5 BONNES RAI­SONS D’AL­LER CRÉ­CHER CHEZ LUI

01net - - LE MAG -

IL TIENT LA PLUS GRANDE AU­BERGE DU MONDE

Lan­cée il y a dix ans, sa pla­te­forme Airbnb pro­pose 4,5 mil­lions de lo­ge­ments en lo­ca­tion chez l’ha­bi­tant, dans 80 000 villes du globe. Brian Ches­ky a ima­gi­né ce ser­vice après ses études de de­si­gn. À l’époque, il n’avait même pas de quoi payer le loyer de son ap­part, par­ta­gé avec son ami Joe Geb­bia. Les deux co­lo­ca­taires de San Francisco avaient alors eu l’idée d’hé­ber­ger les tou­ristes et voya­geurs pro­fes­sion­nels, en met­tant à leur dis­po­si­tion des ma­te­las gon­flables et en leur of­frant le pe­tit déj’. D’où le nom de leur site de dé­part, Air­be­dand­break­fast.com.

SON BU­SI­NESS POUR­RAIT DE­VE­NIR UN BON PLA­CE­MENT

Ac­cu­sé de faire grim­per les prix de l’im­mo­bi­lier, mais aus­si de vi­der les centres-villes de leurs ha­bi­tants au pro­fit des tou­ristes, le roi de la lo­ca­tion sai­son­nière compte re­do­rer son bla­son en lut­tant contre la pé­nu­rie de lo­ge­ments. Brian Ches­ky pré­voit ain­si de construire ses propres ap­par­te­ments Airbnb. Leur mise en lo­ca­tion ne se­ra plus ré­ser­vée aux pro­prié­taires puisque les oc­cu­pants pour­ront eux-mêmes sous-louer l’ha­bi­ta­tion plu­sieurs mois par an. Pro­prios et ré­si­dents se par­ta­ge­ront les re­ve­nus… moyen­nant le ver­se­ment d’une com­mis­sion de 3 % à Airbnb.

MON­SIEUR SAIT RE­CE­VOIR

En ré­ponse à Do­nald Trump, qui ve­nait de qua­li­fier Haï­ti et le Sal­va­dor de “pays de merde”, Brian Ches­ky s’est of­fert un spot pu­bli­ci­taire à 100 000 $, en prime time. “Ces des­ti­na­tions ont sus­ci­té beau­coup d’in­té­rêt ces der­niers temps,

ex­pli­quait-il en dé­voi­lant de splen­dides pa­no­ra­mas des pays vi­sés par Trump. Ou­vrons nos portes. Ne construi­sons pas de mur.” L’an der­nier, Ches­ky avait dé­jà ré­agi au dé­cret an­ti-im­mi­gra­tion pro­mu par ce cher Do­nald. “Peu im­porte qui vous êtes, d’où vous ve­nez (…), nous ap­par­te­nons au même monde”,

af­fir­mait-il dans son mes­sage.

C’EST MOINS CHER QU’À L’HÔ­TEL

Pour peau­fi­ner son bu­si­ness, Brian Ches­ky a pas­sé neuf mois à dor­mir chez des membres d’Airbnb.com. De­ve­nue un sym­bole de l’éco­no­mie du par­tage, sa pla­te­forme a dé­jà mis en re­la­tion plus de 300 mil­lions de pro­prié­taires avec des voya­geurs. Si les pre­miers y voient un moyen d’ar­ron­dir leurs fins de mois, les se­conds y trouvent aus­si leur compte. En jan­vier 2016, une étude pu­bliée par le site Bus­bud. com, spé­cia­li­sé dans la ré­ser­va­tion de voyages, ré­vé­lait qu’il était moins cher de pas­ser par Airbnb que de louer une chambre d’hô­tel, au moins dans huit des neuf villes eu­ro­péennes ana­ly­sées.

DÉ­SOR­MAIS, L’EN­TRE­PRE­NEUR DONNE DANS LE HAUT DE GAMME

Cet ama­teur de bo­dy-buil­ding, qui n’hé­si­tait pas à ex­hi­ber ses bis­co­tos hui­lés lors­qu’il était étu­diant, n’en fi­nit plus de mus­cler son offre. Il vient ain­si de lan­cer son ser­vice Airbnb Plus, qui pro­pose des lo­ge­ments sé­lec­tion­nés pour leur confort, cer­ti­fi­ca­tion à l’ap­pui. D’ici à cet été, il de­vrait en­core étof­fer son ca­ta­logue avec des de­meures d’ex­cep­tion, comme ce luxueux pen­thouse avec ja­cuz­zi, ter­rasse et vue sur la tour Eif­fel, à 750 € la nuit. Pro­chaine étape : mettre en avant des sé­jours cou­plés à des billets d’avion afin de concur­ren­cer les voya­gistes tra­di­tion­nels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.