Leo­nar­do Jar­dim, un coach de choix

Foot­ball Des­ti­tué de son poste à Mo­na­co, jeu­di, l’en­traî­neur por­tu­gais a contri­bué à l’ex­plo­sion de nom­breux ta­lents sur le Ro­cher

20 Minutes (Lyon) - - SPORTS - Ni­co­las Ca­mus

Le pin­ce­ment au coeur est sin­cère. Leo­nar­do Jar­dim ren­voyé, jeu­di, de Mo­na­co, c’est une par­tie de nos cer­ti­tudes sur la L1 qui s’ef­fondrent. On avait notre pe­tite rou­tine avec le Por­tu­gais : ses di­ri­geants lui li­vraient des jeunes ta­lents, il en fai­sait des joueurs de foot, qui par­taient en­suite pour des di­zaines de mil­lions d’eu­ros, tout en res­tant en haut du clas­se­ment. Mais on ne le lais­se­ra pas par­tir comme ça. De Mar­tial à Fal­cao, Jar­dim a pris cer­taines dé­ci­sions qui ont in­fluen­cé son his­toire sur le Ro­cher.

La bonne ges­tion de Mbap­pé

Le 24 août 2014, à Nantes, quelques se­maines après son ar­ri­vée sur le Ro­cher, Jar­dim dé­cide de faire sor­tir An­tho­ny Mar­tial trente mi­nutes après son en­trée en jeu. L’hu­mi­lia­tion su­prême pour un joueur. « Au bout de cinq mi­nutes, j’ai vu que Mar­tial n’ap­pli­quait pas les consignes que je lui avais don­nées du­rant la se­maine, ex­pli­quait Jar­dim dans So Foot. J’ai dé­ci­dé de sé­vir et de mar­quer le coup. Que la sanc­tion soit pu­blique l’a bles­sé dans sa fier­té et l’a pous­sé à ré­agir.» La suite ? Mar­tial s’af­firme, ins­crit 9 buts en L1, s’amuse avec les dé­fen­seurs et part à Man­ches­ter Uni­ted en 2015 contre 80 mil­lions d’eu­ros. Un autre es­poir fran­çais a eu droit au trai­te­ment spé­cial du Por­tu­gais : Ky­lian Mbap­pé. Alors que ses di­ri­geants lui avaient pro­mis qu’il se­rait in­té­gré à la ro­ta­tion dès le dé­but de sai­son 2016-2017, le cham­pion d’Eu­rope U17 doit pa­tien­ter sur le banc. Son père se plaint dans L’Equipe d’une « ges­tion illi­sible » de la part de Jar­dim. Mais l’ex-coach du Spor­ting ne bronche pas sous la pres­sion. « Avec Ky­lian, j’ai agi comme un père, té­moi­gnait Jar­dim dans le JDD. Mon rôle, c’est de dire la vé­ri­té au joueur, pas de lui ré­pé­ter qu’il est le meilleur. » A par­tir de fé­vrier, Mbap­pé joue plus sou­vent, en­chaîne les buts et per­met à Mo­na­co d’être cham­pion de France.

Avec Fa­bin­ho, Jar­dim a aus­si eu le nez creux. So­lide la­té­ral droit, le Bré­si­lien est re­po­si­tion­né au mi­lieu de ter­rain. Même si l’an­cien joueur du Real est un peu frus­tré, les ré­sul­tats sont là. Avec Ba­kayo­ko, il forme un duo re­dou­table qui a gran­de­ment contri­bué au titre na­tio­nal. Après un transfert avor­té au PSG en 2017, Fa­bin­ho a été ven­du à Li­ver­pool pour 50 mil­lions d’eu­ros. Fal­cao, lui, est en­core à Mo­na­co. Et le Co­lom­bien peut re­mer­cier Jar­dim pour lui avoir per­mis de re­trou­ver son ni­veau. En 2016, après deux prêts in­fruc­tueux en An­gle­terre, le Tigre re­vient en pi­teux état. «Je vais t’ai­der à re­de­ve­nir le grand bu­teur que tu étais», lui glisse le coach por­tu­gais, comme le ra­conte le JDD. Pour ça, il va lui pro­po­ser un pro­gramme aux pe­tits oi­gnons, avec l’aide du staff mé­di­cal, ré­flé­chir à un sys­tème tac­tique à deux at­ta­quants, lui confier le bras­sard de ca­pi­taine… «Avec ce nou­veau rôle de grand frère, je me sens re­vivre, confie Fal­cao au “Ca­nal Foot­ball Club”. Je re­dé­couvre des sen­sa­tions. » En 2017, il marque 21 buts en L1, s’éclate en Ligue des cham­pions et per­met à l’ASM de réa­li­ser une des meilleures sai­sons de son his­toire.

Après quatre ans à Mo­na­co, Leo­nar­do Jar­dim a été li­mo­gé de son poste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.