Lille veut re­ve­nir au foot

Deux se­maines après Amiens, le Losc re­çoit Troyes sa­me­di

20 Minutes (Lille) - - Sports Lille - Fran­çois Lau­nay

La trêve n’au­ra pas été tout à fait nor­male. Pen­dant deux se­maines, les joueurs du Losc n’ont pen­sé qu’à ça ou presque. De­puis l’ef­fon­dre­ment d’une bar­rière à Amiens, qui a fait 29 bles­sés le 30 sep­tembre, le club nor­diste a pan­sé ses plaies et ten­té d’ef­fa­cer le sou­ve­nir d’une nuit stres­sante pour l’équipe et sur­tout ses sup­por­ters. Bu­teur lors ce match in­ter­rom­pu à la quin­zième mi­nute, Fo­dé Bal­lo-Tou­ré avait même culpa­bi­li­sé d’avoir ex­ci­té ses sup­por­ters, en ma­ni­fes­tant sa joie juste avant que la bar­rière ne cède. « Je me suis sen­ti un peu cou­pable. Quand j’ai mar­qué, j’ai vu la tri­bune s’ef­fon­drer, des gens crier, avoir un peu peur. Heu­reu­se­ment, les sup­por­ters m’ont vite ras­su­ré via les ré­seaux so­ciaux. Et des bles­sés sont ve­nus nous voir. On a vu que leur san­té s’était amé­lio­rée et on est content », a ex­pli­qué le dé­fen­seur nor­diste.

« Une dette de gra­ti­tude »

Mar­qué aus­si par cette soi­rée pi­carde, Mar­ce­lo Biel­sa est re­ve­nu pour la pre­mière fois, jeu­di, sur les évé­ne­ments d’Amiens. « C’est un évé­ne­ment que j’ai vé­cu avec beau­coup de tris­tesse. La fa­ta­li­té s’est achar­née sur les sup­por­ters. C’est une grande in­jus­tice. Nous n’avons pas, pour l’ins­tant, des ré­sul­tats qui pro­duisent de la joie chez les sup­por­ters. Ils conti­nuent de nous ap­por­ter leur sou­tien. Cet ac­ci­dent aug­mente notre dette de gra­ti­tude à leur égard », lâche le coach nor­diste. Alors, pour se faire par­don­ner, il n’y a pas 36 000 so­lu­tions. Dès sa­me­di, à do­mi­cile, il fau­dra en­fin ga­gner contre Troyes, après deux mois sans suc­cès. Le pre­mier quart d’heure à Amiens, avant l’ac­ci­dent, avait lais­sé en­tre­voir de bonnes choses… qu’il fau­dra confir­mer face au 9e de Ligue 1. Même si Biel­sa voit plus loin « Seule une sé­rie im­por­tante de bonnes pres­ta­tions per­met­trait d’at­té­nuer l’an­xié­té au­tour de l’équipe. Mais le pre­mier pas est tou­jours d’ob­te­nir la pre­mière vic­toire. » Pour Lille et ses sup­por­ters, ce se­rait même la meilleure des thé­ra­pies.

Lille et ses sup­por­ters veulent es­sayer d’ou­blier l’ac­ci­dent d’Amiens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.