Des pa­trons re­font le match de la fu­sion de clubs

20 Minutes (Montpellier) - - La Une - William Pe­rei­ra

«Les pré­si­dents [Lo­ren­zet­ti et Sa­vare] se sont ren­du compte que c’était plus com­pli­qué de faire fu­sion­ner deux clubs de rug­by que deux so­cié­tés ci­viles im­mo­bi­lières. » Quelques jours après l’an­nu­la­tion de la fu­sion entre le Ra­cing 92 et le Stade Fran­çais, Mou­rad Boud­jel­lal, le di­ri­geant du RC Tou­lon, n’a pas hé­si­té à re­mettre l’église au centre du vil­lage. Non, un club spor­tif ne se gère pas comme une en­tre­prise.

Ré­sul­tats spor­tifs avant tout

En France, quelques chefs de firmes ont dé­ci­dé de prendre la tête d’un club spor­tif pro­fes­sion­nel. Pré­sident du LOU rug­by de­puis 2012 après avoir été di­rec­teur gé­né­ral de GL Events au Moyen-Orient pen­dant trois ans, Yann Rou­bert connaît bien les deux mondes. « C’est à la fois une équipe et une en­tre­prise. Si on de­vait se com­pa­rer à l’in­dus­trie, je di­rais que nous, on pro­duit du jeu. Le but n’est pas seule­ment d’at­teindre des ob­jec­tifs fi­nan­ciers, il faut aus­si, et sur­tout, des ré­sul­tats spor­tifs », in­dique-t-il. Ega­le­ment contac­té par 20 Mi­nutes, le boss du club de bas­ket des Sharks d’Antibes, Fré­dé­ric Jouve, abonde dans ce sens. « Dans le sport, il y a des pré­si­dents qui se moquent de la ren­ta­bi­li­té pour ac­qué­rir des joueurs, parce qu’ils veulent à tout prix des bons ré­sul­tats, as­sure ce­lui qui est aus­si pro­prié­taire d’une boîte de prod. Les stades de L1 n’af­fichent que 60 % de rem­plis­sage. Pour­tant, la masse sa­la­riale est à la hausse. Ce­la va to­ta­le­ment à l’en­contre de ce qui se fait dans les af­faires. Ça prouve bien que c’est une dis­ci­pline à part. » A en croire le pa­tron des Sharks, le ma­na­ge­ment hu­main se veut aus­si dif­fé­rent dans le cadre du sport pro­fes­sion­nel. « Au vu du sa­laire per­çu par les joueurs et le staff, ain­si que le fait qu’ils soient ani­més par une cer­taine pas­sion pour leur sport, on est en po­si­tion d’en de­man­der plus qu’à des sa­la­riés qui gagnent moins et ne sont pas for­cé­ment pas­sion­nés par leur tra­vail. »

La fu­sion entre les clubs du Ra­cing 92 et du Stade Fran­çais n’a pas abou­ti.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.