Comment l’exa­men s’adapte face à la grève à la SNCF

Les re­tards dus à la grève à la SNCF sont an­ti­ci­pés

20 Minutes (Marseille) - - News - Del­phine Ban­caud

Ne pas at­teindre à temps son centre d’exa­men est un cau­che­mar ré­cur­rent chez les can­di­dats qui s’ap­prêtent à pas­ser le bac. Les risques qu’il se réa­lise sont pour­tant bien réels cette an­née – l’édi­tion 2018 dé­marre lun­di – en rai­son de la grève à la SNCF. Car si la CFDT che­mi­nots a dé­ci­dé de sus­pendre par­tiel­le­ment la se­maine pro­chaine le mou­ve­ment contre la ré­forme fer­ro­viaire (sur les RER et TER), l’Un­sa, la CGT et SUD main­tiennent, pour l’heure, les blo­cages pré­vus lun­di 18 et ven­dre­di 22 juin.

Bus, taxis...

« Beau­coup de can­di­dats sont convo­qués dans leur éta­blis­se­ment d’ori­gine, gé­né­ra­le­ment si­tué à proxi­mi­té de leur do­mi­cile, ce qui de­vrait li­mi­ter les pro­blèmes », tient à ras­su­rer Frédéric Mul­ler, directeur du Siec (ser- vice in­ter­aca­dé­mique des exa­mens et concours des aca­dé­mies de Cré­teil, Pa­ris et Ver­sailles). Pour les autres, la SNCF a an­ti­ci­pé : « Les can­di­dats pour­ront connaître, la veille à 17 h, la liste des trains qui cir­cu­le­ront le jour de leur épreuve, en se connec­tant à l’ap­pli­ca­tion SNCF, aux comptes Twit- ter de lignes et aux sites sncf.com, tran­si­lien.com, ter-sncf.com. » Et de pré­ci­ser qu’un « cer­tain nombre de trains ont été iden­ti­fiés “SNCF Exams” et se­ront prio­ri­sés ». En gare, des « gi­lets rouges » gui­de­ront les can­di­dats vers les centres d’exa­mens. En cas d’ab­sence de train ou de bus de sub­sti­tu­tion, des taxis se­ront dé­pê­chés – « 30 prises en charge ont dé­jà été or­ga­ni­sées », pré­cise la di­rec­tion. Dans le pire des cas, « il y au­ra une to­lé­rance jus­qu’à une heure de re­tard après le dé­but des épreuves », in­dique Jean-Marc Huart, directeur gé­né­ral de l’en­sei­gne­ment sco­laire. Mais l’épreuve ne dé­pas­se­ra pas le temps im­par­ti, « sauf cas ex­cep­tion­nel et au vu du contexte et des jus­ti­fi­ca­tifs éven­tuel­le­ment pré­sen­tés ». En­fin, si le can­di­dat ar­rive plus d’une heure après le dé­but des épreuves, il ne se­ra pas au­to­ri­sé à com­po­ser. « Sa note à l’épreuve se­ra in­va­li­dée, annonce Frédéric Mul­ler. Son ré­sul­tat à l’exa­men se­ra dé­ter­mi­né en fonc­tion des notes qu’il au­ra ob­te­nues aux autres épreuves. »

Le bac com­mence lun­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.