Sou­tien ap­puyé de la France à l’Égypte

Le pré­sident Ab­del- Fat­tah al- Sis­si a ef­fec­tué une vi­site en France du 23 au 26 oc­tobre, où une ren­contre a été te­nue avec son ho­mo­logue fran­çais, Em­ma­nuel Ma­cron.

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

La ren­contre entre les deux chefs d’Etat s'est te­nue mar­di der­nier à l’Ely­sée. Au dé­jeu­ner de tra­vail, la pre­mière ren­contre du genre entre les deux chefs d’Etat a per­mis d’évo­quer les su­jets d’in­té­rêts com­muns, comme les crises ré­gio­nales et la lutte contre le ter­ro­risme.

Les dos­siers bi­la­té­raux, no­tam­ment les moyens de ren­for­cer les re­la­tions entre l’Egypte et la France sur le plan de la co­opé­ra­tion cultu­relle et édu­ca­tive, ont éga­le­ment été évo­qués.

Le pré­sident Ab­del-Fat­tah Al-Sis­si et son ho­mo­logue fran­çais ont as­sis­té mar­di à la si­gna­ture d'un cer­tain nombre d'ac­cords de co­opé­ra­tion et de mé­mo­ran­dums d'ac­cord entre l'Egypte et la France.

A cet égard, une sé­rie d'ac­cords bi­la­té­raux ont été si­gnés pour le fi­nan­ce­ment de centres de soins, de l'ex­ten­sion de la sta­tion d'épu­ra­tion d'Alexan­drie et la construc­tion de cen­trales so­laires en Égypte.

Le pré­sident fran­çais Em­ma­nuel Ma­cron a dé­cla­ré que son pays va co­opé­rer avec l'Egypte dans la lutte contre le ter­ro­risme et la confron­ta­tion avec toutes les or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes.

Il a en outre af­fir­mé que la France es­sayait tou­jours d'as­su­rer la pré­ser­va­tion des droits de l'Homme et la pré­ser­va­tion de la so­cié­té ci­vile égyp­tienne.

Il a sou­li­gné que l'Egypte et la France souffrent du ter­ro­risme, louant le rôle de l'Egypte dans la lutte contre le ter­ro­risme et l'im­po­si­tion de la sé­cu­ri­té.

L'Egypte est confron­tée à de graves dé­fis, en par­ti­cu­lier les dé­fis de la sé­cu­ri­té, a dé­cla­ré le pré­sident fran­çais, as­su­rant: "Je suis sûr que le pré­sident al-Sis­si réa­li­se­ra la sé­cu­ri­té et la sta­bi­li­té sur le che­min de la di­plo­ma­tie".

M. Ma­cron a par ailleurs ré­ité­ré son prin­cipe de non-in­gé­rence dans les af­faires in­té­rieures des pays, de la même fa­çon qu'il n'ac­cepte qu'au­cun autre di­ri­geant lui donne des le­çons sur la ma­nière de gou­ver­ner son pays.

"Il s’agit de ne pas don­ner des le­çons hors de tout contexte" et "je suis conscient du contexte sé­cu­ri­taire" au­quel fait face le pré­sident égyp­tien, qui "a un dé­fi, la sta­bi­li­té de son pays" et "la lutte contre le fon­da­men­ta­lisme re­li­gieux", a no­té le pré­sident fran­çais de­vant la presse.

Le pré­sident fran­çais a sou­li­gné la dé­ter­mi­na­tion de son pays à sou­te­nir l'Egypte sur la voie du dé­ve­lop­pe­ment afin de par­ve­nir à la sta­bi­li­té.

Le chef de l'Etat égyp­tien a de sa part com­men­té les cri­tiques adres­sées à l'Égypte par cer­taines or­ga­ni­sa­tions oc­ci­den­tales de dé­fense des droits hu­mains. Le pré­sident a dit: "où sont les droits de l'Homme des mar­tyrs, de leurs fa­milles, des en­fants, des veuves et des mères qui ont per­du leurs fils dans les in­ci­dents ter­ro­ristes au cours des trois der­nières an­nées?"

Le pré­sident al-Sis­si a as­su­ré que ceux qui sont ar­rê­tés sont sou­mis à des procès équi­tables de­vant la jus­tice égyp­tienne, sou­li­gnant qu'il n'y a pas de pri­son­niers po­li­tiques en Egypte, l'Egypte a des pro­cé­dures lé­gales qui prennent en compte toutes les pro­cé­dures de­vant le pou­voir ju­di­ciaire.

Al-Sis­si a no­té que les or­ga­ni­sa­tions des droits de l'Homme doivent se rap­pro­cher de la na­ture des choses en Egypte. "Il y a des in­for­ma­tions fausses et sans fon­de­ment pu­bliées sur la si­tua­tion en Egypte, et il y a une cam­pagne sys­té­ma­tique di­ri­gée par les Frères mu­sul­mans contre l'Egypte", a ré­vé­lé al-Sis­si.

