Crise entre Israël et les États-Unis

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية - Ab­del Mas­sih Fel­li

Le Pre­mier mi­nistre is­raé­lien, Ben­ja­min Ne­ta­nya­hu, a an­nu­lé une ren­contre pré­vue mar­di avec Ba­rack Oba­ma. Ce der­nier s'est dit sur­pris. Ne­ta­nya­hu se jus­ti­fie. Le Pre­mier mi­nistre is­raé­lien, dont les re­la­tions sont ten­dues avec Ba­rack Oba­ma, a ex­pli­qué avoir an­nu­lé une ren­contre pré­vue avec le pré­sident amé­ri­cain pour ne pas in­ter­fé­rer dans la cam­pagne élec­to­rale aux États-Unis.

Dans un com­mu­ni­qué, les ser­vices du Pre­mier mi­nistre is­raé­lien ex­pliquent que ce­lui-ci a dé­ci­dé de ne pas se rendre à Wa­shing­ton « alors que la cam­pagne des pri­maires bat son plein aux États-Unis ».

Le vice-pré­sident amé­ri­cain Joe Bi­den a pour sa part vi­si­té mer­cre­di Jé­ru­sa­lem. Il a ren­con­tré Ne­ta­nya­hu et s’est ren­du en Cis­jor­da­nie pour un en­tre­tien avec le pré­sident de l'Au­to­ri­té pa­les­ti­nienne, Mah­moud Ab­bas. Joe Bi­den en­ta­mait sa vi­site à TelA­viv par une vi­site à Shi­mon Peres, alors qu'à quelques cen­taines de mètres, un ter­ro­riste était en train de poi­gnar­der dix pas­sants, dont l'un a été tué. Dans ce contexte, le vice-pré­sident des États-Unis vient sur­tout pour dis­cu­ter avec les di­ri­geants is­raé­liens de la pour­suite de l'aide amé­ri­caine, qu'Israël veut re­dé­fi­nir après l'ac­cord in­ter­na­tio­nal conclu avec l'Iran.

Sur le plan di­plo­ma­tique en re­vanche, il y a peu à at­tendre. En jan­vier, Ba­rack Oba­ma avait in­di­qué qu'il n'y au­rait pas de rè­gle­ment du conflit is­raé­lo-pa­les­ti­nien avant la fin de son man­dat. L'in­for­ma­tion pu­bliée par le Wall Street Jour­nal sur un nou­veau plan de paix éla­bo­ré par l'ad­mi­nis­tra­tion amé­ri­caine et qui in­clu­rait pour la pre­mière fois une ré­so­lu­tion du Con­seil de Sé­cu­ri­té. Israël n'a pas fait de com­men­taire.

De­puis oc­tobre, les agres­sions et les vio­lences en Israël, en Cis­jor­da­nie et près de la fron­tière avec la bande de Ga­za ont fait 174 morts par­mi les Pa­les­ti­niens, dont 116 pré­sen­tés comme des as­saillants. Sur la même pé­riode, 28 Is­raé­liens et un étu­diant amé­ri­cain ont été tués.

Par ailleurs, le Su­per Tues­day a confor­té Clin­ton et Trump comme grands fa­vo­ris à l'in­ves­ti­ture, mais rien n'est en­core ir­ré­ver­sible. Le fonc­tion­ne­ment des élec­tions amé­ri­caines est com­plexe, le pro­ces­sus très long. Mais qui se­ra donc le pro­chain pré­sident des Etats-Unis ? Ce qui est sûr avant les élec­tions amé­ri­caines de no­vembre 2016, c'est que la com­pé­ti­tion à l'in­ves­ti­ture se dur­cit. Des mil­lions de ci­toyens se sont pro­non­cés mar­di der­nier lors du Su­per Tues­day, dans 13 Etats, pour dé­si­gner qui se­ra le re­pré­sen­tant de chaque camp à la pré­si­den­tielle 2016.

A ce stade des pri­maires amé­ri­caines, 49 % des élec­teurs ré­pu­bli­cains sou­hai­te­raient que Do­nald Trump soit le pro­chain chef de l'Etat (contre 16 % pour Mar­co Ru­bio, 15 % pour Ted Cruz) ; 55 % des élec­teurs dé­mo­crates sou­hai­te­raient que le pays soit gou­ver­né par Hilla­ry Clin­ton (contre 38 % pour Ber­nie San­ders), se­lon le tout ré­cent son­dage de CNN.L'an­cienne se­cré­taire d'Etat de Ba­rack Oba­ma, Ce­pen­dant, le pro­ces­sus n'en est qu'à ses bal­bu­tie­ments : les pri­maires ne s'achè­ve­ront qu'à l'été 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.