La 38e édi­tion du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film du Caire

A la cé­ré­mo­nie d'ou­ver­ture de la 38e édi­tion du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film du Caire (FIFC), Mag­da Was­sef, la pré­si­dente du fes­ti­val, avec des re­pré­sen­tants des pro­grammes pa­ral­lèles qui longent la com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale du FIFC et la 4ème connexio

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Au cours de neuf jours, le fes­ti­val pro­jette 204 films en trois por­tails de ci­né­ma au­tour du Caire.

Du 15 au 24 No­vembre, le fes­ti­val ac­cueille plus de 100 re­pré­sen­tants du ci­né­ma (réa­li­sa­teurs, pro­duc­teurs, ac­teurs, ac­trices) du monde en­tier pour pré­sen­ter et dis­cu­ter leurs films avec le pu­blic égyp­tien. Soixante par­ti­cipent à la sé­lec­tion of­fi­cielle (Com­pé­ti­tion In­ter­na­tio­nale, Fes­ti­val des fes­ti­vals, Pa­no­ra­ma In­ter­na­tio­nal) tan­dis que d'autres par­ti­cipent aux pro­grammes pa­ral­lèles (Pers­pec­tives du ci­né­ma arabe, Se­maine de la Cri­tique, Ci­né­ma de de­main).

Le Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film du Caire a connu quelques an­nées tu­mul­tueuses. De­puis 2011, il a été an­nu­lé deux fois en rai­son de la si­tua­tion de sé­cu­ri­té et les pro­jec­tions ont été confi­nées à l'Opé­ra du Caire. Mais cette an­née, il retourne au centre-ville, avec deux des ci­né­mas du Caire ré­cem­ment ré­no­vés.

Les or­ga­ni­sa­teurs disent qu'ils se sont re­cen­trés sur les films ré­gio­naux et bien que le ca­len­drier com­plet est en­core à être li­bé­ré, une par­tie du pro­gramme peut main­te­nant être vu sur le site Web et l'ap­pli­ca­tion Smart­phone, un dé­ve­lop­pe­ment ma­jeur pour un fes­ti­val en Egypte, quand il a été dif­fi­cile d'ob­te­nir toute in­for­ma­tion préa­lable.

Le très at­ten­du "Yom Lel Se­tat" ( Un jour pour les femmes)de Kam­la Abo Ze­kry a été choi­si comme film d'ou­ver­ture et a par­ti­ci­pé à la com­pé­ti­tion of­fi­cielle avec 16 films pour le prix de la py­ra­mide d'or.

Le film se rap­porte à une pis­cine qui s'ouvre dans une ban­lieue du Caire dans les an­nées 1950. Quand il est an­non­cé que les di­manches sont ré­ser­vés seule­ment pour les femmes, les hommes sont prompts à ex­pri­mer l'in­di­gna­tion. Ce­la conduit à des ten­sions dans la com­mu­nau­té, mais les femmes sont éga­le­ment dé­si­reuses de sai­sir leur in­dé­pen­dance. Yom Lel Se­tat est en concur­rence avec "Voir du Pays" qui suit deux jeunes femmes sol­dates qui prennent leurs va­cances à Chypre après avoir ter­mi­né leur ser­vice en Afghanistan; et le Ma­ro­cain Mimosas, un film in­tri­gant qui suit un cheikh âgé et en phase ter­mi­nale qui veut être en­ter­ré avec ses proches dans les mon­tagnes de l'At­las. Quand ses com­pa­gnons de voyage re­fusent de voya­ger plus pro­fon­dé­ment dans les mon­tagnes parce qu'ils ont peur des es­prits, le vrai voyage com­mence.

Un autre film in­té­res­sant en com­pé­ti­tion pour le prix est de l'Egypte. "El Bar El Ta­ny" (l'autre rive) d'Ali Idris nous pré­sente un ta­bleau de sombre réa­li­té alors que nous sui­vons un groupe de jeunes égyp­tiens de vil­lages ru­raux pauvres qui bravent la mer pour cher­cher une vie meilleure. Ils voient les lu­mières de l'Ita­lie de leur ba­teau mais le vé­ri­table cau­che­mar est sur le point de com­men­cer.

