l'icône de Saint ANTOINE de PA­DOUE

L'Église ca­tho­lique a cé­lé­bré le 13 juin la fête de saint Antoine de Pa­doue, ce saint fran­cis­cain qui est l'ob­jet d'une immense dé­vo­tion dans le monde en­tier. Mgr Adel Za­ki, évêque la­tin en Egypte a pré­si­dé la Di­vine Li­tur­gie de la fête de Saint-Antoine d

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Saint Antoine est re­pré­sen­té avec l’ha­bit des frères de Saint Fran­çois, en train de prê­cher aux poissons, c'est à dire aux chré­tiens me­na­cés par les hé­ré­sies de l’époque. A sa droite un par­terre de lys rap­pelle la pu­re­té de son coeur et sa vé­né­ra­tion de la vierge Ma­rie.

Il porte sur son coeur, non l’en­fant Jé­sus des sta­tues sul­pi­ciennes de nos églises, mais le livre de la Pa­role de Dieu qui est Amour, le Verbe fi­gu­ré par le «Ch­risme» d’or re­pré­sen­tant le Ch­rist Jé­sus. Ce signe est consti­tué par un cercle dans le­quel s’ins­crivent sur une ver­ti­cale la première et la dernière lettre de Kris­tos, le P et le S grec, et entre une croix de Saint An­dré, l'al­pha et l’omé­ga de l’Evan­gile. C’est le centre de l’icône et le fon­de­ment de la pré­di­ca­tion de Saint Antoine et de sa spi­ri­tua­li­té ré­pan­due dans les nom­breuses écoles fran­cis­caines qu’il a créées et dans les «Ser­mons pour les fêtes des dimanches et des saints» qu’il a ré­di­gés à la fin de sa vie. Ce livre rap­pelle aus­si l’anec­dote du psau­tier per­du et re­trou­vé qui est à l’ori­gine de la ré­pu­ta­tion du saint d’ai­der à re­trou­ver les ob­jets per­dus.

Sa fré­quen­ta­tion pri­vi­lé­giée de Jé­sus en­fant nous ren­voie à la né­ces­saire voie de l’en­fance spi­ri­tuelle chère aus­si à la pe­tite Thé­rèse de l’En­fant Jé­sus avec la­quelle Saint Antoine a beau­coup de points com­muns : son dé­sir d'être mis­sion­naire, son humilité, son en­sei­gne­ment qui lui a va­lu d'être nom­mé doc­teur de l'Eglise comme Thé­rèse, et... son nom de fa­mille : Martin !)

Le feuillage d’arbre qui l’en­toure rap­pelle le noyer dans le­quel, comme un en­fant, il s’était fait construire une ca­bane près de Pa­doue pour se re­ti­rer du monde à la fin de sa brève vie. Les noix, fruits en forme de cer­veau peuvent sym­bo­li­ser les in­tel­li­gences qu’il a dé­ve­lop­pées par son en­sei­gne­ment et sa pré­di­ca­tion, in­tel­li­gence du vé­ri­table mes­sage des écri­tures.

Antoine est comme un arbre ayant ses ra­cines dans la terre du quo­ti­dien et sa tête au ciel, arbre sym­bo­li­sant la vie spi­ri­tuelle fé­conde, ar­ro­sée par la Pa­role de Dieu. En digne fils de Saint Fran­çois, il est en com­mu­nion avec la na­ture, les arbres, les fleurs, les poissons, ré­pan­dant à ses frères, en toute humilité, le mes­sage d’amour de Jé­sus.

Que Saint Antoine nous aide à trou­ver la perle pré­cieuse qui vaut de vendre tout le reste pour l’ac­qué­rir, à dé­cou­vrir le trésor de la Pa­role de Dieu et à faire connaître son mes­sage d’amour aux autres.

Icône réa­li­sée et pré­sen­tée par l'ico­no­graphe Alain Che­nal

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.