La sta­tion d’épu­ra­tion Mae­ra va se mo­der­ni­ser

20 Minutes (Montpellier) - - Grand Montpellier - Jé­rôme Dies­nis

La mo­der­ni­sa­tion de la sta­tion d’épu­ra­tion Mae­ra, sur la­quelle sont rac­cor­dées Mont­pel­lier et 17 com­munes en­vi­ron­nantes de­vra s’ache­ver en 2023. Fi­nan­cés par la mé­tro­pole, les tra­vaux s’élèvent à 109 mil­lions d’eu­ros. La sta­tion, mise en ser­vice en 2005 à par­tir d’ou­vrages da­tant de 1962, de­vait à l’ori­gine trai­ter les eaux usées de 470000 ha­bi­tants. « Au­jourd’hui, elle est sous-di­men­sion­née », ré­sume Cy­ril Meu­nier, maire (DVG) de Lattes. Sa ca­pa­ci­té se­ra por­tée à 670000 ha­bi­tants.

Pro­jet double

Les tra­vaux doivent mettre fin à plu­sieurs nui­sances. Ol­fac­tives d’abord, pour les ri­ve­rains de Lattes où elle est im­plan­tée. « Nous al­lons dé­truire les bas­sins de plein air et créer des bas­sins fer­més. Et créer des sas pour les ca­mions qui trans­portent des boues odo­rantes », ex­plique Phi­lippe Sau­rel, pré­sident (DVG) de la mé­tro­pole. En­vi­ron­ne­men­tales en­suite : en l’ab­sence de ré­seau sé­pa­ré dans le centre de Mont­pel­lier, les eaux de pluie sont

LA MÉTÉO À MONT­PEL­LIER AU­JOURD’HUI

ache­mi­nées par le même ré­seau que les eaux usées. En cas de fortes in­tem­pé­ries, le dé­bit est tel que la sta­tion d’épu­ra­tion ne peut pas les ab­sor­ber. Au-de­là de 4 mètres cubes par se­conde, le sur­plus se dé­verse dans le Lez et fi­nit en Mé­di­ter­ra­née, à Pa­la­vas. Ce qui né­ces­site la prise ré­gu­lière d’ar­rê­tés mu­ni­ci­paux d’in­ter­dic­tion tem­po­raires de bai­gnades ces der­nières an­nées. Le pro­jet est double. Alors que les boues is­sues du trai­te­ment des eaux sont ache­mi­nées à Nar­bonne par ca­mion (à rai­son d’une ving­taine de dé­parts par se­maine), elles se­ront trai­tées sur place dans un in­ci­né­ra­teur. « Ce trai­te­ment ther­mique des boues va per­mettre de les trans­for­mer en ma­tière éner­gé­tique pour créer des ré­seaux de cha­leur », re­prend Cy­ril Meu­nier. L’ob­jec­tif est de pro­duire 8000 W de cha­leur par an. Soit as­sez de chauf­fage pour 800 lo­ge­ments.

DE­MAIN

Le coût des tra­vaux s’élève à 109 mil­lions d’eu­ros (illus­tra­tion).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.