L’ex-sur­veillant et la dé­te­nue amou­reux sont con­dam­nés

20 Minutes (Lille) - - Actualité -

Leur amours in­ter­dites leur valent trois mois de pri­son, avec sur­sis pour

lui, ferme pour elle. Lun­di, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Roanne (Loire) a con­dam­né Ber­trand Ar­noud pour com­pli­ci­té de re­cel de bien pro­ve­nant d’un dé­lit et Li­liane Pao­lone pour re­cel. L’ex-sur­veillant et la dé­te­nue en­tre­te­nait une re­la­tion amou­reuse, mise au grand jour en août 2015 après la découverte d’un por­table et de nom­breux SMS dans la cel­lule de la dé­te­nue. A l’au­dience, le 7 fé­vrier, cet « ex­cellent fonc­tion­naire », qui a dé­mis­sion­né en jan­vier 2016, s’était dé­fen­du d’avoir don­né le té­lé­phone à sa maî­tresse, tout en re­con­nais­sant avoir « com­mu­ni­qué avec une dé­te­nue, ce qui est in­ter­dit ». « Le seul tort que j’ai, c’est d’être tom­bé amou­reux d’une per­sonne qu’il ne fal­lait pas », avait ajou­té ce­lui qui ne « sup­por­tait pas mo­ra­le­ment » cette si­tua­tion et « al­lait dé­mis­sion­ner ». Li­liane Pao­lone, qui purge une peine pour meurtre à Di­jon, avait dis­cul­pé son com­pa­gnon, as­su­rant que le té­lé­phone lui était « prê­té ré­gu­liè­re­ment » par une voi­sine de cel­lule. Leur avo­cat, qui avait mis en avant la « dé­te­nue sans pro­blème » et le « sur­veillant exem­plaire, frap­pé par une re­la­tion d’amour et qui dé­faille », s’est dit « très déçu » de ce ju­ge­ment et se ré­serve le droit de faire ap­pel. De­puis les faits, le couple s’est pac­sé après avoir eu un « bé­bé par­loir ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.