La Chine a été choi­sie comme in­vi­tée d'hon­neur, ce qui si­gni­fie que les au­diences se­ront trai­tées à un as­sor­ti­ment de films du ci­né­ma chi­nois contem­po­rain.

Le dé­fi­lé à l'ex­té­rieur du concours de la py­ra­mide d'or est di­ri­gé par Brillante Men­do­za, "Ma 'Ro­sa" qui est l'en­trée of­fi­cielle des Phi­lip­pines pour l'Os­car du meilleur film en langue étrangère de cette an­née et ra­conte l'his­toire d'un couple qui est obli­gé de com­men­cer à vendre des drogues pour nour­rir sa fa­mille. Lorsque les deux sont ar­rê­tés, le couple et les en­fants sont for­cés de faire des choix déses­pé­rés.

"To­ni Edr­mann" est une co­mé­die noire sur la re­la­tion com­plexe entre un père et une fille, tan­dis que "Nas­ser's Re­pu­blic: The Ma­king of Mo­dern Egypt", di­ri­gé par Mi­chael Gold­man, fait ses dé­buts au FIFC au Caire. Il s'agit d'un do­cu­men­taire amé­ri­cain ré­vé­lant des images rares du pré­sident égyp­tien et du lea­der pan­arabe Ga­mal Ab­del Nas­ser. Le thème du fes­ti­val est "le ci­né­ma pour les masses". Une par­tie im­por­tante du fes­ti­val est les "Pers­pec­tives du ci­né­ma arabe" (PCA) qui vise à pré­sen­ter des films arabes pro­met­teurs au-de­là de la sé­lec­tion of­fi­cielle.

PCA a d'abord été pré­sen­té par Sa­mir Fa­rid, cri­tique de ci­né­ma de re­nom et an­cien pré­sident du FICC. Le livre de Fa­rid, Arab Spring Ci­ne­ma, est lan­cé en marge de la com­pé­ti­tion.

La Cai­ro Film Con­nec­tion (CFC) est une qua­trième pla­te­forme pour les jeunes cinéastes qui ren­contrent des pro­fes­sion­nels de l'in­dus­trie qui peuvent ai­der à pous­ser leurs pro­jets à la ligne d'ar­ri­vée.

Amir Ram­sès, un réa­li­sa­teur égyp­tien et membre du ju­ry de la CFC, a dé­cla­ré que sur les 47 en­trées, 14 ont été sé­lec­tion­nés pour prendre la par­tie au fo­rum. Ici, ils peuvent ga­gner de l'ar­gent et une chance d'as­sis­ter à un ate­lier de pro­duc­teurs au Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film à Rot­ter­dam. Ram­sès a dit que le sé­rieux du pro­jet et sa per­ti­nence pour le ci­né­ma arabe sont les deux consi­dé­ra­tions prin­ci­pales pour le ju­ry pour le CFC. "Comme toute concur­rence, nous al­lons éga­le­ment ju­ger en fonc­tion de la va­leur ar­tis­tique du pro­jet", a-t-il ajou­té.

Que les ga­gnants re­çoivent un chèque de paie ou un billet d'avion à Rot­ter­dam, La CFC est une ini­tia­tive digne et bien­ve­nue, une mer rare d'op­por­tu­ni­tés pour les jeunes ta­lents.

Par­mi les membres du ju­ry qui ont été an­non­cés ré­cem­ment par l'ad­mi­nis­tra­tion du fes­ti­val fi­gurent l'ac­trice jor- da­nienne Sa­ba Mou­ba­rak et l'ac­trice égyp­tienne Ar­wa Gou­da en rai­son de leur ex­per­tise dans le do­maine. Le ju­ry in­ter­na­tio­nal est pré­si­dé par le réa­li­sa­teur al­le­mand Christian Pet­zold dont les films ont re­pré­sen­té l'Al­le­magne dans les fes­ti­vals in­ter­na­tio­naux à tra­vers le monde au cours des der­nières an­nées.

