Fran­çois Hol­lande en Irak, près de la ba­taille contre Daech

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Le chef de l'Etat en­tend ré­af­fir­mer l'en­ga­ge­ment de la France contre le ter­ro­risme is­la­miste.

Quatre ans après sa vi­site au Ma­li tout juste li­bé­ré des ji­ha­distes, le pré­sident fran­çais Fran­çois Hol­lande a ef­fec­tué au dé­but de cette se­maine une vi­site en Irak, en pleine of­fen­sive contre le groupe Etat is­la­mique, qui dé­fie le monde à coups d'at­ten­tats meur­triers. Il a in­sis­té sur la né­ces­si­té de lut­ter en Irak contre Daech pour "pré­ve­nir des actes ter­ro­ristes" en France en 2017, "an­née de vic­toire contre le ter­ro­risme", se­lon lui.

Fran­çois Hol­lande reste à ce jour le seul di­ri­geant ma­jeur de la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale an­ti-EI, di­ri­gée par les Etats-Unis, à s'être ren­du en Irak de­puis le lan­ce­ment de cette coa­li­tion il y a deux ans et de­mi.

Ac­com­pa­gné du mi­nistre de la Dé­fense Jean-Yves Le Drian, il a ren­con­tré, d'abord, les sol­dats fran­çais for­mant les forces spé­ciales d'élite du contre-ter­ro­risme. Dans l'après-mi­di, il s'est ren­du à Er­bil au Kur­dis­tan ira­kien, où sont sta­tion­nées les forces spé­ciales fran­çaises qui conseillent les pesh­mer­gas kurdes en­ga­gés dans la ba­taille pour la re­prise de Mos­soul à l'EI.

Le pré­sident, qui a en­ga­gé les ar­mées fran­çaises dans la lutte an­ti­ter­ro­riste de­puis 2012, pour­suit avec cette vi­site un quin­quen­nat in­édit de "chef de guerre" au plus près des opé­ra­tions.

A Bag­dad, il s'est ren­du sous haute sé­cu­ri­té dans la zone verte pour s'en­tre­te­nir avec les trois com­po­santes du pou­voir ira­kien: le pré­sident kurde de la Ré­pu­blique Fouad Mas­soum, le Pre­mier mi­nistre chiite Hai­der al-Aba­di et le pré­sident sun­nite du Par­le­ment Sa­lim Al-Jou­bou­ri.

Il a in­sis­té sur l'im­por­tance de pour­suivre les ef­forts pour as­su­rer une sé­cu­ri­té du­rable du pays après la dé­faite de Daech, et la co­exis­tence des com­mu­nau­tés dans un Irak uni et sou­ve­rain.

La ba­taille que livrent les forces ira­kiennes et la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale pour re­prendre Mos­soul à l'EI pour­rait s'ache­ver "avant l'été", a dé­cla­ré Fran­çois Hol­lande lors de sa vi­site.

"Nous n'en avons pas fi­ni (des ji­ha­distes), il y a Mos­soul. Il nous a été confir­mé que nous pour­rions at­teindre cet ob­jec­tif, au­tant qu'il se­ra pos­sible, au prin­temps, en tout cas avant l'été", a dé­cla­ré le chef de l'Etat fran­çais de­puis le Kur­dis­tan ira­kien, der­nière étape de son dé­pla­ce­ment consa­cré prin­ci­pa­le­ment à la lutte contre l'EI qui oc­cupe Mos­soul de­puis juin 2014.

A Mos­soul, l'EI ré­siste à coups de bombes, voi­tures pié­gées et autres opé­ra­tions ka­mi­kazes à l'as­saut lan­cé par des di­zaines de mil­liers de sol­dats, po­li­ciers et mi­li­ciens ira­kiens.

De­puis son en­ga­ge­ment dans la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale en sep­tembre 2014, la France a réa­li­sé plus de 5700 sor­ties aé­riennes, 1000 frappes et dé­truit plus de 1700 ob­jec­tifs en Irak ou en Sy­rie.

Outre les 14 avions de chasse Ra­fale ba­sés en Jor­da­nie et aux Emi­rats arabes unis, en­vi­ron 500 sol­dats fran­çais as­surent des mis­sions de conseil, de for­ma­tion et d'ap­pui d'ar­tille­rie en Irak aux forces en­ga­gées dans la ba­taille de Mos­soul. Ils ne par­ti­cipent tou­te­fois pas di­rec­te­ment aux com­bats.

De­puis son élec­tion, en mai 2012, Fran­çois Hol­lande a en­chaî­né les in­ter­ven­tions mi­li­taires à un rythme plus ef­fré­né qu'au­cun autre pré­sident fran­çais: au Ma­li en 2013, en Cen­tra­frique la même an­née, puis en Irak en sep­tembre 2014 et en Sy­rie en sep­tembre 2015.

Fran­çois Hol­lande don­nant une confé­rence de presse com­mune avec le Pre­mier mi­nistre ira­kien Hai­der al-Aba­di à Bag­dad

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.