Seule mis­sion, sau­ver des vies

20 Minutes (Marseille) - - Grand Marseille - A.M.

So­phie Beau, co­fon­da­trice de SOS Mé­di­ter­ra­née, consi­dère comme « tout à fait réa­li­sable d’ac­cos­ter en Corse, mais nous n’avons pas re­çu cet ordre du com­man­de­ment ma­ri­time ita­lien, dont nous sommes sous le com­man­de­ment ex­clu­sif », ex­plique-t-elle. Quant à la pos­si­bi­li­té de dé­bar­quer à Mar­seille, même sans au­to­ri­sa­tion ? « Nous ne pro­cé­de­rons ja­mais ain­si, nous res­pec­tons le droit ma­ri­time in­ter­na­tio­nal. Nous ne vou­lons pas prendre en otage ces per­sonnes, notre seule mis­sion est de les sau­ver », a-t-elle fait sa­voir. L’Aqua­rius, ain­si que les deux autres na­vires ita­liens sur les­quels ont été trans­bor­dés les mi­grants, de­vraient ar­ri­ver sa­me­di soir, au mieux, à Va­lence. Une fois dé­bar­qué, le ba­teau ne re­pren­dra pas la mer avant une di­zaine de jours, le temps de se ré­or­ga­ni­ser. « C’est au­tant de temps pen­dant le­quel nous ne sommes pas sur zone, alors qu’il y a en­core eu une quin­zaine de morts mar­di soir », re­grette So­phie Beau. Pour elle, il est« urgent que les Et ats eu­ro­péens mettent en place une flotte adé­quate pour le sau­ve­tage dans cette zone. Cette in­ac­tion est cri­mi­nelle, alors que les au­to­ri­tés sont aler­tées du pro­blème. » Si au­cune so­lu­tion n’est trou­vée entre les Etats eu­ro­péens, la si­tua­tion se ré­pé­te­ra in­las­sa­ble­ment, alors que près de 15 000 per­sonnes sont dé­jà mortes noyé es de­puis le dé­but de cette crise mi­gra­toire.

« Cette in­ac­tion est cri­mi­nelle. »

So­phie Beau, co­fon­da­trice de SOS Mé­di­ter­ra­née

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.