Portes closes à Port Har­court

20 Minutes (Lille) - - Actualité -

La ville pé­tro­lière ni­gé­riane de Port Har­court, long­temps sur­nom­mée « la

ville jar­din » en rai­son de ses pal­miers et ses es­paces verts, se re­trouve en­va­hie de­puis no­vembre par une in­quié­tante suie noire. Lun­di, le mi­nis­tère fé­dé­ral de l’En­vi­ron­ne­ment a es­ti­mé que cette pol­lu­tion en­traî­nait « une si­tua­tion d’ur­gence » et a de­man­dé aux ha­bi­tants de fer­mer portes et fe­nêtres. Le ha­sh­tag #StopT­heSoot (Soot = la suie) est ap­pa­ru sur Twit­ter,

2 L’humour à froid de la dé­pu­tée PS

Dé­compte des plats sur­ge­lés dé­con­ge­lés, des ki­lo­mètres par­cou­rus, des contraintes ves­ti­men­taires im­po­sées... La dé­pu­tée so­cia­liste Mi­chèle De­lau­nay iro­nise dans un billet de blog sur « la guerre » que lui li­vre­rait son conjoint après l’af­faire de l’em­ploi pré­su­mé fic­tif de l’épouse de Fran­çois Fillon. Dans ce billet ti­tré « em­ploi réel, sa­laire fic­tif », re­layé mar­di sur son compte Twit­ter, l’élue de Gi­ronde as­sure ne ja­mais se ré­jouir « des mal­heurs de l’équipe ad­verse ». où les in­ter­nautes pu­blient des pho­tos de leurs mains et pieds cou­verts de pous­sière noire, et des marches de pro­tes­ta­tion ont été or­ga­ni­sées. « Quand je me brosse les dents le ma­tin, je vois une mu­co­si­té noire ap­pa­raître », ex­plique un ha­bi­tant. La se­maine der­nière, des en­quê­teurs sont ar­ri­vés pour dé­ter­mi­ner l’ori­gine de cette pol­lu­tion. Deux rai­sons sont avan­cées : les pneus brû­lés et les raf­fi­ne­ries illé­gales de pé­trole.

3 Des voi­tures à pé­dales Ferrari aux enchères

Une vente aux enchères très at­ten­due se dé­rou­le­ra jeu­di au sein de la mai­son To­le­da­no à Ar­ca­chon. Quelque 5000 jouets an­ciens de col­lec­tion se­ront dis­per­sés à par­tir de 14 h 30. Voi­tures à pé­dales Ferrari, élec­triques, pou­pées, mi­nia­tures, fi­gu­rines... : tous les ob­jets sont is­sus de collections de par­ti­cu­liers. La vente s’ef­fec­tue­ra sur place ou sur le site In­te­ren­cheres.com. La col­lec­tion est vi­sible cours La­marque-de-Plai­sance ce jeu­di ma­tin.

4 Le maire se fait ca­rot­ter sur un mar­ché

Un homme de 70 ans a ten­té d’agres­ser le maire de Ber­ge­rac (Dor­dogne) sa­me­di avec une ca­rotte sur le mar­ché de la ville. Ivre, il a vu l’élu au mi­lieu des étals, s’est mis à l’in­sul­ter puis s’est sai­si d’une ca­rotte sur un stand de ma­raî­cher pour le frap­per. Pré­sen­té comme mar­gi­nal, il a été ju­gé mar­di en com­pa­ru­tion im­mé­diate.

5 La Saint-Va­len­tin ra­tée des stars

A Ma­drid pour as­sis­ter au match mer­cre­di entre le Real et Naples, Die­go Ma­ra­do­na (pho­to) a eu une « dis­cus­sion » ani­mée avec sa pe­tite amie. Ap­pe­lée par le per­son­nel de l’hô­tel où il ré­side, la po­lice s’est ren­due mer­cre­di ma­tin sur place. « Quand les agents sont ar­ri­vés, le couple ne pré­sen­tait pas de bles­sures et n’a pas por­té plainte », ont pré­ci­sé des sources po­li­cières à l’AFP. De son cô­té, Ma­don­na était ma­lade et a pas­sé la jour­née toute seule au fond de son lit. La star a fil­mé sa mau­vaise mine en chan­tant « Hap­py Va­len­tine’s day ».

6 Quand le Fran­çais passe le Ja­po­nais s’ar­rête

La culture dé­ter­mine notre fa­çon de tra­ver­ser une rue, confirme une étude pu­bliée mer­cre­di : même en pré­sence d’autres pié­tons, 41,9 % des Fran­çais n’hé­sitent pas à tra­ver­ser au rouge, contre 2,1% des Ja­po­nais. « C’est vrai­ment la culture qui est dif­fé­rente, la pres­sion so­ciale. Ce n’est pas la crainte d’avoir un PV qui se­rait plus im­por­tante au Ja­pon qu’en France. Les Ja­po­nais ont peur de la ré­ac­tion des autres per­sonnes », dé­clare à l’AFP le bio­lo­giste CNRS à l’Uni­ver­si­té de Stras­bourg et co-au­teur de l’étude.

7 La pa­ro­die du Go­ra­fi dé­passe la fic­tion

Le quo­ti­dien al­gé­rien El Hayat a re­pris mar­di en pre­mière page un ar­ticle pa­ro­dique du site Le Go­ra­fi, qui a pour ha­bi­tude de dé­tour­ner l’ac­tua­li­té avec humour. Il était ti­tré « Ma­rine Le Pen pro­pose d’en­tou­rer la France d’un mur payé par l’Al­gé­rie », en s’ins­pi­rant du pro­jet de Do­nald Trump d’en édi­fier un à la fron­tière mexi­caine. Si l’ar­ticle sa­ti­rique était des­ti­né à cho­quer, amu­ser ou in­ter­pel­ler, il n’avait sans doute pas vo­ca­tion à être re­pris tel quel par la presse sé­rieuse (lire aus­si le tweet).

8 Cha­ban-Del­mas coif­fé d’un ca­na­pé

Il était trois heures du ma­tin, dans la nuit de mar­di à mer­cre­di, lorsque l’agent d’as­treinte au ser­vice voi­rie de Bor­deaux Mé­tro­pole a été ap­pe­lé pour in­ter­ve­nir place Pey-Ber­land, narre Ouest France. Quelques jeunes à l’humour as­sez meuble ont plan­té un ca­na­pé sur la tête de Jacques Cha­banDel­mas, ou plu­tôt celle de la sta­tue de l’an­cien maire de Bor­deaux. « Nous avons dû faire ap­pel à un ca­mion-grue pour le dé­lo­ger. »

Une suie in­quié­tante re­couvre tout dans la ville ni­gé­rienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.