa­ro, a éga­le­ment été re­çu par le chef de l'Eglise copte. Mgr Ma­su­ro a te­nu à fé­li­ci­ter le pape Ta­wa­dros à l'oc­ca­sion de la fête de la Na­ti­vi­té et lui a trans­mis les fé­li­ci­ta­tions du pape Fran­çois 1er.

SS Ta­wa­dros a en outre re­çu le mi­nistre de la Dé­fense, Sed­ki Sob­hi, et les membres du Con­seil mi­li­taire, ain­si que le mi­nistre de l'In­té­rieur, Mag­di Ab­del Ghaf­far, et les membres du Con­seil su­pé­rieur de la Po­lice.

Le chef de l'Eglise copte a éga­le­ment re­çu le pa­triarche grec ca­tho­lique mel­kite d'An­tioche et de tout l'Orient Gré­goire III La­ham.

Les Forces de sé­cu­ri­té égyp­tiennes ont été en état d'alerte pour sé­cu­ri­ser les églises dans tout le pays lors de la cé­lé­bra­tion du Noël copte mer­cre­di soir.

En­vi­ron 360 églises à tra­vers l'Égypte ont été ins­pec­tées mer­cre­di ma­tin en pré­vi­sion d'en­gins ex­plo­sifs. Des ex­perts en ex­plo­sifs de la Di­rec­tion de la sé­cu­ri­té du Caire ont lan­cé la cam­pagne d'ins­pec­tion en col­la­bo­ra­tion avec les agents de cir­cu­la­tion pour ins­pec­ter les voi­tures et pour em­pê­cher la pré­sence de voi­tures à proxi­mi­té des églises, au mi­lieu des cam­pagnes de pei­gnage conti­nues pen­dant les cé­lé­bra­tions.

En outre, les ex­perts en ex­plo­sifs ont ef­fec­tué des ins­pec­tions dans le voi­si­nage des am­bas­sades, des consu­lats et des ins­ti­tu­tions pu­bliques.

Les Forces spé­ciales ont par­ti­ci­pé à la sé­cu­ri­sa­tion des églises qui ont été ins­pec­tées par les aides du mi­nistre de l'In­té­rieur.

Le pape Ta­wa­dros cé­lé­brant la messe

Le pré­sident al-Sis­si lors de son dis­cours

Al-Sis­si ser­rant la main du Pape Ta­wa­dros II avant de quit­ter l'église

SS Ta­wa­dros re­ce­vant la mi­nistre de

l'Im­mi­gra­tion et des Af­faires des Égyp­tiens à l'étran­ger, Na­bi­la Ma­kram

SS Ta­wa­dros re­ce­vant le pa­triarche grec ca­tho­lique Gré­goire III La­ham

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.