Le pré­sident Ab­del-Fat­tah Al-Sis­si a dé­cla­ré que cette an­née coïn­cide avec le 150e an­ni­ver­saire de l'ou­ver­ture du ca­nal de Suez.

Il a ajou­té que le dé­ve­lop­pe­ment de l'axe du ca­nal est une prio­ri­té pour le gou­ver­ne­ment égyp­tien après avoir dou­blé le conduit d'eau en 2015.

Le pré­sident Al Sis­si a in­di­qué que le gou­ver­ne­ment égyp­tien en­vi­sage de trans­for­mer l'axe du ca­nal pour de­ve­nir la plus grande zone de ser­vices lo­gis­tiques au Moyen-Orient.

Avant sa ren­contre à Pa­ris avec Em­ma­nuel Ma­cron, le pré­sident égyp­tien a ac­cor­dé un en­tre­tien au Fi­ga­ro. Il a dé­cla­ré qu'il ne faut ja­mais sou­ses­ti­mer la force de la vo­lon­té des peuples. Chaque pays a ses par­ti­cu­la­ri­tés et ses spé­ci­fi­ci­tés. La si­tua­tion de l'Égypte est unique. Le peuple égyp­tien est prêt à tous les sa­cri­fices pour pro­té­ger la pa­trie et pré­ser­ver son iden­ti­té mil­lé­naire. Pour em­pê­cher l'État d'être noyau­té par cette or­gan- isa­tion ter­ro­riste que sont les Frères mu­sul­mans, plus de 30 mil­lions d'Égyp­tiens sont des­cen­dus dans la rue en ce dé­but d'été 2013, ré­cla­mant la démission de Mor­si. L'Égypte dis­pose d'ins­ti­tu­tions an­ciennes et fortes, struc­tu­rées et au­to­nomes dans leur fonc­tion­ne­ment. L'État est so­lide, il est ca­pable de tra­ver­ser des ré­vo­lu­tions qui sont l'ex­pres­sion de la vo­lon­té du peuple sou­ve­rain. L'ar­mée na­tio­nale a pour seul ob­jec­tif de dé­fendre le peuple et le pays, au-de­là de toutes consi­dé­ra­tions par­ti­sanes.

Le pré­sident Ab­del-Fat­tah Al-Sis­si a en outre ac­cor­dé une in­ter­view à la chaîne "France 24" lun­di.

Le pré­sident al-Sis­si a in­sis­té sur le fait que ceux qui cherchent la dé­sta­bi­li­sa­tion dans le nord du Si­naï sont un groupe de ter­ro­ristes, pas des mi­li­tants ou des com­bat­tants re­belles, comme cer­tains les ap­pellent.

Le pré­sident a ajou­té: "Le ter­ro­risme ne me­nace pas et frappe seule­ment l'Egypte, mais il me­nace tous les pays du monde et l'Eu­rope. Pen­dant des an­nées, nous ap­pe­lons à nous unir pour faire face au vrai dé­fi de l'hu­ma­ni­té et de la sta­bi­li­té".

"Nous ap­pré­cions le suc­cès de la lutte contre le ter­ro­risme en Sy­rie et en Irak, mais ce­la condui­ra au trans­fert de cer­tains élé­ments du front sy­rien et irakien vers la Li­bye, l'Egypte, le Si­naï et l'Afrique de l'Ouest. Nous de­vons donc nous unir pour évi­ter de fi­nan­cer ces élé­ments." a aver­ti al-Sis­si.

Le pré­sident al-Sis­si a com­men­té l'in­ci­dent des Oa­sis, di­sant que "l'in­ci­dent est tou­jours sous en­quête, qu'il y a des pays qui fi­nancent le ter­ro­risme avec de l'ar­gent et des armes, en­traînent des com­bat­tants, et leur ap­portent un sou­tien mé­dia­tique et politique".

Le Caire sou­tient toutes les me­sures vi­sant la sta­bi­li­té et la sé­cu­ri­té des pays du Golfe, a as­su­ré M. al-Sis­si, sou­li­gnant que les re­la­tions de l'Egypte avec l'Iran ont été rom­pues pen­dant plus de 40 ans.

Il a ajou­té que les de­mandes des pays boy­cot­tant le Qa­tar vi­saient à main­te­nir la sé­cu­ri­té et la sta­bi­li­té de ces pays, ce qui montre le rôle de l'Iran dans la dé­sta­bi­li­sa­tion de ces pays.

La vi­site d'al-Sis­si en France était la troi­sième de­puis qu'il a as­su­mé ses fonc­tions en 2014.

Ma­cron et al-Sis­si don­nant une confé­rence de presse à l’is­sue de leurs en­tre­tiens

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.