« Je veux l’union sa­crée »

Le pré­sident des Gi­ron­dins lance un ap­pel avant l’OM

20 Minutes (Bordeaux) - - Sports Bordeaux - Pro­pos Re­cueillis par Clé­ment Car­pen­tier

Sé­phane Mar­tin est un homme qui s’ex­prime peu. Mais quand il le fait, ce n’est ja­mais pour rien dire. Le pré­sident des Gi­ron­dins prend la pa­role avant le match contre l’OM, di­manche, alors que son club tra­verse une mau­vaise passe (cinq matchs sans vic­toire). Quel est votre dis­cours avant ce choc contre Mar­seille ? Je pense que ce sont des pé­riodes où c’est im­por­tant de par­ler. Tout le monde est conscient de l’im­por­tance de cette ren­contre. C’est le match de l’an­née pour les Gi­ron­dins. Notre vrai der­by, c’est contre Mar­seille. Cette sai­son, il est en­core plus im­por­tant avec cette sé­rie né­ga­tive. Ap­pe­lez-vous à la mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale ? Il faut qu’on soit tous so­li­daire. On se doit d’être der­rière les joueurs et le staff. Mais sur­tout, les sup­por­ters doivent être avec nous. Je sou­haite qu’ils mettent une am­biance de Coupe d’Eu­rope sur cette ren­contre. A Bor­deaux, ils savent le faire quand il faut. Vous pen­sez que ce­la pour­ra jouer dans cette ren­contre ? Je me sou­viens de nom­breux matchs où les joueurs ont été por­tés par le pu­blic. On dit tou­jours que le pu­blic bor­de­lais est froid, ou je ne sais quoi, mais ce n’est pas vrai. Sur les matchs clés, ils sont tou­jours là. Et ef­fec­ti­ve­ment là, je veux l’union sa­crée face à l’Olym­pique de Mar­seille. Res­sen­tez-vous la pres­sion après les der­niers mau­vais ré­sul­tats ? La pres­sion, elle est tou­jours pré­sente, car on a des ob­jec­tifs éle­vés. Mais, elle est exa­cer­bée quand il y a une mau­vaise sé­rie comme au­jourd’hui et qu’il y a un match aus­si im­por­tant qui ar­rive. Après, il faut s’en ser­vir et vivre avec ! Ça doit se trans­for­mer en éner­gie po­si­tive. Qu’est-ce qui ne fonc­tionne pas ? La confiance a un peu dis­pa­ru et en même temps, la pres­sion aug­mente. Les joueurs jouent avec la peur au ventre. J’es­père que la trêve in­ter­na­tio­nale au­ra cou­pé cette mau­vaise dy­na­mique et qu’on pour­ra re­par­tir de l’avant. On est qu’à deux points de la sixième place. On a un match fan­tas­tique à jouer. C’est la meilleure oc­ca­sion pour re­bon­dir.

Le pré­sident Sté­phane Mar­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.