Les pistes de ré­forme de la po­lice (et ce qui bloque)

Des as­so­cia­tions ont pré­sen­té leurs pistes pour lut­ter contre le ra­cisme et les vio­lences

20 Minutes (Lille) - - La Une - Oi­ha­na Ga­briel

Lun­di, des re­pré­sen­tants de SOS Ra­cisme, du Con­seil re­pré­sen­ta­tif des as­so­cia­tions noires de France (Cran), de la Ligue des droits de l’homme (LDH), de la Ligue in­ter­na­tio­nale contre le ra­cisme et l’an­ti­sé­mi­tisme (Li­cra) et du Mou­ve­ment contre le ra­cisme et pour l’ami­tié entre les peuples (Mrap) ont été reçus par le Pre­mier mi­nistre, Bernard Ca­ze­neuve. L’oc­ca­sion pour ces as­so­cia­tions de pro­po­ser des pistes pour lut­ter ef­fi­ca­ce­ment contre le ra­cisme et les vio­lences po­li­cières, après l’af­faire Théo.

Ré­forme de l’af­fec­ta­tion et de la for­ma­tion.

Blaise Cue­co, membre du bu­reau na­tio­nal de SOS Ra­cisme, mi­lite pour une ré­forme de l’af­fec­ta­tion : « Au­jourd’hui, les plus jeunes et les moins bien no­tés se re­trouvent dans les zones les plus dif­fi­ciles. C’est pro­blé­ma­tique. » Quant à la ré­forme de la for­ma­tion des po­li­ciers, les as­so­cia­tions sou­haitent qu’elle en­globe « une dé­cons­truc­tion de leurs pré­ju­gés » : « Une bonne par­tie des étu­diants en école de po­lice ne connaissent les quar­tiers dif­fi­ciles que par des pré­ju­gés. Les jeunes po­li­ciers sont ter­ro­ri­sés… et les jeunes des quar­tiers aus­si », pour­suit Blaise Cue­co.

Re­tour d’une po­lice de proxi­mi­té.

« Cette po­lice de proxi­mi­té exis­tait sous Jos­pin et, à l’époque, il y avait moins d’agres­si­vi­té du cô­té des jeunes comme des po­li­ciers, plaide Syl­vain Gold­stein, pré­sident du Mrap 93. Le fonc­tion­naire n’était pas seule­ment l’agent avec une ma­traque, mais aus­si le ca­ma­rade de foot! » Une sug­ges­tion éva­cuée par l’exé­cu­tif qui a rap­pe­lé que Ni­co­las Sar­ko­zy avait sup­pri­mé cette po­lice de proxi­mi­té ain­si que 45000 agents. Son ré­ta­blis­se­ment né­ces­si­te­rait un ef­fort énorme en ma­tière d’em­bauches.

Ré­cé­pis­sé ver­sus ca­mé­ra-pié­ton.

Long­temps de­man­dée par les as­so­cia­tions, la so­lu­tion du ré­cé­pis­sé (re­mis à la suite d’un contrôle d’iden­ti­té afin d’évi­ter les vé­ri­fi­ca­tions à ré­pé­ti­tion et au fa­ciès) « a été éva­cuée » lun­di, re­grette Pierre Tar­ta­kows­ky, de la LDH. « On nous a ré­pon­du que les ca­mé­ras­pié­tons étaient plus ef­fi­caces », pré­cise Syl­vain Gold­stein. Pour­tant, toutes ces as­so­cia­tions se montrent très scep­tiques. « Même avec le dé­ploie­ment des 2600 ca­mé­ras-pié­tons, seule­ment 1 % des po­li­ciers se­ront équi­pés », re­prend le membre du Mrap. « Je pense qu’on a fait une grande er­reur en re­fu­sant le ré­cé­pis­sé, qui n’a pas la même mis­sion que la ca­mé­ra, as­sure Pierre Tar­ta­kows­ky. La ca­mé­ra, c’est ce­lui qui la porte qui la dé­clenche. Et ce­la n’em­pêche pas le contrôle au fa­ciès. On nous a ré­pon­du que le ré­cé­pis­sé, c’était beau­coup de tra­vail pour les po­li­ciers. »

Scène de vio­lences ur­baines, sa­me­di, à Bo­bi­gny, en marge d’une ma­ni­fes­ta­tion en sou­tien à Théo.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.