Ça ne code pas au gou­ver­ne­ment

Jean-Lou Ra­cine, chef d’en­tre­prise, ré­clame la no­mi­na­tion d’un mi­nistre de la Da­ta

20 Minutes (Nantes) - - Grand Nantes - Clé­ment Car­pen­tier

«Notre de­vise, c’est voir plus loin. » Et il semble que Jean-Lou Ra­cine voit jus­qu’à Ma­ti­gnon. Alors que le Pre­mier mi­nistre vient de pré­sen­ter le nou­veau gou­ver­ne­ment, ce chef d’en­tre­prise de­mande la no­mi­na­tion d’un mi­nistre du Code et de la Da­ta. A 50 ans, ce Nan­tais, qui di­rige une agence de Web/di­gi­tal de 22 sa­la­riés de­puis plus de 17 ans, n’est pas vrai­ment sa­tis­fait de la no­mi­na­tion d’une se­cré­taire d’Etat au nu­mé­rique : « Il faut dé­pas­ser ça. Al­ler plus loin et tra­vailler sur du concret. »

Ce n’est pas que des maths

Ce­lui qui di­rige le ré­seau Da­ta­ma­niaques (200 dé­ci­deurs de la ré­gion) est per­sua­dé de­puis long­temps que « le ca­pi­tal d’une en­tre­prise, ce sont ses da­tas. C’est-à-dire sa ca­pa­ci­té à col­lec­ter des don­nées et des in­for­ma­tions pour amé­lio­rer son ser­vice au­près du pu­blic. » Tout en rap­pe­lant qu’il existe une loi eu­ro­péenne pour pro­té­ger les uti­li­sa­teurs face aux abus. Si Jean-Lou Ra­cine ré­clame la créa­tion de ce mi­nis­tère, c’est à cause de « l’énorme crise que tra­verse le pays sur ce su­jet. Au­jourd’hui, je ne trouve pas de dé­ve­lop­peurs, de co­deurs à en­ga­ger. On est en pé­ril. » Il en man­que­rait plus de 20 000 en France se­lon le Nan­tais. « Les en­tre­prises fran­çaises ne captent pas les don­nées. Elles se font donc dou­bler lo­gi­que­ment par d’autres. Der­rière, c’est toute votre éco­no­mie qui n’avance pas », ajou­tet-il. La mul­ti­pli­ca­tion des cy­be­rat­taques fait aus­si écho à cette de­mande. Avant même de sa­voir s’il se­ra en­ten­du un jour par Edouard Phi­lippe, Jean-Lou Ra­cine a des pro­po­si­tions : « Tout passe par la for­ma­tion et la sen­si­bi­li­sa­tion des jeunes au code. » Si les ado­les­cents sont très sou­vent sur leur té­lé­phone, ils ne s’in­té­ressent pas for­cé­ment à ce qu’il y a der­rière. « On a l’im­pres­sion que ce ne sont que des maths, mais en réa­li­té, c’est un lan­gage. On peut es­sayer de l’ap­prendre dès le col­lège. En plus, ce­la per­met de par­ler l’an­glais », ex­pli­quet-il. A croire Jean-Lou Ra­cine, ce se­rait donc tout bo­nus.

Jean-Lou Ra­cine di­rige l’agence Web/di­gi­tal, Le Phare de­puis 17 ans à Nantes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.