Le cri­tique Yous­sef Ché­rif Riz­kal­lah, le di­rec­teur ar­tis­tique du fes­ti­val, a ex­pli­qué les deux prin­ci­paux cri­tères de sé­lec­tion pour les films cette an­née. Le pre­mier est la dé­cou­verte de nou­veaux films qui sont pré­sen­tés dans la com­pé­ti­tion re­con­nue par la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale des as­so­cia­tions de pro­duc­teurs de films in­ter­na­tio­naux. Le se­cond est de pré­sen­ter des films in­ter­na­tio­naux les plus im­por­tants pour les spec­ta­teurs de films égyp­tiens qui ne trouvent pas facilement leur che­min vers les écrans de ci­né­ma égyp­tien.

En outre, "Juste la fin du monde", qui a rem­por­té le Grand Prix du Ju­ry à Cannes, doit éga­le­ment être pro­je­té. Le film ra­conte l'his­toire d'un écri­vain qui retourne dans sa ville na­tale pour an­non­cer sa mort pro­chaine à sa fa­mille. Un cer­tain nombre de films comme "The Land of the En­ligh­te­ned" par Pie­ter-Jan De Pue, "Le Maître" par Jan Hre­bejk, "Ma 'Ro­sa" par le cé­lèbre réa­li­sa­teur phi­lip­pin Brillante Men­do­za, ain­si que "Où en­va­hir en­suite?", par le réa­li­sa­teur de do­cu­men­taire amé­ri­cain de pre­mier plan Mi­chael Moore prennent les spec­ta­teurs dans un voyage à tra­vers le monde.

De l'autre côté, un grand nombre de do­cu­men­taires égyp­tiens par­ti­cipent éga­le­ment au fes­ti­val, y com­pris le film de Wa­hid Sob­hi "Nous sommes Ar­mé­niens égyp­tiens", qui do­cu­mente l'his­toire de la com­mu­nau­té ar­mé­nienne en Egypte, et leur con­tri­bu­tion à l'éco­no­mie et à la culture de l'Egypte. Un autre do­cu­men­taire égyp­tien est une note dans l'his­toire du Bal­let réa­li­sé par Hi­cham Ab­del Kha­lek, qui suit l'his­toire de la pre­mière gé­né­ra­tion de dan­seurs de bal­let égyp­tien, en par­ti­cu­lier les cinq pre­mières filles qui dan­saient dans le cé­lèbre russe Bol­choï. Le do­cu­men­taire es­pa­gnol "The Last Sum­mer" par le réa­li­sa­teur Leire Apel­la­niz se­ra éga­le­ment pro­je­té, ren­dant compte des évo­lu­tions ré­centes dans le do­maine du ci­né­ma clas­sique.

Le fes­ti­val ac­cueille éga­le­ment huit films no­mi­nés aux Os­cars, comme "Kills on Wheels" par At­ti­la Till de Hon­grie et de Mar­ko Skop "Eva Nou­velle Eu­rope de l'Est", ain­si que le film égyp­tien "Esh­te­baak" (Clash) par Mo­ha­med Diab, qui a été choi­si pour re­pré­sen­ter l'Egypte à la cé­ré­mo­nie des Os­cars.

Cette an­née, le Prix Fa­ten Ha­ma­ma ira au dé­funt réa­li­sa­teur Mo­ha­med Khan, l'ac­teur égyp­tien de pre­mier plan Yé­hia El-Fa­kha­ra­ny, le pro­duc­teur pa­les­ti­nien Hus­sein El Qa­la, ain­si que le réa­li­sa­teur Cheick Ou­mar Sis­so­ko du Ma­li.

Les stars du fes­ti­val à la tri­bune

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.