Le na­ming fait bien dé­bat

En s’as­so­ciant à LDLC il y a deux mois, l’As­vel re­tente le pa­ri du na­ming

20 Minutes (Lyon) - - SPORTS LYON - Jé­ré­my Lau­gier

C’est peu dire que la ré­cente dé­ci­sion de l’As­vel de chan­ger son nom (LDLC As­vel), son lo­go, et ses cou­leurs (le noir et le blanc à la place du vert) a fait ja­ser à Lyon. Avec, en toile de fond, la pro­blé­ma­tique du na­ming dans le sport fran­çais. De 2001 à 2007, l’As­vel avait dé­jà ten­té cette ex­pé­rience en se rap­pro­chant d’Adec­co. «On avait es­sayé de pas­ser en force, se sou­vient An­to­ny Thio­det, alors di­rec­teur gé­né­ral du club vil­leur­ban­nais. Si je pou­vais ré­écrire l’his­toire, j’amor­ce­rais un tra­vail col­la­bo­ra­tif en amont avec les fans, les par­te­naires et les mé­dias, pour faire com­prendre les bien­faits de notre dé­marche.»

«Une ex­cep­tion fran­çaise»

Car, en né­go­ciant à l’époque un ac­cord d’un mil­lion d’eu­ros par an avec le lea­der du re­cru­te­ment in­té­rim en France, l’As­vel comp­tait alors nour­rir des am­bi­tions en Pro A, comme sur la scène eu­ro­péenne. « A l’époque, on re­fu­sait d’évo­quer pu­bli­que­ment le vo­let fi­nan­cier, pré­cise An­to­ny Thio­det. Avec du re­cul, c’était une er­reur. On au­rait dû être trans­pa­rent et fixer les en­jeux au­près de tout le monde. » Deux re­marques va­lant aus­si pour la stra­té­gie ac­tuelle de To­ny Par­ker et de Gaë­tan Mül­ler, qui ont sim­ple­ment évo­qué un ac­cord sur dix ans, re­pré­sen­tant entre 8 et 9 % du bud­get glo­bal de l’équipe (9 mil­lions d’eu­ros cette sai­son). «Il y a un peu une ex­cep­tion fran­çaise, ana­lyse Ma­ga­li Té­ze­nas du Mont­cel, dé­lé­guée gé­né­rale de Spor­so­ra, qui a ini­tié un ob­ser­va­toire du na­ming. On râle sou­vent lorsque le club qu’on sup­porte n’est pas com­pé­ti­tif en Eu­rope. Mais il faut ac­cep­ter que pa­reille source de fi­nan­ce­ment puisse per­mettre de gran­dir. » Sur le par­quet, le vi­rage na­ming semble dé­jà avoir de l’ef­fet pour l’As­vel, avec une pre­mière place en France et en Eu­ro­coupe jusque-là.

DeMar­cus Nel­son, ici sous les nou­velles cou­leurs de l’As­vel à Bel­grade.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.